Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le féminicide de trop!
Publié dans El Watan le 10 - 10 - 2020

Le viol, suivi du sauvage assassinat de la jeune Chaïma est un féminicide de trop. Il vient s'ajouter aux 38 féminicides médiatisés depuis le début de l'année. «Ce chiffre représente les cas recensés après une recherche quotidienne dans les médias et sur les réseaux sociaux», expliquent des militantes féministes à El Watan (édition de jeudi dernier).
Le nombre des victimes est en réalité plus important encore, le sujet subissant l'omerta familiale et de la société. La liste de femmes, de jeunes filles et de fillettes violées, violentées, sauvagement assassinées toutes ces dernières décennies, souvent dans l'anonymat, voire l'indifférence, est infiniment longue.
Les situations sont aussi insupportables les unes que les autres. De la mère et de son jeune fils brûlés vifs à Remchi aux femmes de Ouargla dans les années 1990, à toutes celles qui ont été enlevées, violées et/ou assassinées pendant la décennie noire, aux mères de famille tuées par leurs maris, ou un de leurs proches parentèles, les jeunes filles harcelées et agressées dans les lieux publics, etc. Et la liste continue malheureusement à s'allonger.
Mineures et sous tutelle masculine de par l'indigne code de la famille, cibles vulnérables et objets tout désignés du machisme au sexisme en passant par les diatribes moralisatrices orientées à sens unique jusqu'aux discours de haine et de diabolisation sous le couvert de religiosité et de faire-valoir patriarcal archaïque, les Algériennes sont un défouloir des frustrations d'une société bridée, corsetée et brimée. Si elles sont agressées, c'est parce que «leur comportement ou leur habillement ne sont pas conformes à la norme sociétale, à la morale et aux traditions», entendons-nous souvent comme justification.
Argutie inacceptable ! Que de fois les autorités politiques, les institutions de l'Etat se sont montrées laxistes ou ont observé le silence face à ces conduites et propos inqualifiables. L'exemplarité ne doit-elle pas venir du sommet de l'Etat par des déclarations sans équivoque, claires, courageuses, traduites en décisions et en actes ? Oui, il faut des lois, mais des lois significatives, incontournables et indétournables par quelqu'artifice que ce soit. Certes, la loi et la justice sont nécessaires, mais elles ne sont pas suffisantes, elles doivent être accompagnées par tout un travail pédagogique multidimensionnel, porté par l'école et le contenu scolaire, les médias, les partis politiques, le mouvement associatif, les intellectuels soucieux de l'intégrité et de la dignité de la personne, de l'égalité des droits.
Châtier par l'application de la loi sans réserve les coupables pour que cesse l'impunité. Oui, c'est un impératif. Mais être à l'écoute du mal-être de cette même société, soit prendre le mal à sa racine, est tout aussi fondamental. Et pour que le silence et l'omerta autour de ces drames cessent, les victimes ont besoin de se sentir protégées et accompagnées. Le féminicide est hélas universel, mais cela ne justifie en rien celui qui sévit dans notre pays et n'enlève rien à la responsabilité de l'Etat en devoir de protéger ses citoyennes et citoyens, et à la société de réagir à cet état de fait dramatique. La réponse n'est pas morale, elle est légale, judiciaire et pédagogique.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.