Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Israël tue un commandant militaire du Jihad Islamique : Vers une nouvelle guerre à Ghaza ?
Publié dans El Watan le 13 - 11 - 2019

L'occupation israélienne a renoué hier avec la politique des assassinats de dirigeants au sein des différentes factions palestiniennes, en tuant, à l'aube, Baha Abou Al Aata, un haut commandant militaire des Sarayas Al Qods, la branche armée du Jihad islamique.
Sa femme, également, est tombée en martyr dans le bombardement de leur maison, dans le quartier de Chedjaiya, à l'est de la ville de Ghaza.
Quatre des enfants d'Abou Al Aata et une voisine ont été blessés dans cette agression qui fait craindre une nouvelle escalade militaire d'envergure dans la bande de Ghaza par l'armée de l'occupation israélienne, qui a reconnu sa responsabilité dans la mort du commandant militaire du Jihad islamique, l'allié du mouvement Hamas qui contrôle en solo l'enclave palestinienne depuis l'été 2007. «Nous sommes prêts pour plusieurs jours d'affrontements, y compris dans le centre du pays», a déclaré le porte-parole de l'armée de l'occupation. «Baha Abou Al Aata était une réelle bombe à retardement qui planifiait des attaques imminentes sur Israël», a ajouté la même source.
La résistance palestinienne, particulièrement les Sarayas Al Qods, a répondu au crime israélien par le tir de dizaines de roquettes et de missiles sur l'entité sioniste, dont certains ont atteint la banlieue sud de Tel-Aviv, au cœur de l'Etat hébreu.
Les frappes de l'armée de l'occupation israélienne se sont poursuivies durant la matinée sous forme de raids aériens contre différentes cibles à travers la bande de Ghaza. Une des frappes aériennes a visé deux membres des Sarayas qui circulaient à moto au nord de l'enclave palestinienne.
L'un d'eux, Mhamad Aatiya, âgé de 20 ans, est tombé en martyr. L'autre a été gravement blessé. Le ministère de la Santé à Ghaza a indiqué qu'il y avait eu en tout 5 Palestiniens tués. Il a évoqué aussi 18 blessés, dont des femmes et des enfants.
L'atmosphère à Ghaza ressemblait beaucoup en cette matinée à celle qui régnait durant les guerres de 2008, 2012 et 2014, qui avaient fait des milliers de martyrs et de blessés parmi les Palestiniens, en majorité des civils désarmés. Après une réunion de la chambre d'opération commune, les factions palestiniennes armées ont déclaré être prêtes à faire face à toute escalade militaire israélienne et ont «juré de faire payer l'entité sioniste l'assassinat du commandant militaire Baha Abou Al Aata».
Netanyahu cherche à gagner des points
En difficulté sur la scène interne, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, qui n'arrive pas à former un nouveau gouvernement après les dernières élections législatives, a donné son accord pour l'élimination du commandant militaire du Jihad islamique.
Il a confirmé en milieu de matinée, au cours d'une conférence de presse avec le chef d'état-major de l'armée de l'occupation, Aviv Kochavi, «l'élimination» de Baha Abou Al Aata. Il a présenté le responsable du Jihad islamique comme «l'un des principaux organisateurs du terrorisme dans Ghaza, qui a perpétré de nombreux attentats et tiré des centaines de roquettes vers les localités israéliennes, il en préparait d'ailleurs d'autres pour les jours à venir».
Pour Aviv Kochavi, Abou Al Aata «était l'homme qui avait déstabilisé la sécurité des localités du sud d'Israël et qui utilisait tous les moyens pour provoquer une escalade des tensions». «Nous avons tenté d'éviter ces actions, sans succès, mais dès la première occasion, nous avons agi pour l'éliminer», a ajouté le chef d'état-major de l'armée de l'occupation israélienne. Les deux responsables israéliens ont déclaré ne pas être intéressés par une grande escalade militaire, tout en tentant de diaboliser le Jihad islamique et écarter le mouvement Hamas des incidents graves d'hier dans la bande de Ghaza.
Israël a tout de même déclaré l'alerte maximale. Les écoles ont fermé leurs portes. Des routes dans le sud de l'Etat hébreu ont été fermées à la circulation. Les habitants ont été invités à rester dans des lieux sûrs. Les abris ont été ouverts.
Accusé de corruption par la justice israélienne, Netanyahu veut absolument être à la tête du nouveau gouvernement, un poste qui lui procure une certaine immunité. Il semble avoir choisi le sang palestinien pour gagner plus de points auprès de l'opinion publique et des partis israéliens de droite.
Mais est-ce le bon choix ? Il est possible qu'il y ait aussi des victimes israéliennes au cours de cette nouvelle escalade. Si c'est le cas, il est certain que cette nouvelle aventure guerrière sera fatale pour Netanyahu.

Ghaza
De notre correspondant Farès Chahine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.