Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exercice militaire "Flintlock" 2018 au Niger
MANOEUVRES MILITAIRES AU SAHEL
Publié dans L'Expression le 08 - 04 - 2018

L'an dernier, les Etats-Unis ont organisé la 11e édition des manoeuvres Flintlock au Burkina (photo archives)
Au total, 1 900 militaires de 20 pays d'Europe et d'Afrique participent à l'exercice militaire «international, «Flintlock 2018» initié en 2005 par Africom, a annoncé vendredi le département d'Etat américain.
Les Etats-Unis ont annoncé vendredi la tenue de l'exercice militaire Flintlock 2018 du 9 au 20 avril au Niger avec la participation d'une vingtaine de pays africains et occidentaux. Outre le Niger, qui sera la principale scène de ces manoeuvres militaires, le Burkina Faso et le Sénégal accueilleront une partie de ces opérations dirigées par le commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (Africom), a indiqué le département d'Etat dans un communiqué. Au total, 1 900 militaires de 20 pays d'Europe et d'Afrique participent à cet exercice militaire international, initié en 2005 par Africom, selon la même source. Les pays africains participants comprennent le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, et le Sénégal. Une douzaine de pays occidentaux prennent également part à l'édition de cette année, dont les Etats-Unis, le Canada, l'Autriche, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Belgique, l'Italie et l'Espagne. «L'exercice de cette année vise à renforcer les capacités de pays clés de la région à lutter contre les organisations extrémistes violentes», selon Africom.
«Cette année, nous avons choisi de cibler les menaces pesant sur la grande région du Sahel et nous avons axé l'exercice sur des activités plus opérationnelles que par le passé», a déclaré le général Marcus Hicks, le chef des opérations spécial pour l'Afrique (Socafrica), lors d'une conférence de presse téléphonique animée avec l'ambassadeur américain au Niger Eric Whitaker. C'est la raison pour laquelle cette formation militaire est destinée aux pays du G5 Sahel et ceux de la force multinationale opérationnelle inter-armée (Mnjtf) qui mène la lutte contre Boko Haram et l'Organisation de l'Etat islamique en Afrique de l'ouest, a ajouté le chef de Socafrica, un commandement subordonné d'Africom.
Au cours de cette conférence de presse, le général Marcus Hicks a réitéré la vision de son pays de maintenir une coopération militaire bilatérale avec les pays du G5 Sahel, estimant qu'il est encore prématuré de coopérer avec eux en tant que force conjointe. Concernant les perspectives militaires américaines «nous envisageons de coopérer avec chacun des Etats membres et de leur fournir la formation et L'assistance (nécessaires) () mais nous restons flexibles et réactifs à mesure que le G5 Sahel poursuivra ses opérations», a-t-il dit en réponse à une question sur les perspectives de collaboration entre les Etats-Unis et cette force antiterroriste.
«L'initiative du G5 Sahel vient juste d'être lancée () donc elle est encore relativement précoce, alors que la force est en train de déterminer sa mission et ses capacités et d'établir un inventaire des différentes étapes à suivre pour se développer», a déclaré de son côté l'ambassadeur Eric Whitaker. Pour rappel, l'administration américaine s'est engagée à appuyer la force conjointe G5 Sahel à travers une assistance sécuritaire bilatérale de 60 millions de dollars, mais a refusé de soutenir un financement ou des aides logistiques octroyés par le biais de l'ONU.
L'administration américaine considère toujours la proposition de la France de conférer un mandat onusien à cette force comme étant «trop vaste et manquant de précisions», estimant que le cadre opérationnel du G5 Sahel «n'est pas assez bien défini». L'embuscade au Niger qui a coûté la vie à quatre soldats des forces spéciales américaines n'a pas réussi à faire bouger les lignes, Washington et plusieurs membres du Conseil de sécurité restent sceptiques à l'idée de consolider l'aide aux pays sahéliens dans un cadre multilatéral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.