Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    Séisme à Jijel : pas de pertes humaines ou matérielles    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère trace une nouvelle feuille de route    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    CORONAVIRUS : L'Algérie met en place un dispositif d'alerte et de riposte    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Un gouvernement de la chefferie à la primature    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le réflexe de Chitour    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Le jugement de Si Slimane    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Les raisons de la colère    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Athènes expulse l'ambassadeur libyen
Accord controversé entre Ankara et Tripoli
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2019

La Grèce a annoncé, hier, l'expulsion de l'ambassadeur libyen à Athènes. Cette décision est motivée par le fait que Tripoli n'a pas révélé, comme le gouvernement grec l'a exigé, le contenu d'un accord controversé avec la Turquie de délimitation maritime, signé la semaine dernière.
«L'ambassadeur libyen a été convoqué au ministère ce matin et a été informé de son expulsion», a déclaré «avec regret» aux médias le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, cité par des médias.
Un délai de 72 heures lui a été donné pour quitter la Grèce, a-t-il précisé, ajoutant que «son expulsion ne signifiait pas l'interruption des relations diplomatiques avec la Libye».
L'accord a été signé le 27 novembre à Istanbul par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et Fayez Al Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par les Nations unies.
Athènes «condamne vivement cet accord» qui «tente de délimiter des zones maritimes entre la Turquie et la Libye, ce qui constitue une violation du droit maritime international et des droits souverains de la Grèce et d'autres pays», a fustigé Nikos Dendias. «Il n'y a pas de frontière entre la Turquie et la Libye», a expliqué le porte-parole du ministère, Alexandros Gennimatas, soulignant qu'on ne pouvait fonder le droit «sur l'illégalité».
A l'occasion d'un débat au Parlement, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a indiqué que cet accord «supprime de la carte certaines îles grecques» et «a déjà entraîné l'isolement diplomatique de la Turquie». L'accord a été «dénoncé par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Egypte et Israël», a-t-il ajouté, soulignant que la question sera abordée lors du sommet européen, la semaine prochaine à Bruxelles.
De son côté, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déploré l'expulsion de l'ambassadeur libyen, la qualifiant «d'erreur». Cette expulsion «ne convient pas à la courtoisie diplomatique. Est-il juste de menacer un pays ?» a-t-il déclaré depuis Rome à une télévision turque.
Qualifié de mémorandum par Tripoli, cet accord a suscité de vives réactions de pays riverains de la Méditerranée. Outre la Grèce, Chypre et l'Egypte ont déploré sa signature. La découverte de réserves de gaz et de pétrole au large de Chypre, dans le sud-est de la Méditerranée, a déclenché ces dernières années une dispute entre Nicosie, appuyée par la Grèce et l'Union européenne, et Ankara, qui occupe la partie nord de l'île.
Selon la presse turque, une fois l'accord ratifié par le Parlement turc, Ankara communiquera aux Nations unies (ONU) les coordonnées de sa nouvelle «zone économique exclusive (ZEE)» en Méditerranée orientale.
Mais le Premier ministre grec a estimé qu'en raison de la situation compliquée en Libye, cet accord n'avait pas de valeur juridique car il ne pourrait pas être signé par l'actuel gouvernement à Tripoli. «Cet accord va s'effondrer dès sa naissance», a-t-il indiqué. Mercredi prochain, Aguila Salah Issa, président contesté du Parlement libyen qui s'est déclaré «contre cet accord», selon Athènes, effectuera une visite dans la capitale grecque.
Porte d'entrée de milliers de demandeurs d'asile, la Grèce, membre de l'Otan comme la Turquie, maintient des relations délicates avec sa voisine. L'un des principaux différends bilatéraux est la délimitation du plateau continental des îles grecques en mer Egée, qui sépare la Grèce de la Turquie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.