L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'AIE prévoit un ralentissement de la croissance dès 2025    T'as du crédit sous le capot ?    Un secteur industriel important et diversifié    Les boulangers avertissent !    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    Entraînement spécifique pour Slimani    Le stade du 5-Juillet sera fermé pour deux mois    Boudebouz, la renaissance sous Puel    Allik évoque la première défaite de la saison et la situation du Chabab    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    La consommation de l'huile d'olive ne dépasse pas le 1,5 kg/an par personne en Algérie"    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Ténès: Le diabète mobilise    Installation du nouveau procureur général Kardoun Saber    Le sixième candidat    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Des morts dans des manifestations anti-Condé    Acquittement pour 5 prévenus    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Election présidentielle du 12 décembre prochain La Charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    «Bien entamer la campagne»    «Brahimi s'est absenté pour des raisons familiales»    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Des élus de La France insoumise interdits de séjour
Publié dans El Watan le 03 - 10 - 2019

L'APC de Chemini, une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Béjaïa, et le Café littéraire de la même ville ont dû annuler, hier, la conférence-débat que devaient animer, en fin de journée dans la salle des réunions de la commune, des élus du parti français de Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise, sur les «modes de gouvernance dans le monde».
Les animateurs, Mathilde Panot, une députée du parti et coprésidente du groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, ainsi que le député-suppléant et conseiller municipal de Val-de- Marne, Mourad Tagzout, originaire de Souk Oufella, voisine de Chemini, ont été interpellés la veille par la police et escortés jusque dans un hôtel à Alger. Ordre leur a été donné de quitter Béjaïa. La délégation française était composée de deux autres représentants du parti français, un Franco-Tunisien et une femme membre du secrétariat de Mélenchon.
Attendus à Chemini en début de l'après-midi, en partance d'Alger, les élus français ont préféré rejoindre directement la marche de la communauté universitaire qui avait mobilisé du monde dans les rues de Béjaïa. La police ne semblait pas être au courant de ce déplacement. Elle a été alertée par une vidéo mise en ligne, où les deux élus s'exprimaient sur le mouvement populaire. Des policiers sont intervenus à la fin de la marche et emmené les deux cadres de La France insoumise vers le commissariat central.
C'est leur présence dans la manifestation qui a dérangé les autorités. Et peut-être aussi les déclarations de l'élue de La France insoumise. «Ce qui se passe aujourd'hui est extrêmement grave en termes d'exaction des droits humains. L'Union européenne et la France ne doivent pas rester silencieux. S'ils le restent, ils sont complices», déclarait-elle dans la vidéo publiée sur le site web lavantgarde-algerie.
Pour elle, son voyage en Algérie est une «visite privée». Pour les autorités, ce n'en est pas une, malgré que la parlementaire française et ses accompagnateurs sont détenteurs de visas touristiques. La police a évoqué la loi qui oblige tout étranger à se déclarer comme tel pour être escorté dans ses déplacements par les services de sécurité. Après un interrogatoire de plus d'une heure, ils ont été libérés vers 15h. Selon la députée, la police l'«a immobilisée» avec la délégation qui l'accompagnait «sans motif».
C'est ce qu'elle a écrit dans un communiqué de presse publié, à la mi-journée d'hier, sur son compte Facebook. La délégation a tourné dans la ville avant de prendre la destination de Chemini. Elle a été une nouvelle fois arrêtée au niveau du barrage fixe de la police, à Bir Slam, sortie sud de la ville de Béjaïa. «L'ordre est venu d'en haut», assure une indiscrétion.
Les quatre Français ont été gardés à Bir Slam pendant trois heures. «Là encore sans motif», ajoute la députée française. C'est la rencontre programmée à Chemini qui dérange. Ordre est donné d'escorter la délégation vers Alger. Rejointe par le maire de Chemini, Madjid Ouddak, et l'élu APW, Reda Boudraa (RCD), la délégation a malgré tout fait un détour par la ville de Chemini, puis s'est arrêtée à Akbou avant de rouler vers Alger, suivie par cinq voitures de police. Son interpellation a fait réagir le président du parti, Jean-Luc Mélenchon, qui a saisi le consul de France à Alger.
Mélenchon a écrit sur son compte Facebook que les représentants de son parti «sont placés en séjour surveillé à Alger sans connaître les intentions pour la suite de ceux qui les ont contraints à ce retour sous escorte». Le groupe parlementaire de La France insoumise «demande la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler».
«Je ne suis pas venue en Algérie pour créer du trouble. Je rendais visite à des citoyens engagés pour la justice sociale et la démocratie. (…) Je réitère mon admiration pour l'action du peuple algérien et toute ma solidarité pour la magnifique lutte qu'il mène pour sa dignité», a conclu Mathilde Panot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.