Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une délégation d'Algériens de France sera reçue lundi à l'Elysée
Ils dénoncent le soutien de Macron à Bouteflika
Publié dans Liberté le 16 - 03 - 2019

Six personnalités représentant la diaspora algérienne en France ont rendez-vous lundi à 16h au palais de l'Elysée où elles doivent rencontrer le conseiller diplomatique du président Emmanuel Macron, Aurelien Le Chevalier, et sa conseillère pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Marie Philipe. La délégation sera formée par Abdellah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie et du Conseil des Mozabites d'Europe, Salima Saâdi, élue départementale de Moselle, Sofiane Ghozlane, adjoint au maire de Pontault-Combault (banlieue parisienne), Samira Brahmia, auteure-interprète, Akli Mellouli, maire-adjoint de la ville de Boneuil-sur-Marne (près de Paris), et Nadia Salem, conseillère en stratégie sociale. Ces personnes font partie d'un collectif d'une trentaine d'élus, et de représentants de la société civile qui vient d'adresser une lettre ouverte à M. Macron, lui reprochant les propos qu'il a tenus, après l'annonce du prolongement du mandat du président Bouteflika. Le locataire de l'Elysée avait salué depuis Djibouti, mardi dernier, la décision du chef de l'Etat de ne pas se représenter et de différer la tenue de l'élection, estimant que celle-ci signe "une nouvelle page" de l'histoire algérienne. "Le choix de la France de saluer cette décision — sans faire cas de l'environnement juridique algérien — est désormais considéré par la majorité des Algériens comme un soutien de la France au coup de force du pouvoir en place, contre la Constitution algérienne et, par conséquent, contre le peuple algérien", ont réagi les signataires de la lettre ouverte qui ont regretté ce qu'ils considèrent comme "un quitus donné précocement au Président algérien, qui fait fi du rejet absolu de ce pouvoir par le peuple algérien". Se plaçant aux côtés des manifestants en Algérie dans leur lutte pour une transition démocratique, le collectif a demandé audience au président Macron pour le sensibiliser sur la situation qui prévaut actuellement en Algérie et l'alerter sur les conséquences fâcheuses du soutien qu'il continue à apporter au régime algérien. Les signataires souhaitent être reçus le 19 mars prochain, date anniversaire du cessez-le-feu en 1962.
Pour le moment, le président Macron n'a pas répondu à la demande des représentants de la diaspora. Il a préféré déléguer ses conseillers pour connaître avec précision leurs revendications. "Notre demande est claire. La France doit arrêter de s'ingérer en Algérie", souligne Abdellah Zekri, joint hier par téléphone. Selon lui, le gouvernement français doit écouter ce que veut le peuple algérien qui est engagé pacifiquement pour recouvrer ses droits. Des députés français ont également reproché à M. Macron de s'immiscer dans les affaires algériennes. Pierre Dharréville, membre du groupe d'amitié France-Algérie à l'Assemblée nationale, estime que "le peuple algérien n'a pas besoin de nous pour construire et décider de son avenir, et au regard de l'Histoire, il faut être très clair sur cette question-là". Mathilde Panot, députée de La France insoumise, est du même avis : "Non, ce n'est pas au président de la République de se prononcer sur ces questions-là, et je pense que ce serait beaucoup plus son rôle d'écouter ce qu'il se passe, de répondre aux revendications en France, que de donner des conseils aux Algériens."
S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.