Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque mondiale alerte sur une crise "invisible" de l'eau
Aggravation de la pauvreté et entraves à l'économie
Publié dans Liberté le 22 - 08 - 2019

Une crise grave et "invisible"… C'est en ces termes que la Banque mondiale (BM) a tenté, avant-hier, d'attirer l'attention des gouvernements sur les graves dangers que fait peser la mauvaise qualité de l'eau dans diverses régions du monde, non seulement sur la santé des enfants et des adultes, mais aussi sur le développement humain et la croissance économique de nombreux pays, qu'ils soient riches ou pauvres.
À travers un rapport alarmant, rendu public mardi à Washington (USA) et publié sur son site internet, la Banque mondiale informe que le monde est aujourd'hui confronté "à une invisible crise de la qualité de l'eau, qui réduit d'un tiers la croissance économique potentielle des zones fortement polluées et menace le bien-être humain et environnemental".
Intitulé "Quality Unknown : The Invisible Water Crisis" (Qualité inconnue : l'invisible crise de l'eau), le rapport de la BM, indiquent ses auteurs, découle d'une étude qui s'appuie sur de nouvelles données et méthodes ayant permis de démontrer "comment la conjonction de bactéries, d'eaux usées et de produits chimiques et plastiques peut extirper l'oxygène de l'approvisionnement en eau et transformer l'eau en poison pour les êtres humains et les écosystèmes".
Afin d'apporter un éclairage sur la question, est-il précisé à travers un communiqué de presse, "la Banque mondiale a constitué la plus grande banque de données au monde sur la qualité de l'eau à partir de données relevées sur le terrain dans des stations de contrôle, au moyen de techniques de télédétection et selon le processus d'apprentissage automatique".
Conclusion : le manque et la mauvaise qualité de l'eau potable réduisent la croissance économique "d'un tiers" et la planète dans son ensemble est tenue désormais, selon les experts de la Banque mondiale, "d'accorder, au plan mondial, national et local, une attention immédiate à ces dangers qui menacent aussi bien les pays développés que les pays en développement".
Plus explicite encore, David Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale, affirme : "L'eau propre est un facteur essentiel de croissance économique. La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique, aggrave les problèmes sanitaires, réduit la production de denrées alimentaires et exacerbe la pauvreté dans de nombreux pays."
Aussi, a-t-il alerté : "Les pouvoirs publics doivent prendre d'urgence des mesures pour lutter contre la pollution de l'eau, de sorte que les pays puissent croître plus rapidement de manière équitable et durable sur le plan environnemental."
Dans le détail, les auteurs du rapport de la BM expliquent que lorsque la demande biochimique en oxygène — mesure de la quantité de pollution organique qui se trouve dans l'eau et mesure indirecte de la qualité globale de l'eau — dépasse un certain seuil, "la croissance du PIB des régions situées en aval subit une baisse pouvant atteindre un tiers en raison des répercussions sur la santé, l'agriculture et les écosystèmes".
L'azote, insistent-ils encore, "est l'une des principales causes de la mauvaise qualité de l'eau". Répandu sous forme d'engrais sur les terres agricoles, celui-ci, constatent les experts de l'institution de Bretton Woods, "finit sa course dans les rivières, les lacs et les océans où il se transforme en nitrates", qui peuvent causer aux enfants, qui y sont exposés dès leur plus jeune âge, "des problèmes de croissance et de développement cérébral ayant des répercussions sur leur santé et, plus tard, sur leur capacité à gagner leur vie à l'âge adulte".
De même, prévient le rapport de la BM, "les rendements agricoles diminuent sous l'effet de l'augmentation de la salinité de l'eau", à telle enseigne que "la quantité de nourriture que l'humanité perd chaque année à cause des eaux salées permettrait de nourrir 170 millions de personnes".
Estimant ainsi que la crise de la qualité de l'eau devrait désormais être considérée comme une préoccupation majeure pour la planète tout entière, la Banque mondiale appelle en définitive à y faire face à travers des actions urgentes, telles que le renforcement "des infrastructures de traitement des eaux facilitées par des mesures d'incitation en faveur de l'investissement privé" ; "l'évaluation exacte des charges polluantes", ainsi que la communication d'informations fiables et exactes aux ménages pour favoriser la participation citoyenne.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.