Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On vous le dit
Publié dans El Watan le 13 - 07 - 2020

Les inspecteurs du commerce protestent à Sidi Bel Abbès
Les inspecteurs et agents de contrôle de la Direction du commerce (DCP) de Sidi Bel Abbès ont observé hier un sit-in de protestation devant le siège de la direction à l'appel du syndical autonome Snapap. Brandissant des pancartes, ils ont dénoncé les risques liés à l'accomplissement de leur mission dans le contexte épidémiologique actuel ainsi que la charge de travail «infernale» que leur impose la tutelle depuis plusieurs mois. Selon les représentants de la section syndicale Snapap, l'obligation contenue dans la circulaire ministérielle n°283 du 7 juillet 2020 n'a fait qu'«exacerber la situation de malaise» que vivent les inspecteurs et agents de contrôle de la DCP. Cette circulaire, expliquent-ils, prévoit le gel des congés annuels et l'augmentation du taux horaire de travail (de 8h à 20h) appliqué aux contrôleurs de la DCP. Le syndicat Snapap a également dénoncé les «pressions» et «menaces» émanant des responsables régionaux du ministère du Commerce et mis en garde contre les atteintes au droit syndical.
Le mouhafedh FLN de Blida indésirable
A Blida, le siège de la mouhafadha FLN est transformé, depuis quelques années, en une demeure pour un «Flniste» influent. La belle bâtisse coloniale abrite donc des familles au moment où la centrale du FLN semble pratiquer la politique de l'autruche. «Une procédure aurait été faite pour que la bâtisse, considérée comme un bien vacant, soit détournée au nom du Flniste influent», témoignent des militants du FLN des kasmas (circonscriptions) ouest de la wilaya de Blida. Ces derniers disent qu'ils ont tout fait pour dénoncer ce grave dépassement, en vain. Ils accusent, en premier lieu, le mouhafedh de Blida pour son «silence inquiétant», pour ne pas dire sa «complicité». Pour cela, ils ont organisé, récemment, une réunion sanctionnée par un retrait de confiance du mouhafedh. «Des militants honnêtes ont été écartés et le siège de la mouhafadha squatté en toute impunité. La question qui mérite d'être posée : qu'a fait le mouhafedh ?», dénonce-t-on.
Torrich à Tiaret, la fourberie de trop !
Un scandale pour le moins inégalé a été enregistré ces derniers temps dans une Olocalité déshéritée, Torrich en l'occurrence, relevant de la commune d'Oued Lilli, 15 km au nord de Tiaret. Alors que le ministre des MPTIC en visite dans la wilaya allait inaugurer la 4G LTE dans ce patelin de 4000 âmes, voilà que le protocole local lui présenta un citoyen. En fait, un faux résident qui n'est autre que le chauffeur du maire improvisé pour la circonstance, autochtone, pour parler des avantages liés à cette technologie. Mal lui en prit, car en plus d'être démasqué par les gens de la région, il a longtemps baragouiné des réponses aux questions lancinantes du membre du gouvernement. Une grande gêne s'est emparée de certains, mais la Toile s'en est saisie pour faire un buzz local !
Perturbations dans la distribution de l'eau potable à Oran
Ces derniers jours, la wilaya d'Oran a connu de fortes perturbations dans la distribution de l'eau potable. Que ce soit au centre-ville ou dans les zones périphériques, partout les robinets étaient à sec, et l'eau ne coulait qu'au compte-gouttes. A Aïn El Beïda par exemple, quartier se situant au sud-ouest de la ville, les habitants étaient obligés de recourir aux marchands d'eau douce pour s'approvisionner en ce précieux liquide. «Cela est d'autant incommodant que nous sommes en pleine canicule, et qui plus est, nous devons nous confiner autant que possible à cause de la pandémie», témoigne un habitant de ce quartier. Contacté hier, un responsable de la Seor nous a expliqué que ces perturbations, qui perdurent depuis mercredi dernier, sont dues à plusieurs pannes techniques au niveau de la station de dessalement d'El Mactaa, celle de Chatt El Hillel ou encore de Kahrama. Ces arrêts intempestifs ont fait baisser le taux de production. A titre d'exemple, mercredi dernier, la station de Chatt El Hillel, qui se trouve à Aïn Témouchent, et qui prodigue plus 100 000 m3 pour la wilaya d'Oran, était à l'arrêt pendant 3 jours, ce qui a occasionné de fortes perturbations dans les zones sud-ouest de la ville d'Oran. Le responsable de la Seor nous assure que la situation est en cours de rétablissement, et la société procède, tout en assurant la distribution de l'eau potable dans les foyers, de remplir parallèlement les réservoirs. D'ici à demain mardi, nous dit-il, la situation devrait revenir complètement à la normale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.