Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jil Jadid veut sensibiliser les citoyens
Mise en œuvre immédiate de l'article 102 de la Constitution
Publié dans El Watan le 06 - 09 - 2017

Le parti Jil Jadid ne recule pas. Ayant été l'un des demandeurs de l'application de l'article 102 de la Constitution, la formation que préside Soufiane Djilali tente désormais de sensibiliser les citoyens sur la nécessité d'appliquer cette disposition constitutionnelle.
Pas du tout intimidée par les attaques groupées des présidents des deux chambres du Parlement et du secrétaire général du FLN, la direction de Jil Jadid passe à l'action en organisant la première sortie de proximité à Alger-Centre. Convaincue que seul le peuple, en tant que seule source du pouvoir, est capable d'assurer l'application d'une disposition constitutionnelle élaborée en son nom, la direction de cette formation souhaite l'inviter à s'impliquer directement, puisque le Conseil constitutionnel bloque toute application de cet article.
Munis de documents, dont la Constitution et les propositions du parti, les responsables de Jil Jadid ont sillonné les artères et ruelles d'Alger-Centre où ils ont eu des échanges, souvent cordiaux, avec des habitants comme le montre la multitude de photos publiées sur la page Facebook de cette jeune formation. Le parti que préside Soufiane Djilali est la seule formation à mener sur le terrain ce genre de campagnes pour sensibiliser sur la vacance du pouvoir. Le président de Jil Jadid s'est dit convaincu que «le président Bouteflika ne gouverne plus» et qu'il est nécessaire d'aller, au plus vite, pour l'organisation d'«une élection présidentielle anticipée».
Sa conviction s'est renforcée suite à l'épisode du mois de juillet dernier qui a été caractérisé par une véritable cacophonie au sommet de l'Etat. Une situation qui s'est soldée par le limogeage rapide du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Soufiane Djilali continue de demander au clan présidentiel de «montrer le Président qui doit s'adresser aux Algériens». Récemment, le parti a rendu publiques ses propositions de sortie de crise, dont l'application de l'article 102. «Cet article, (précédemment article 88) est clair et aurait dû être activé dès le mois de mai 2013.
Cependant, la nature du système politique algérien et la mainmise du président de la République et de son entourage sur les rouages de l'ensemble des institutions ont empêché son application. Ce n'est pas un défaut des dispositions constitutionnelles qui est à l'origine du blocage, mais l'entêtement d'une caste au pouvoir qui se considère comme la propriétaire de l'Algérie réduite au sort de butin de guerre», explique Jil Jadid, appelant le peuple à assumer ses responsabilités et exiger l'application de l'article 102. «Aujourd'hui, seul le peuple, en théorie souverain mais en pratique asservi par le régime, qui est en devoir moral de reprendre son destin en main. C'est l'avenir de la nation qui est en jeu. C'est au peuple d'exiger l'application de l'article 102. Dans cette optique, Jil Jadid assumera ses responsabilités», affirme Soufiane Djilali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.