Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante
ELLE EST TOMBEE LES ARMES À LA MAIN LE 26 NOVEMBRE 1957
Publié dans El Watan le 30 - 11 - 2020

Le 26 novembre 1957, à l'aube, le passage d'un convoi escorté par des soldats de l'ALN dans la région de Medjana à Bordj Bou Arréridj sera vite remarqué par des sources d'information au service des autorités françaises.
Le groupe qui venait de la wilaya III historique traversait la région à destination de la Tunisie. Un important contingent de l'armée française sera vite déployé dans une opération menée par le Lieutenant-colonel Fagalbe, commandant le quartier nord du secteur Hodna ouest. Vers 10h00, un accrochage a eu lieu entre les soldats français et le groupe au lieu-dit Draa Errih, situé au djebel Tafartas, dans l'actuelle wilaya de Bordj Bou Arréridj. Les échanges de tirs ont duré une demi-heure faisant trois morts et 9 prisonniers.
Parmi les victimes, on a identifié le corps du Docteur Belhocine, et celui de Si Arezki Oukmalou, commissaire politique du FLN dans la wilaya III, ainsi que le corps d'une femme en tenue militaire morte les armes à la main.
C'était la surprise parmi les militaires français. Mais c'est l'identification de ce corps qui les surprendra encore, car il s'agissait bel et bien de la militante communiste Raymonde Peschard, recherchée depuis plusieurs mois, après avoir rejoint les rangs du FLN, surtout qu'elle est suspectée d'être la complice de Fernand Iveton, accusé d'avoir planifié l'attentat manqué qui a ciblé l'usine à gaz du Hamma à Alger.
Dans la Dépêche de Constantine du 29 novembre 1957, on a rapporté que la nouvelle de sa mort a été tenue secrète jusqu'à son identification officielle par les experts grâce à ses empreintes digitales. L'opération qualifiée de grand événement pour l'armée française a été célébrée par de nombreux médias. Ces derniers n'ont pas manqué de rappeler le parcours atypique de Raymonde Peschard.
Une femme d'un grand humanisme
Née le 15 septembre 1927 dans le quartier de Saint-Eugène à Alger, Raymonde Peschard avait une relation particulière avec la ville de Constantine, qui l'avait adoptée. C'était l'époque où elle travaillait comme assistante sociale à l'ex-Société Electricité et gaz d'Algérie (EGA), devenue actuellement la Société algérienne de distribution de l'électricité et du gaz (SADEG), dont le siège se trouve toujours au quartier du Coudiat. Elle était très estimée pour sa bravoure, son humanisme et sa grande disponibilité à aider les malades parmi les anciens travailleurs de l'ex-EGA, dont certains encore en vie lui témoignent leur vive reconnaissance. Femme convaincue, elle a milité dans les rangs du parti communiste algérien, avant de rejoindre les rangs du FLN en 1956, avec Fernand Iveton. Après l'arrestation de ce dernier, elle monte en avril 1957 au maquis dans la wilaya III, où elle sera connue sous le nom de Taoues.
Dans son livre Avoir 20 ans dans les maquis (Editions Casbah 2005), Djoudi Attoumi écrit à la page 142 : «Blessée et capturée, elle ne pouvait supporter de voir ses frères, le docteur Belhocine et Oukmalou Arezki, achevés sauvagement. Devant les corps allongés de ses frères de combat, et malgré ses blessures, Raymonde trouvera le courage de déverser sur les soldats un flot d'injures, les traitant de sauvages, de barbares et de nazis (...).
Un officier lui logera alors une balle dans la tête...». En hommage à cette femme courageuse, et suite aux démarches entreprises par d'anciens travailleurs de l'ex-EGA, une rue a été baptisée en son nom dans le quartier du Coudiat à Constantine. Dans cette rue se trouve encore le siège de l'ex-EGA où elle a travaillé et qui deviendra celui de la SADEG.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.