IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    TRANSPORT URBAIN : Des mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Covid19: 115 nouveaux cas, 178 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    Début de la 179e réunion de la conférence de l'OPEP sous la présidence de l'Algérie    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    BLIDA RESPIRE    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2020

Mahmoud Aroua est médecin anesthésiste-réanimateur. Il est également auteur, romancier et poète.
On lui doit une série de livres de différents genres littéraires. Dans cet entretien, il vous éclaire, vous lecteurs, sur son dernier roman, Sentiments sous anesthésie, publié en septembre 2019, par les éditions ANEP, à l'occasion du salon international du livre d'Alger. Un roman bien construit, truffé d'émotion et de rebondissements.
Propos recueillis par Nacima Chabani

-Votre dernier roman Sentiments sous anesthésie est à forte connotation sentimentale. D'où est venue l'idée de votre roman ?
Après avoir exercé plus d'une dizaine d'années au service anesthésie-réanimation, une des spécialités médicales les plus complexes et les plus éprouvantes, aussi bien physiquement que moralement, l'idée m'est venue d'écrire un roman qui évoque cet environnement hospitalier où le médecin est confronté à la mort, à la souffrance humaine, à l'évolution imprévisible des cas fragiles, mais aussi à l'espoir, à la récupération de la santé, et à la satisfaction professionnelle.
Pour agrémenter le récit, j'ai imaginé en filigrane une histoire sentimentale qui se déroule dans un hôpital de banlieue entre Hakim, un médecin fraîchement diplômé, et Nadine, une jeune infirmière au service de pédiatrie.
-Le titre choisi Sentiments sous anesthésie est lourd de sens. Il plonge d'emblée le lecteur dans les coulisses d'un hôpital aux senteurs d'éther et aux sentiments emprisonnés, voire calfeutrés ?
Effectivement, et cela est perceptible dans l'approche psychologique des personnages. Par exemple, Nadine, une fille au passé tourmenté, a la mémoire mise «sous anesthésie», qui s'investit dans la prise en charge affective des enfants gravement malades. Elle se donne comme priorité leur réconfort et leur soutien moral, au détriment de ses propres sentiments.
-Le couple Hakim et Nadine connaîtra une idylle des plus passionnantes, ponctuée de séparation et de retrouvailles heureuses ?
Hakim, qui vient d'être muté à l'hôpital où travaille Nadine, est attiré par cette fille mystérieuse, fragile, au comportement imprévisible. Leur relation faite de séparations, de retrouvailles, relève plus des appréhensions de Nadine.
Elle appréhende cette idylle inattendue avec Hakim, ce changement qui survient dans sa vie et qui jusque-là ne tournait qu'autour des enfants. Il y a aussi le regard des autres et leurs commentaires désobligeants, parfois méprisants, qui ne peuvent que rendre plus complexe son amitié avec Hakim.
-Votre narration semble construite sur des faits réels, mais toutefois saupoudrés d'un zeste d'imagination?
Les scènes médicales sont, bien entendu, inspirées de la réalité, le reste est purement imaginaire comme dans tout roman.
-Dans la trame Sentiments sous anesthésie, il y a le sujet apparent de l'amour, mais également cette peur de l'amnésie. Justement écrivez-vous pour ne rien oublier de votre métier ?
Il est vrai que je voulais évoquer ce que l'on vit durant l'exercice de l'anesthésie-réanimation, les temps forts qui marquent, les désillusions et les espoirs qui nous accompagnent quotidiennement dans les blocs opératoires ou aux urgences, les relations humaines avec le personnel médical et les patients.
Pour ne pas oublier, sûrement, mais aussi pour rendre hommage à ces hommes, ces femmes, qui œuvrent inlassablement dans le but de «guérir quelquefois, soulager souvent, et consoler toujours», comme disait Hippocrate.
-Avez-vous voulu faire passer un message ou simplement raconter une histoire ?
En dehors de l'histoire sentimentale qui agrémente un ensemble de faits quotidiens, il y a nécessairement une approche philosophique de la vie et la mort, telle qu'elle est perçue à travers une des spécialités médicales les plus confrontées à la souffrance humaine. De même que les événements de ce roman rappellent que les efforts entrepris pour préserver la santé morale se heurtent parfois à la complexité de la nature humaine, dont le personnage de Nadine est un exemple.
