Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une délégation d'Algériens de France sera reçue lundi à l'Elysée
Ils dénoncent le soutien de Macron à Bouteflika
Publié dans Liberté le 16 - 03 - 2019

Six personnalités représentant la diaspora algérienne en France ont rendez-vous lundi à 16h au palais de l'Elysée où elles doivent rencontrer le conseiller diplomatique du président Emmanuel Macron, Aurelien Le Chevalier, et sa conseillère pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, Marie Philipe. La délégation sera formée par Abdellah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie et du Conseil des Mozabites d'Europe, Salima Saâdi, élue départementale de Moselle, Sofiane Ghozlane, adjoint au maire de Pontault-Combault (banlieue parisienne), Samira Brahmia, auteure-interprète, Akli Mellouli, maire-adjoint de la ville de Boneuil-sur-Marne (près de Paris), et Nadia Salem, conseillère en stratégie sociale. Ces personnes font partie d'un collectif d'une trentaine d'élus, et de représentants de la société civile qui vient d'adresser une lettre ouverte à M. Macron, lui reprochant les propos qu'il a tenus, après l'annonce du prolongement du mandat du président Bouteflika. Le locataire de l'Elysée avait salué depuis Djibouti, mardi dernier, la décision du chef de l'Etat de ne pas se représenter et de différer la tenue de l'élection, estimant que celle-ci signe "une nouvelle page" de l'histoire algérienne. "Le choix de la France de saluer cette décision — sans faire cas de l'environnement juridique algérien — est désormais considéré par la majorité des Algériens comme un soutien de la France au coup de force du pouvoir en place, contre la Constitution algérienne et, par conséquent, contre le peuple algérien", ont réagi les signataires de la lettre ouverte qui ont regretté ce qu'ils considèrent comme "un quitus donné précocement au Président algérien, qui fait fi du rejet absolu de ce pouvoir par le peuple algérien". Se plaçant aux côtés des manifestants en Algérie dans leur lutte pour une transition démocratique, le collectif a demandé audience au président Macron pour le sensibiliser sur la situation qui prévaut actuellement en Algérie et l'alerter sur les conséquences fâcheuses du soutien qu'il continue à apporter au régime algérien. Les signataires souhaitent être reçus le 19 mars prochain, date anniversaire du cessez-le-feu en 1962.
Pour le moment, le président Macron n'a pas répondu à la demande des représentants de la diaspora. Il a préféré déléguer ses conseillers pour connaître avec précision leurs revendications. "Notre demande est claire. La France doit arrêter de s'ingérer en Algérie", souligne Abdellah Zekri, joint hier par téléphone. Selon lui, le gouvernement français doit écouter ce que veut le peuple algérien qui est engagé pacifiquement pour recouvrer ses droits. Des députés français ont également reproché à M. Macron de s'immiscer dans les affaires algériennes. Pierre Dharréville, membre du groupe d'amitié France-Algérie à l'Assemblée nationale, estime que "le peuple algérien n'a pas besoin de nous pour construire et décider de son avenir, et au regard de l'Histoire, il faut être très clair sur cette question-là". Mathilde Panot, députée de La France insoumise, est du même avis : "Non, ce n'est pas au président de la République de se prononcer sur ces questions-là, et je pense que ce serait beaucoup plus son rôle d'écouter ce qu'il se passe, de répondre aux revendications en France, que de donner des conseils aux Algériens."
S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.