«L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Satisfaction des autorités, frustration des candidats    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2020

Pour éviter d'être sous les projecteurs de l'Occident, les groupes terroristes en Afrique de l'Ouest ne déclarent pas de «califats», rusant pour «gagner du temps, s'entraîner, rassembler des forces et préparer des attaques qui pourraient finalement atteindre des cibles internationales majeures».
Les groupes terroristes liés à Al Qaîda et à l'Etat islamique sévissant au Sahel «coordonnent» désormais leurs opérations pour prendre le contrôle de vastes territoires dans la région de l'Afrique de l'Ouest.
Selon le Washington Post, qui citait hier le général de brigade Dagvin Anderson, chef des forces américaines pour l'Afrique (Africom), les terroristes, toutes bannières confondues, sont en train de «coaliser», de «coordonner» leurs attaques et de délimiter des zones d'influence «mutuellement convenues dans le Sahel». «Ce que nous avons vu n'est pas seulement des actes de violence aléatoires sous une bannière terroriste, mais une campagne délibérée qui tente de rassembler ces différents groupes sous une cause commune», a déclaré le général Dagvin Anderson en marge d'importantes manœuvres (exercice Flintlock) américaines en Mauritanie, qui réunit depuis le 17 février plus de 1600 soldats occidentaux et issus des pays incorporés du G5 Sahel.
Danielle Paquette, la cheffe du bureau du Washington Post en Afrique de l'Ouest (basé à Nouakchott), a fait le tour de table d'une douzaine de hauts fonctionnaires et de chefs militaires américains, de France et d'Afrique de l'Ouest qui s'accordent sur la mutation en cours dans les stratégies des nébuleuses terroristes.
Le gotha de la lutte, cité par Danielle Paquette, constate que les terroristes utilisent des «tactiques de plus en plus sophistiquées». Enracinés plus profondément au Mali, au Niger et au Burkina Faso, «ils attaquent les bases de l'armée et dominent les villages avec une force surprenante».
Pour éviter d'être sous les projecteurs de l'Occident, les groupes terroristes ne déclarent pas de «califats», rusant pour «gagner du temps, s'entraîner, rassembler des forces et préparer des attaques qui pourraient finalement atteindre des cibles internationales majeures».
Toujours en marge de Flintlock, des responsables US ont «rassuré» sur le fait que le ministère de la Défense «n'avait pris aucune décision portant transfert des ressources vers la région Asie-Pacifique pour contrer la Chine et la Russie».
De Dakar, Mike Pompeo, secrétaire d'Etat américain, avait affirmé, dimanche dernier, que les Etats-Unis n'ont pas encore tranché la question de réduire ou non la présence américaine en Afrique. «Les Etats-Unis veilleront à faire ce qu'il faut», avait-il déclaré. Réunis à Lomé, au Togo, en janvier dernier, les président et chefs d'Etat de pays de l'Afrique de l'Ouest ont «pressé» les Etats-Unis de maintenir son dispositif militaire en Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.