Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Intempéries à Tizi-Ouzou: fermeture de la RN 25 pour cause d'éboulement    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Dans une ambiance tendue    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Le billet retour de la dignité    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Benzema pose un problème de fond    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    Bilan des incendies survenus cet été : Signe alarmant du recul du niveau de conscience citoyenne    Tiaret: Trois morts dans un carambolage    Aïn El-Turck: Les averses mettent à nu les défauts d'entretien des routes    LES NECESSAIRES ARGUMENTS    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Une activité de proximité à Alger    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Promouvoir le devoir citoyen    élection présidentielle du 12 décembre Marches de soutien dans plusieurs wilayas de l'Est    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Tizi-Ouzou: la commission pour la prise en charge des personnes sans abris installée    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Para-athlétisme / Mondiaux-2019 : La sélection algérienne de retour au pays, auréolée de 16 médailles, dont deux or    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une dynamique, des actions et mille voies à Béjaïa
Publié dans El Watan le 02 - 10 - 2019

La communauté universitaire de Béjaïa fait désormais des mardis des journées d'une grève cyclique dans les deux campus. L'annonce est faite au nom du collectif des enseignants et ATS et des sections du Cnes et du Snapap, et verse ainsi une nouvelle journée de grève au calendrier fixe de la mobilisation citoyenne dans la wilaya.
Depuis le début du mouvement de la famille universitaire avec la mobilisation des étudiants, on n'a pas arrêté de marcher dans la ville de Béjaïa. Le mot d'ordre de grève vient appuyer une dynamique qui gonfle progressivement depuis la rentrée sociale. Ainsi, c'est la deuxième journée dédiée pour une grève cyclique après celle de lundi, qui a été décidée par trois syndicats de l'éducation (Cnapeste, Unpef et Snte).
Chaque lundi donc, c'est désormais grève dans le secteur, et chaque mardi à l'université. «Pour nous, c'est une grève de fait. Nous nous sommes accordé à faire des aménagements dans nos emplois du temps, de façon à libérer tout le monde les mardis», nous dit un enseignant universitaire, interrogé hier lors de la marche hebdomadaire qui attend toujours le retour de la grande masse des étudiants, dont beaucoup sont encore en période d'examens de rattrapage.
De nombreux militants et citoyens anonymes continuent d'assurer un niveau de mobilisation pour les marches de la communauté universitaire. Bien que la décision de lancer une grève cyclique à l'université Abderrahmane Mira ne semble pas agréer tout le monde, d'aucuns espèrent que, maintenant qu'elle est lancée, elle mobilisera davantage la communauté et qu'elle ne puisse pas souffrir de désaffection.
De précédents appels à la grève générale, ayant souffert du manque de consensus, ont justement échaudé plus d'un. Lundi dernier, force est de constater que les trois syndicats grévistes de l'éducation n'ont pas fait le plein. Avant eux, une douzaine d'organisations, dont des partis constituant l'Alternative démocratique et des syndicats, a appelé à une grève qui n'a été générale qu'à un certain degré, notamment dans la Fonction publique.
L'appel aurait eu un meilleur impact, si le cercle des initiateurs s'était élargi à un maximum de syndicats, qui sont plus proches des travailleurs que les partis politiques. La même douzaine d'organisations a appelé aussi à rejoindre la marche de la communauté universitaire de mardi dernier et a réussi, de ce fait, à grossir notablement ses rangs.
Des centaines, voire des milliers de grévistes, y compris des syndiqués de l'UGTA, avons-nous constaté, ont rejoint l'action du jour. Mais, cela ne s'est pas reproduit pour la marche d'hier. «La marche sera plus importante la semaine prochaine après la fin des rattrapages», nous dit, confiant, un enseignant.
Plusieurs forces vives de la société s'impliquent foncièrement dans le mouvement citoyen du 16 février dans la wilaya. Des collectifs s'activent, chacun de son côté, à sensibiliser et mobiliser la population autour de la question des détenus et de l'impératif de maintenir les manifestations de rue.
La dynamique est certaine et n'est pas limitée au seul espace du chef-lieu de wilaya. Depuis au moins trois semaines, Kherrata a ses mardis de marches populaires. Akbou marche en nombre chaque vendredi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.