Cérémonie d'installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale    Covid-19: 532 nouveaux cas, 474 guérisons et 9 décès    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Des élus de La France insoumise interdits de séjour
Publié dans El Watan le 03 - 10 - 2019

L'APC de Chemini, une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Béjaïa, et le Café littéraire de la même ville ont dû annuler, hier, la conférence-débat que devaient animer, en fin de journée dans la salle des réunions de la commune, des élus du parti français de Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise, sur les «modes de gouvernance dans le monde».
Les animateurs, Mathilde Panot, une députée du parti et coprésidente du groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, ainsi que le député-suppléant et conseiller municipal de Val-de- Marne, Mourad Tagzout, originaire de Souk Oufella, voisine de Chemini, ont été interpellés la veille par la police et escortés jusque dans un hôtel à Alger. Ordre leur a été donné de quitter Béjaïa. La délégation française était composée de deux autres représentants du parti français, un Franco-Tunisien et une femme membre du secrétariat de Mélenchon.
Attendus à Chemini en début de l'après-midi, en partance d'Alger, les élus français ont préféré rejoindre directement la marche de la communauté universitaire qui avait mobilisé du monde dans les rues de Béjaïa. La police ne semblait pas être au courant de ce déplacement. Elle a été alertée par une vidéo mise en ligne, où les deux élus s'exprimaient sur le mouvement populaire. Des policiers sont intervenus à la fin de la marche et emmené les deux cadres de La France insoumise vers le commissariat central.
C'est leur présence dans la manifestation qui a dérangé les autorités. Et peut-être aussi les déclarations de l'élue de La France insoumise. «Ce qui se passe aujourd'hui est extrêmement grave en termes d'exaction des droits humains. L'Union européenne et la France ne doivent pas rester silencieux. S'ils le restent, ils sont complices», déclarait-elle dans la vidéo publiée sur le site web lavantgarde-algerie.
Pour elle, son voyage en Algérie est une «visite privée». Pour les autorités, ce n'en est pas une, malgré que la parlementaire française et ses accompagnateurs sont détenteurs de visas touristiques. La police a évoqué la loi qui oblige tout étranger à se déclarer comme tel pour être escorté dans ses déplacements par les services de sécurité. Après un interrogatoire de plus d'une heure, ils ont été libérés vers 15h. Selon la députée, la police l'«a immobilisée» avec la délégation qui l'accompagnait «sans motif».
C'est ce qu'elle a écrit dans un communiqué de presse publié, à la mi-journée d'hier, sur son compte Facebook. La délégation a tourné dans la ville avant de prendre la destination de Chemini. Elle a été une nouvelle fois arrêtée au niveau du barrage fixe de la police, à Bir Slam, sortie sud de la ville de Béjaïa. «L'ordre est venu d'en haut», assure une indiscrétion.
Les quatre Français ont été gardés à Bir Slam pendant trois heures. «Là encore sans motif», ajoute la députée française. C'est la rencontre programmée à Chemini qui dérange. Ordre est donné d'escorter la délégation vers Alger. Rejointe par le maire de Chemini, Madjid Ouddak, et l'élu APW, Reda Boudraa (RCD), la délégation a malgré tout fait un détour par la ville de Chemini, puis s'est arrêtée à Akbou avant de rouler vers Alger, suivie par cinq voitures de police. Son interpellation a fait réagir le président du parti, Jean-Luc Mélenchon, qui a saisi le consul de France à Alger.
Mélenchon a écrit sur son compte Facebook que les représentants de son parti «sont placés en séjour surveillé à Alger sans connaître les intentions pour la suite de ceux qui les ont contraints à ce retour sous escorte». Le groupe parlementaire de La France insoumise «demande la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler».
«Je ne suis pas venue en Algérie pour créer du trouble. Je rendais visite à des citoyens engagés pour la justice sociale et la démocratie. (…) Je réitère mon admiration pour l'action du peuple algérien et toute ma solidarité pour la magnifique lutte qu'il mène pour sa dignité», a conclu Mathilde Panot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.