Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enjeu de la crise à Guerguerat
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2020

«La crise autour du point de contrôle de Guerguerat sis à l'extrême sud du Sahara occidental a d'ailleurs pour enjeu l'extension du trafic de stupéfiants jusqu'en Libye via le Sahel», indique Strategika dans une analyse intitulée : «Reprise de la guerre du Sahara occidental : une faille de fracture entre de vieux enjeux économiques et de nouveaux calculs géopolitiques.»
Selon ce magazine repris par l'APS, «la Libye est considérée comme un véritable eldorado pour le haschich marocain, dont la diffusion se heurte à la fermeture des frontières avec l'Algérie». La Libye est également un point de redistribution de la drogue marocaine vers la Tunisie, l'Egypte et l'Europe via l'immigration clandestine en Méditerranée. Stratigika explique que cet «enjeu est vital au Maroc dont l'économie gonflée par les aides des pays du Golfe souffre de la crise du tourisme mondial et d'une dette avoisinant 91% du PIB».
D'où l'importance vitale pour le Maroc d'ouvrir une route commerciale avec la Mauritanie à travers la zone démilitarisée (tampon). Ce que le Polisario considère comme une violation de l'accord de cessez-le-feu de 1991, relève l'analyse qui explique ainsi les causes du retour aux hostilités. Dans son analyse, Strategika rappelle les critiques formulées par le Front Polisario à l'égard des agissements de la Minurso, «dont le staff a toujours été dominé par des officiers égyptiens jugés trop favorables aux thèses marocaines».
Selon un récent rapport du groupe d'experts de l'ONU sur le Mali, le crime organisé au Sahel continue d'évoluer principalement autour du haschich marocain. Le document pointe du doigt «le manque de coopération» du Maroc en matière de lutte contre le trafic de drogues, tout en soulignant l'impératif d'intégrer les fournisseurs de stupéfiants dans la liste des personnes visées par les sanctions onusiennes.
Ce rapport final signé par le coordonnateur du groupe d'experts sur le Mali, Albert Barume, relève que «l'implication de groupes armés dans la criminalité organisée continue d'évoluer principalement autour du convoyage de haschisch marocain, ce qui entraîne des affrontements meurtriers au Mali».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.