Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie malade ou les 5 doigts dans l'œil d'Iblis !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 08 - 10 - 2020

L'Algérie est malade de ses élites politiques. L'Algérie est malade de la lâcheté de ses intellectuels ! Oui, ils l'ont fait, nos pères et nos grands-parents, cette grande révolution pour l'indépendance et pour la démocratie.
Mais nous n'avons pas su comment construire un grand pays à l'image du rêve de cette grande révolution. Faire une révolution armée est une noble action historique, et construire un pays neuf et moderne en est une autre ! Et celui qui excelle dans la guerre ne peut être excellent dans la gestion et la construction d'un pays sortant de la cendre et des larmes.
Certes, beaucoup de choses ont été réalisées, depuis ce fameux 5 juillet 1962. On ne peut nier cela. Mais le rêve des chouhada et des moudjahidine était plus vaste et plus ailé que ce que nous avions opéré dans notre pays, ce que nous avions fait de notre indépendance.
Je relève tout cela, avec amertume et regret, parce que la nouvelle génération continue à vivre dans la misère. Toutes sortes de misère. Trente mille établissements pédagogiques, un peu plus. Cent universités, un peu plus ou un peu moins. Cinquante mille mosquées, beaucoup plus.
Cent partis politiques, un peu moins ou un peu plus, qu'importe le nombre. Cent journaux, Allah y'barek, nationaux et régionaux, en arabe et en français. Une trentaine de chaînes de télévision, légales, clandestines ou semi-clandestines !
Et l'assassinat sauvage de la jeune fille Chaïma aux portes d'Alger, en plein jour, n'est pas un fait divers. La liste des enfants, des femmes et des fillettes enlevées, assassinées et violées est longue et alarmante. La plaie est profonde, la colère aussi.
L'abominable assassinat de Chaïma n'est que le constat de notre échec, nous tous. Oui, nous tous, à commencer par les intellectuels. Oui, l'Algérie est malade de ses élites politiques, de la lâcheté de ses élites. L'assassinat de Chaïma et des autres belles Chaïma est la preuve d'un échec général et généralisé, dans l'école, dans la culture, dans la mosquée, dans la morale, dans la famille...
L'horrible assassinat de Chaïma est le signe de notre lâcheté intellectuelle. L'indice de l'absurdité des partis politiques de ce pays, tous les partis sans exception aucune : islamistes, nationalistes, gauches, droites, centres, libéraux, dans l'opposition, dans la mangeoire du pouvoir ou dans l'attente des bottes de foin ! Oui, nous avons échoué : nous, vous et eux, dans la politique, dans l'économie, dans la pédagogie, dans la religion, dans la culture, dans la recherche, dans l'urbanisme, dans le sport, dans l'amour.
Il faut avouer notre incapacité, notre carence, de faire de l'Algérie un grand pays, à l'instar de l'Allemagne, de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie, de la France, du Vietnam, de la Coré du Sud... Nous avons tout et nous n'avons rien ou presque ! Et par-dessus tout, nous menons un discours triomphal avec une rhétorique maladive ! Nous vivons dans un monde à la taille d'un écran de smartphone. On ne découvre pas la roue.
On ne découvre pas la lune. Ni le bouton d'une chemise ! Donc, il faut faire comme les autres, les victorieux, les réussis, les gagnants ! Le monstre qui a assassiné Chaïma a fait l'école algérienne comme tous ses pairs, a prié derrière un imam comme tous ses pairs, a pris le transport en commun comme tous les habitants de son village, ou les habitants de tous les villages d'Algérie.
L'ogre est le fruit de notre matrice. Cet ogre sanguinaire n'est pas seul, il n'est pas un cas isolé. Sur les réseaux sociaux on lit des milliers de commentaires de soutien au bourreau.
Des commentaires dont leurs expéditeurs prennent clairement la défense du sanguinaire, à visage découvert ! Des avocats et des médecins ! D'autres disent, à visage découvert : "Si ce n'était pas lui, nous le ferions à sa place !" Oui, l'ogre n'est pas seul dans la forêt, il n'est pas un loup égaré, il n'est pas un cas isolé.
Les monstres sont partout, et ils n'attendent que l'occasion pour violer, torturer, kidnapper, tuer et brûler les femmes, les enfants et les fillettes !
Cet ogre par son acte barbare, ces commentateurs qui prennent sa défense en toute liberté et qui vivent parmi nous, nous ont enseigné les cinq vérités :
- Dans notre société être femme est une accusation perpétuelle et générale.
- L'obsession sexuelle est la maladie la plus répandue dans notre société.
- Le rapport assoiffé au corps de la femme détermine une misère sexuelle absolue dans notre société.
- Le corps de la femme est le centre d'une culture machiste aveuglée par l'idée de la possession, de la dévoration, de l'humiliation et de la répudiation.
- L'acte sordide et assassin du violeur est souvent encouragé ou justifié, par cette société hypocrite et déséquilibrée, sans interpellation aucune.
L'ogre est parmi nous, en nous ! La jungle est propice !

A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.