Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Ligue arabe accuse Ankara de propager le terrorisme
Offensive turque contre les Kurdes syriens
Publié dans El Watan le 14 - 10 - 2019

Le nombre de déplacés, suite à l'offensive turque contre des positions kurdes dans le nord-est de la Syrie, «pourrait atteindre 400 000» personnes contraintes de fuir leurs foyers, indique l'ONU.
L'offensive turque au Nord-Est syrien contre les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) s'est poursuivie hier, au cinquième jour depuis son déclenchement sur fond de large condamnation internationale.
Les combats sont intenses entre les deux belligérants. Les forces turques et leurs supplétifs syriens ont pris le contrôle dans la journée de la ville frontalière de Tal Abyad. Il s'agit de la plus grande ville conquise jusqu'à présent par Ankara.
La seule cible majeure qui reste à prendre dans la phase initiale de l'assaut est la ville de Ras Al Aïn.
Selon le premier bilan communiqué par des sources locales, les affrontements entre les forces turques et les milices kurdes qu'Ankara accuse de soutenir le PKK ont provoqué la mort de plus de 150 personnes, dont une cinquantaine de civils, et l'exode de plus de 130 000.
L'ONU a averti que le nombre de déplacés suite à l'offensive turque «pourrait atteindre 400 000».
Ce que tout le monde craignait a par ailleurs fini par se produire. Les autorités kurdes ont annoncé hier la fuite de près de 800 proches de terroristes étrangers de Daech d'un camp de déplacés du nord de la Syrie, à proximité de combats entre forces kurdes et pro-turques.
L'administration semi-autonome a rapporté la fuite de «785» proches de djihadistes, assurant que «le camp de Aïn Issa était désormais sans gardes».
L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a assuré que les gardes du camp l'avaient «quitté» et que «des déplacés» fuyaient «au fur et à mesure».
La Maison-Blanche confirme, quant à elle, le lâchage de ses alliés kurdes. Le chef du Pentagone, Mark Esper, a annoncé hier le retrait de jusqu'à 1000 soldats américains du nord de la Syrie, sur ordre de Donald Trump.
Il a évoqué sur la chaîne CBS une «situation intenable» pour des troupes qui «peuvent se retrouver prises en étau» entre les Kurdes et les Turques.
Le Président a «ordonné que nous commencions un retrait délibéré des forces américaines de la partie nord de la Syrie», a déclaré M. Esper sur la chaîne Fox News, parlant de «moins» de 1000 soldats.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a soutenu pour sa part que la décision prise par certains pays européens de cesser leurs ventes d'armes à la Turquie ne suffira pas à stopper son opération en Syrie.
Il a par ailleurs rejeté les «offres de ceux qui proposent une médiation» entre la Turquie et les YPG. L'opération contre les YPG vise, selon Ankara, à mettre en place une «zone de sécurité» séparant la frontière turque des territoires contrôlés par la milice kurde et susceptible d'accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens actuellement réfugiés en Turquie.
M. Erdogan a déclaré que cette «zone de sécurité» serait profonde de «30 à 35 km» et s'étirerait, à terme, du fleuve Euphrate à la frontière irakienne, soit une longueur de 480 km.
Pour la communauté internationale autant que pour la Ligue arabe, cette offensive n'est rien d'autre qu'une violation de la souveraineté de la Syrie, qui sert à nourrir les visées expansionnistes de la Turquie.
Des visées qui ont déjà conduit Ankara à essayer, avec l'aide des pétromonarchies du Golfe et de pays occidentaux, de renverser Bachar Al Assad. La Ligue arabe a accusé en outre Ankara de propager le terrorisme dans la région.
La presse turque, très majoritairement favorable à l'offensive en cours contre les forces kurdes des SDF (Forces démocratiques syriennes) dans le nord de la Syrie, n'hésite pas à applaudir aussi l'exécution de civils.
C'est le cas notamment du journal nationaliste Yeni Safak qui a salué l'exécution de Hevrin Khalaf, une femme politique kurde syrienne, et de son chauffeur dans le nord de la Syrie.
«A la suite d'une opération réussie, la secrétaire générale du Parti du futur de la Syrie, liée au parti politique terroriste PYD, a été mise hors d'état de nuire», se félicitait ainsi le quotidien islamo-nationaliste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.