-Vous avez publié plusieurs ouvrages sur des thèmes aussi variés que divers. Quelles sont, justement, vos sources d'inspiration et sentez-vous une évolution dans votre écriture ?
J'ai toujours été un passionné de littérature, de poésie et d'histoire de la médecine. Mes sources d'inspiration émanent de l'environnement dans lequel j'évolue et des expériences vécues. L'exercice de la médecine enrichit l'imagination. Notre rapport avec les patients élargit notre champ de vision et augmente notre sensibilité qui devient un réceptacle des souffrances et des espérances humaines.
Je pense que mon écriture a évolué. Au fil du temps et avec de l'exercice, il me semble avoir acquis une certaine dextérité qui me pousse à aller vers l'essentiel et vers la simplicité pour exprimer une idée, développer un concept, ou créer des histoires atteignant à l'universel. Le récit ne tourne plus autour de la petite personne de l'auteur, de son autobiographie plus ou moins romancé, du patelin dans lequel il a vécu, mais s'ouvre à l'être humain en général, ses émotions, ses états d'âme, son comportement face à son destin, son environnement social, et aux aléas de la vie.
-Vous avez aussi publié L'enfant qui ne pleure jamais et Un ange chez Mc Donald's pouvez-vous nous dire un mot sur ces deux romans où l'univers de la médecine est aussi omniprésente ?
L'enfant qui ne pleure jamais est un récit qui raconte le destin d'un enfant atteint d'une maladie congénitale très rare qui le rend insensible à la douleur physique. Farid, cet enfant hors du commun, tente de s'adapter tant bien que mal à sa condition. Mais, à l'âge adulte, alors que son travail et le début d'une relation sentimentale semblent lui sourire, il change subitement de comportement, se pose des questions, et le doute l'envahit. Il se demande s'il est aussi insensible de cœur que de corps. Cette douleur qu'il n'a jamais connu, il va la rechercher dans une souffrance au relent dramatique. Entre déchirement et espoir, il devra faire le bon choix.
Un ange chez Mc Donald's a été une nouvelle expérience pour moi. Je me suis attelé à un roman un peu fantastique dont la trame se déroule en Allemagne. C'est l'histoire de Hans, neurochirurgien à l'hôpital universitaire de la ville de Bonn, qui n'arrive pas à se remettre de la perte brutale de sa fiancée Alicia. Un jour, il croise une jeune fille, Kim, dans un Mc Donald's. Saltimbanque, elle se déguise en ange sur la grande place touristique de la cathédrale de Cologne. Hans s'étonne de sa forte ressemblance avec Alicia. Dès lors, il va faire tout son possible pour découvrir le mystère qui se cache derrière le personnage de Kim.
-Avez-vous d'autres projets d'écriture en chantier ?
Un nouveau recueil de poèmes Origami vient d'être publié aux éditions Fairouz (novembre 2019), peu après Sentiments sous anesthésie. Le poème Origami, qui a donné le titre à l'ouvrage, a reçu le deuxième prix du concours de poésie en langue française (année 2019) organisé par l'Etablissement des arts et culture de la wilaya d'Alger.
Comme projet d'écriture, je m'attelle à un nouveau roman qui relève plus du fantastique, de l'imaginaire, comme ce fut le cas pour mon précédent roman Un ange chez Mc Donald's. Par ailleurs, je parachève un essai sur l'histoire de la médecine du temps de la dynastie Almohade.


BIO EXPRESS
Mahmoud Aroua, médecin anesthésiste-réanimateur, est passionné de littérature, de poésie et d'histoire de la médecine. Il a publié Fenêtre sur rêves (poésie), Origami (poésie), Comme un boomerang (nouvelles), L'enfant qui ne pleure jamais (récit), Un ange chez Mc Donald's (roman), Sentiments sous anesthésie (roman).
Ses nombreux travaux de recherche sur l'histoire de la médecine lui ont valu autant d'articles et de participations à des congrès nationaux et internationaux. Sa trilogie sur l'histoire de la médecine : Traitement de la douleur – de la médecine arabe à la médecine moderne, Le cœur dans la médecine arabe, Ibn Rushd – Le médecin, lui a valu le prix Charles Bortoli 2015 de l'Académie des sciences, lettres et beaux-arts de Marseille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.