Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banque mondiale : «La reprise économique n'aura lieu que dans cinq ans»
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2020

La reprise économique mondiale pourrait prendre cinq ans pour se réaliser, estime l'économiste en chef de la Banque mondiale, Carmen Reinhart, lors d'une conférence à Madrid.
L'économiste considère que s'il y aura un redressement économique rapide après la levée des mesures de restriction liées au confinement, la reprise complète ne se manifestera que dans cinq années. La récession durera encore plus longtemps dans certains pays en exacerbant les inégalités, souligne la même analyste. «Les plus démunis sur les territoires riches seront plus sévèrement touchés par la crise, et les nations les plus pauvres plus durement affectées que les plus riches», affirme C. Reinhart.
Selon un nouveau rapport de la BM, la pandémie menace de «réduire à néant les progrès durement obtenus au cours de la dernière décennie sur le plan de la santé et de l'éducation, surtout dans les pays les plus pauvres». Le président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass, souligne que la pandémie «menace d'effacer une décennie d'efforts pour renforcer le capital humain, en particulier au niveau de la santé, des taux de survie, de la scolarisation et de retards de croissance.
Elle a un impact économique particulièrement brutal sur les femmes et les familles les plus défavorisées, exposant de nombreux individus vulnérables à l'insécurité alimentaire et à la pauvreté». Il estime que «protéger les populations et investir dans leur avenir sont deux mesures cruciales pour jeter les bases d'un redressement durable et sans exclus et d'une croissance dynamique».
Plus d'un milliard d'enfants ont été privés d'école du fait de la pandémie et pourrait, selon la BM, perdre potentiellement, en moyenne, une demi-année de scolarité compte tenu de l'apprentissage, avec en perspective un manque à gagner considérable. Les mêmes données relèvent également de profondes perturbations dans les services de santé essentiels, destinés aux femmes et aux enfants, un grand nombre d'entre eux n'ayant pas reçu les vaccins nécessaires. «A l'heure actuelle, de nombreux pays risquent de voir disparaître les gains durement acquis sur le plan du capital humain.
Mais au-delà des efforts consentis pour rattraper le temps perdu, les gouvernements doivent s'employer à préserver et étendre les gains antérieurs en améliorant la couverture sanitaire et la qualité des soins dans les communautés marginalisées, en stimulant les résultats d'apprentissage en plus de la scolarisation et en soutenant les familles fragiles par des mesures de protection sociale adaptées à l'ampleur de la crise.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.