Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki
Publié dans El Watan le 04 - 07 - 2020

Les Allobroges 1961, un coup de pelleteuse par-ci, un ravalement de sol par-là, ainsi le décor d'un véritable Jurrassic s'est planté au cœur de la cité Malki, dans ce lieu ceinturé par le chemin de la Madeleine et celui de Mackley dépendant de la commune d'El Biar, il y a de cela des milliers d'années, depuis l'ère du pléistocène correspondant à la première époque et à l'avant-dernière sur l'échelle du temps géologique, le pléistocène s'étend de 2.58 millions d'années à 11.700 million d'années.
La même année, une autre moisson importante, celle d'un jeune Belhedjouri Salim de la cité Malki, qui creusait derrière le bâtiment I tombé sur des ossements de bovidé qui ont été remis par son père au Crape, Centre spécialisé dans les études en préhistoire. En effet, le professeur Balout et son équipe de Crape (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et ethnographique) ,alertés par les travailleurs du chantier, ont dépoussiéré un héritage de présence animale dans cette partie du monde, la futur cité Allobroges ou l'actuelle Cité Malki.
Tout d'abord, les chercheurs ont identifié des fossiles de mammifères estimés à plus de 25 000 restes qui vont de l'Hippopotames à Cobus en passant par l'Algericus, qui traduit toute la diversité des espèces et des écosystèmes en Algérie septentrionale rappelant que Cobus est le nom d'un habitué des plaines de la Cité Malki qui est en fait un genre de mammifère artiodactyle de la famille des bovidés de 1,2 m à 1,4 m. Parmi les autres espèces qui ont attiré l'attention des chercheurs, les fouilles ont permis la découverte de 9 genres.
Ce site, signalé une année avant l'indépendance, a fait l'objet d'une thèse datant de 1984 du trio B. Hadjouis, B. Bagtache et V. Eiesenman, qui ont présenté dans les la revue Acad Paris les contours d'un Equus Caballin (Equus Algericusn.sp) et du nouveau Equus Malkiensis, deux découvertes faites dans l'un des symboles de la vie sur terre baptisée le site atérien des Allobroges. Le site paléontologique de la cité Malki a été l'occasion pour le professeur Balout de dévoiler tout un éventail de matière première comme la labradorite, le quartz, le silex et autant de fossiles sous les décombres des terrassements de la cité.
Ce grand homme de sciences Lionel Balout a été gratifié de tous les honneurs dès 1957 et installé membre de la Commission d'histoire d'archéologie de l'Afrique du Nord pour évoluer après dans plusieurs postes liés à la conservation des musées, notamment celui du Bardo. A ce titre, nous pouvons lire dans la revue Lybica éditée par l'ex-Crape en 1983, une publication de Djillali Hadjouis et Bagtache Belkacem dans laquelle ils ont fait la lumière sur les vertébrés quaternaires d'Afrique du Nord.
Il s'agit de la présence de deux nouvelles espèces dans le continent africain, l'une représente un cheval de provenance eurasiatique et l'autre a trait à l'asinien, une espèce plus grande que l'âne actuel, dont les traits ressemblent plus à ceux des ânes de l'Afrique septentrionale de la fin du pliocène. Le travail scientifique des deux chercheurs algériens a été également un hommage au facteur Malki Mohammed, assassiné par l'organisation fasciste OAS le 22 avril 1962. Les noms de l'Algérie et de Melki sont ainsi immortalisés dans les grands centres de recherche à travers le monde.
Désormais, l'Equus Alegericus et Eqqus Melkiersis font partie des meubles de la grande famille des paléontologues. En plus du gisement atérien des Phacochères de la cité Malki, le professeur Balout a dirigé plusieurs misions de recherche, notamment au niveau de l'escargotière capsienne de Aïn Dokkara à Constantine, le site paléontologique de Champlain algérois ainsi que le gisement saharien de l'erg. Afin de valoriser ce site et vulgariser l'information scientifique, le collectif MalkiAct compte mener plusieurs actions pour permettre aux enfants de connaître cette partie de l'histoire de leur cité et celle de notre planète Terre.
Une fresque sera érigée pour pérenniser l'idéal du savoir auprès des Malkiens, ainsi que des webinaires concernant ce site connu mondialement et dont les Malkiens sont de plus en plus fiers.
Source :
Musée du Bardo


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.