PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Le procès de Saïd Bouteflika, des généraux Toufik et Tartag et de Louisa Hanoune s'ouvre aujourd'hui au tribunal militaire de Blida.
En détention depuis plus de quatre mois, Saïd Bouteflika, frère du Président déchu, le général de corps d'armée à la retraite, Mohamed Mediene, ancien chef du DRS (Département de renseignement et de sécurité), le général-major à la retraite Bachir Tartag, ex-coordinateur des services secrets et Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, comparaîtront aujourd'hui devant le tribunal militaire de Blida pour «complot contre l'autorité de l'Etat et de l'armée».
Après quatre mois d'enquête, le juge d'instruction est arrivé aux mêmes conclusions du parquet et de l'ordonnateur de la plainte, en l'occurrence le chef d'état-major de l'Anp et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah. Pour le juge d'instruction, les accusés ont pris part, entre les 27 et 31 mars, à des réunions secrètes pour comploter contre «l'autorité de l'Etat et de l'armée». Une conclusion qui intervient après une série d'auditions des accusés et des témoins, suivies de confrontations.
Si pour certains avocats, le juge a instruit le dossier «à charge et à décharge», pour d'autres «il a laissé des zones d'ombre en refusant de convoquer certains témoins considérés comme importants pour l'éclatement de la vérité». En tout cas, une bonne partie du collectif de défense reconnaît que l'instruction «a laissé de nombreuses zones d'ombre» et espéré que celles-ci «soient éclairées lors du procès». «Peu probable», diront les plus avertis.
Il est certain que le procès connaîtra le même cheminement que l'instruction en raison des nombreuses interrogations qu'elle suscite. D'abord sur le refus du juge d'entendre, en tant que témoin, l'ex-président Liamine Zeroual, qui avait parlé publiquement d'une rencontre avec le général Toufik, qui lui aurait proposé de diriger la période de transition qui devait être instaurée dès la démission du Président.
Un refus que la chambre d'accusation a validé en rejetant l'appel introduit par les avocats de l'ancien patron des services secrets. Il faut dire que la déclaration de Liamine Zeroual en a surpris plus d'un et, à ce jour, aucune explication n'a été donnée sur les circonstances de son déplacement, le 30 mars, de Batna à Alger, juste pour dire non à l'offre du général Toufik qui l'avait contacté la veille.
Avait-il était informé de la feuille de route de Saïd Bouteflika et du général Toufik ou n'a-t-il été avisé qu'une fois arrivé à Alger ? Cette question est restée sans réponse puisque le juge n'a pas estimé nécessaire de convoquer l'ancien chef de l'Etat pour l'entendre et le confronter aussi bien avec Saïd Bouteflika qu'avec le général Toufik qui, faut-il le préciser, risque d'être absent au procès à cause de la dégradation de son état santé. Le collectif de sa défense compte d'ailleurs réclamer le report de l'audience jusqu'à ce qu'il soit en mesure de répondre aux questions du tribunal.
Autre point d'interrogation, celui lié au caractère «secret» des réunions auxquelles auraient pris part les accusés, alors qu'elles se sont déroulées dans la villa Dar El Afia, à Alger, appartenant à la Direction de la sécurité intérieure (DSI). Un service que coordonnait le général-major à la retraite et conseiller à la sécurité du Président, Bachir Tartag, lequel, à la demande de Saïd Bouteflika, a préparé les lieux avant les réunions.
Il faut dire que cette villa est truffée d'équipements d'écoute et de télésurveillance, avec des militaires qui veillent à sa sécurité tout au long de l'année. Peut-elle être utilisée pour tenir une réunion secrète ? Vis-à-vis de qui ces réunions étaient-elles secrètes ? Est-ce du président Bouteflika, encore en exercice, ou du chef d'état-major de l'ANP qui, au moment des faits, n'avait pas le contrôle des services secrets, puisqu'ils dépendaient directement de la Présidence ?
La question reste posée et le juge n'a pas estimé utile de savoir si Saïd Bouteflika a agi seul ou au contraire, toutes les réunions et les feuilles de route élaborées pour aller vers une période de transition et donc vers une prolongation de mandat – qui ne dit pas son nom – ont été préparées avec le consentement du chef de l'Etat encore en exercice. La réponse à une telle interrogation ne peut être donnée que par le Président déchu en personne et sa convocation en tant que témoin rendra la vérité plus visible.
En effet, si Saïd Bouteflika a agi sans le consentement de son frère, cela veut dire qu'il a usurpé la fonction de ce dernier et toutes ses prérogatives. Il ne serait donc pas poursuivi uniquement pour complot, mais pour des faits encore plus graves. Mais si son frère est partie prenante dans ces réunions et ces feuilles de route, il aurait dû être aujourd'hui dans le box des accusés.
Ce ne sont là que des questionnements qui restent sans réponses, malgré une instruction de plus de quatre mois, au cours de laquelle trois autres accusés se trouvant à l'étranger – à savoir l'ancien ministre de la Défense, le général-major à la retraite Khaled Nezzar, son fils Lotfi (patron de la société LSC télécommunication) et Farid Belhamdine (président de la Société algérienne de pharmacie) -– ont été inculpés et ont fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour les mêmes chefs d'accusation.
Il serait utopique de croire que les débats, lors du procès d'aujourd'hui, pourraient faire éclater la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Certains avocats évoquent déjà un probable report de l'audience en raison de l'état de santé du général Toufik et parlent d'une menace de retrait au cas où les conditions d'un procès équitable ne sont pas réunies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.