A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Israël tue un commandant militaire du Jihad Islamique : Vers une nouvelle guerre à Ghaza ?
Publié dans El Watan le 13 - 11 - 2019

L'occupation israélienne a renoué hier avec la politique des assassinats de dirigeants au sein des différentes factions palestiniennes, en tuant, à l'aube, Baha Abou Al Aata, un haut commandant militaire des Sarayas Al Qods, la branche armée du Jihad islamique.
Sa femme, également, est tombée en martyr dans le bombardement de leur maison, dans le quartier de Chedjaiya, à l'est de la ville de Ghaza.
Quatre des enfants d'Abou Al Aata et une voisine ont été blessés dans cette agression qui fait craindre une nouvelle escalade militaire d'envergure dans la bande de Ghaza par l'armée de l'occupation israélienne, qui a reconnu sa responsabilité dans la mort du commandant militaire du Jihad islamique, l'allié du mouvement Hamas qui contrôle en solo l'enclave palestinienne depuis l'été 2007. «Nous sommes prêts pour plusieurs jours d'affrontements, y compris dans le centre du pays», a déclaré le porte-parole de l'armée de l'occupation. «Baha Abou Al Aata était une réelle bombe à retardement qui planifiait des attaques imminentes sur Israël», a ajouté la même source.
La résistance palestinienne, particulièrement les Sarayas Al Qods, a répondu au crime israélien par le tir de dizaines de roquettes et de missiles sur l'entité sioniste, dont certains ont atteint la banlieue sud de Tel-Aviv, au cœur de l'Etat hébreu.
Les frappes de l'armée de l'occupation israélienne se sont poursuivies durant la matinée sous forme de raids aériens contre différentes cibles à travers la bande de Ghaza. Une des frappes aériennes a visé deux membres des Sarayas qui circulaient à moto au nord de l'enclave palestinienne.
L'un d'eux, Mhamad Aatiya, âgé de 20 ans, est tombé en martyr. L'autre a été gravement blessé. Le ministère de la Santé à Ghaza a indiqué qu'il y avait eu en tout 5 Palestiniens tués. Il a évoqué aussi 18 blessés, dont des femmes et des enfants.
L'atmosphère à Ghaza ressemblait beaucoup en cette matinée à celle qui régnait durant les guerres de 2008, 2012 et 2014, qui avaient fait des milliers de martyrs et de blessés parmi les Palestiniens, en majorité des civils désarmés. Après une réunion de la chambre d'opération commune, les factions palestiniennes armées ont déclaré être prêtes à faire face à toute escalade militaire israélienne et ont «juré de faire payer l'entité sioniste l'assassinat du commandant militaire Baha Abou Al Aata».
Netanyahu cherche à gagner des points
En difficulté sur la scène interne, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, qui n'arrive pas à former un nouveau gouvernement après les dernières élections législatives, a donné son accord pour l'élimination du commandant militaire du Jihad islamique.
Il a confirmé en milieu de matinée, au cours d'une conférence de presse avec le chef d'état-major de l'armée de l'occupation, Aviv Kochavi, «l'élimination» de Baha Abou Al Aata. Il a présenté le responsable du Jihad islamique comme «l'un des principaux organisateurs du terrorisme dans Ghaza, qui a perpétré de nombreux attentats et tiré des centaines de roquettes vers les localités israéliennes, il en préparait d'ailleurs d'autres pour les jours à venir».
Pour Aviv Kochavi, Abou Al Aata «était l'homme qui avait déstabilisé la sécurité des localités du sud d'Israël et qui utilisait tous les moyens pour provoquer une escalade des tensions». «Nous avons tenté d'éviter ces actions, sans succès, mais dès la première occasion, nous avons agi pour l'éliminer», a ajouté le chef d'état-major de l'armée de l'occupation israélienne. Les deux responsables israéliens ont déclaré ne pas être intéressés par une grande escalade militaire, tout en tentant de diaboliser le Jihad islamique et écarter le mouvement Hamas des incidents graves d'hier dans la bande de Ghaza.
Israël a tout de même déclaré l'alerte maximale. Les écoles ont fermé leurs portes. Des routes dans le sud de l'Etat hébreu ont été fermées à la circulation. Les habitants ont été invités à rester dans des lieux sûrs. Les abris ont été ouverts.
Accusé de corruption par la justice israélienne, Netanyahu veut absolument être à la tête du nouveau gouvernement, un poste qui lui procure une certaine immunité. Il semble avoir choisi le sang palestinien pour gagner plus de points auprès de l'opinion publique et des partis israéliens de droite.
Mais est-ce le bon choix ? Il est possible qu'il y ait aussi des victimes israéliennes au cours de cette nouvelle escalade. Si c'est le cas, il est certain que cette nouvelle aventure guerrière sera fatale pour Netanyahu.

Ghaza
De notre correspondant Farès Chahine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.