Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !
Publié dans El Watan le 05 - 12 - 2020

Depuis le début de la crise sanitaire, le secteur de la culture a été très fortement touché. Le mois d'octobre dernier, le ministère de la Culture a autorisé certaines activités et manifestations culturelles à reprendre du service, et de nombreux artistes ont pu revivre de leur art. Mais qu'en est-il des autres artistes toujours en souffrance ? Retour sur la situation des artistes algériens au temps du coronavirus.

En effet, depuis le début de la pandémie, le secteur de la culture a très largement été touché. Entre fermetures des salles de cinéma, musées, salles de théâtre, galeries d'art et d'exposition, festivals et autres salons ... tous ces lieux fermés si appréciés n'ont pas moins diminué le moral des artistes, mais également celui du public.
Même si le ministère de la Culture a autorisé l'ouverture de quelques activités et manifestations depuis le mois d'octobre dernier, celle-ci sont assez réduites afin de respecter le protocole sanitaire pour lutter contre le coronavirus. Quant aux visiteurs, ils sont plutôt réticents à fréquenter des lieux publics. «Je suis une habituée des galeries d'art, je m'y rends souvent pour découvrir de nouveaux artistes, mais depuis la pandémie, je me déplace moins afin d'éviter toutes contaminations», confie Fatima, une amatrice d'art.
Si le nombre d'expositions et le nombre de visites ont considérablement diminué, il reste que les personnes les plus touchées sont les artistes. D'ailleurs, il serait très long de faire une liste exhaustive des conséquences de cette pandémie sur eux. Toutefois, il est important de parler de la situation de ces artistes qui vivent dans des conditions déplorables. Il est encore plus facile de voir sur les réseaux sociaux qu'il existe des dizaines de publications d'artistes venant demander une aide charitable chez leurs collègues, notamment chez Ammar Kessab, un militant et expert en politique culturelle.
D'ailleurs, dans l'une de ses publications faites il y a quelques jours, il dit avoir «reçu des dizaines de cas d'artistes vivant dans de mauvaises conditions sociales.» Il est vrai que cette crise sanitaire touche l'ensemble des filières, mais également le secteur de l'art, à l'instar des auteurs, les peintres, les administrations autour de la création artistique, les techniciens, l'événementiel...
Et avec la fermeture des espaces culturels ajoutant à ceci les restrictions de déplacement et le couvre-feu partiel, des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées du jour au lendemain au chômage et sans ressource. «Si la situation perdure et que la condition sociale des artistes se dégrade encore, plusieurs artistes menacent de recourir à l'irréparable, c'est-à-dire au suicide, si des mesures urgentes ne sont pas prises par les autorités pour les soutenir. D'autres menacent d'entamer une grève de la faim. Le recours à ces actions témoigne d'un désarroi profond.»
Aide financière
Il faut savoir que de nombreux pays ont mis en place un plan d'aide avec des séries de mesures pour atténuer l'impact de la crise sanitaire sur les artistes. Chez nos pays voisins, en Tunisie par exemple, un fonds de relance pour la culture a été créé, tandis qu'au Maroc, les artistes ont été inclus dans la liste des bénéficiaires du fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie.
De l'autre côté de la Méditerranée, en France plus exactement, une dotation exceptionnelle de 2 milliards d'euros puisés dans le cadre du plan de relance, va être débloquée. Un chiffre qui s'ajoutera aux 3,5 milliards déjà annoncés au début de l'été. Mais qu'en est-il aujourd'hui en Algérie ?
Le secteur de la culture a souvent été mis au second plan par les pouvoirs publics. Un plan de relance dédié à la culture va-t-il être mis en place ? De nouvelles aides financières vont-elles être ajoutées ?
Nous ne le savons pas encore. Toutefois, nous avons essayé de joindre le ministère de la Culture pour obtenir plus d'éclaircissements, mais aucune réponse n'a été donnée.
Cela dit, une aide financière a déjà été octroyée, il y a quelques mois, dans le cadre de l'opération de soutien aux artistes impactés par la pandémie de la Covid-19. Et «plus de 34 000 artistes dont l'activité a été suspendue du fait du coronavirus ont bénéficié d'une allocation versée sur leur compte bancaire», avait indiqué l'ONDA. Il s'agit d'une somme de 30 000 DA. Notre expert et militant, Ammar Kessab nous a déclaré que «des centaines d'artistes lui ont rapporté qu'ils n'ont rien touché de cette somme, alors qu'ils ont déposé des demandes dûment remplies». Visiblement, cette opération nécessite une étude ainsi qu'une révision des dossiers afin que les artistes bénéficient de ladite allocation.
Les artistes s'expliquent
Questionnés au sujet de cette aide financière octroyée dans le cadre de l'opération de soutien aux personnes impactées par la pandémie, plusieurs artistes ont accepté de nous révéler s'ils ont réellement bénéficié de cette aide. «Aucune aide ne m'a été octroyée malgré mon très bon dossier», confie Nour El Yakine Ferhaoui, dessinateur de presse. Ayant été contaminé par la Covid-19 et n'ayant eu aucun symptôme, là n'est pas le pire, M. Ferhaoui explique vivre dans un grand calvaire et un grand désespoir.
En fait, il vit dans des conditions désastreuses puisqu'il est sans domicile fixe. Une situation particulièrement difficile surtout en saison hivernale. Un autre de ses confrères affirme également ne pas avoir reçu cette même aide. Il s'agit du réalisateur Nazim Larabi Saber. Sa situation n'est également pas au point fort. Il explique que «la crise sanitaire que nous vivons actuellement vient davantage compliquer la situation des artistes en Algérie». Il ajoute par la suite qu'«en tant qu'artiste, j'attends de notre ministère de la Culture une reconnaissance du statut de technicien free-lance du cinéma avec tous ses droits législatifs et juridiques afin que nous puissions bénéficier d'une affiliation, d'une sécurité sociale, ainsi que le droit à une retraite.
À nos jours, il existe encore des techniciens qui ont près de 40 ans d'expérience et qui n'ont malheureusement pas de retraite. Notre situation est critique, et personne ne cherche à voir ce qui se passe derrière les caméras». Comme ces artistes, il y en a encore beaucoup qui sont dans des situations peu avantageuses. Mais face à une situation de crise, il faut trouver des solutions qui permettent d'un côté de sauver ces artistes et de l'autre réfléchir à l'avenir du pays où le secteur de la culture détiendrait une place importante au sein de l'économie d'un pays.
En attendant que l'Etat mette en place les mesures d'aide adéquate, plusieurs initiatives orchestrées par les artistes eux-mêmes fleurissent sur les réseaux sociaux depuis le début de la pandémie afin de venir en aide à leurs confrères dans le besoin. Nous citerons, à titre d'exemple, la vente aux enchères organisée, dernièrement, par l'artiste peintre Djahida Houadef pour aider un artiste qui s'était retrouvé à la rue après avoir épuisé toutes ses ressources.
Ce type d'action citoyenne prouve finalement que même dans une période d'isolement personnel, l'art et le monde artistique nous rapprochent plus que jamais.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.