Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La faille nord-sud à l'étude
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2020

Il fut un temps où il fallait vivre au Nord pour vivre mieux, temps remplacé par la décennie du terrorisme où être muté dans le Sud était une récompense.
La situation s'est encore inversée, c'est au Sud qu'il y a du terrorisme, à l'exemple de la récente attaque à Timiaouine, et pour punir, à l'image du procureur de Sidi M'hamed en colère contre les injonctions d'en haut, c'est-à-dire du Nord vertical, on le mute au Sud.
C'est donc une sanction, mais c'est toujours dans le Sud qu'on va chercher les hydrocarbures qui assurent à l'Algérie un semblant de stabilité financière, permettant, entre autres, d'assurer les salaires des députés, qu'ils soient d'ailleurs du Sud ou du Nord.
Ce qui a mis en colère des députés justement, pas sur la question des salaires mais de la représentation. Ainsi, pour cet élu de Tamanrasset, «58 ans après l'indépendance, nous n'avons pas de ministre, de wali ou de consul, de diplomate ou de dirigeant d'entreprise».
Ce qui n'est pas entièrement vrai, le ministre Hacène Mermouri est de Djanet et d'ailleurs son frère est wali de Tindouf, ce qui ici pose un autre problème.
Le ministre en question étant officiellement ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du Travail familial, d'après cet ajout que l'on doit au président Tebboune et à son Premier ministre, Hacène Mermouri a-t-il pris son poste au premier degré ?
Ou, quand on est du Sud, faut-il avoir un frère ministre pour être wali ? Résumons l'équation, Djanet est à l'extrême est du Sud et Tindouf est à l'extrême ouest du même Sud, les deux frères vivent à 1800 km l'un de l'autre, éloignés de 2200 et 3200 km de leur lieu de naissance.
L'actuel Président est de l'Ouest, à 500 km d'Alger, et son Premier ministre est de l'Est, à 500 km d'Alger. S'il faut 4 jours en voiture pour rallier le Club des Pins à Timiaouine, combien faut-il de temps pour un développement homogène ?
Résultat, en dehors du fédéralisme, avec walis élus par leur population, pas de solutions. Le pays est si grand, ses dirigeants si petits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.