Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»
Publié dans El Watan le 24 - 01 - 2021

Pour le leader du FFS, l'aboutissement et le succès de ce processus politique de sortie de crise passeront, inéluctablement, par des préalables et l'installation d'un climat politique favorable.
Le Front des forces socialistes (FFS) est convaincu que les élections ne sont pas une solution à la crise multidimensionnelle qui touche le pays.
Hier, en marge de l'installation de la commission administrative de la fédération d'Alger, une démarche qui entre dans le cadre du renouvellement des structures locales du parti, le premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, a rappelé les positions du doyen des partis de l'opposition, précisant que les élections – quels que soient leur niveau, leur efficacité, leur classification et l'importance des lois y afférentes – ne résoudront pas la crise politique, économique et sociale que traverse le pays.
Pour le leader du FFS, l'aboutissement et le succès de ce processus politique de sortie de crise passeront, inéluctablement, par des préalables et l'installation d'un climat politique favorable.
Il cite, à cet effet, la libération de tous les détenus politiques et d'opinion, l'ouverture des champs politique et médiatique et la suspension de toutes les lois et procédures qui ont facilité le bradage et la dilapidation des richesses nationales. «Tout agenda politique qui ne prendrait pas en considération ces facteurs et préalables serait voué à l'échec», avertit Aouchiche avant de rappeler «la nécessité de l'amorce d'un dialogue national inclusif et démocratique, rassemblant toutes les forces vives de la société pour dégager une feuille de route consensuelle permettant de sortir de la crise et bâtir un Etat de droit et démocratique».
Pour lui, la priorité du FFS est le lancement d'un processus politique national «rassembleur» qui sera adopté par toutes les forces politiques et sociales, et au sein duquel adhérera tout le monde pour résoudre la crise.
De son côté, le Dr Hakim Belahcel, membre de l'instance présidentielle du FFS, déplore la position du pouvoir qui s'entête à exécuter sa feuille de route politique, et cela au détriment des revendications populaires qui aspirent au droit à l'autodétermination et à l'amorce d'une alternative démocratique dans le pays.
Il rappelle qu'à la veille du déclenchement de la révolution populaire, le FFS, jaloux de son autonomie de décision et profondément attaché aux attentes populaires, est convaincu que seul un dialogue inclusif, responsable et sincère est à même d'extirper la nation algérienne de l'impasse suicidaire qui hypothèque son destin politique.
Le FFS, qui prépare la convention nationale thématique, fera en sorte que ses conclusions, selon le Dr Belahcel, jetteront les bases d'une nouvelle initiative de sortie de crise.
Il a relevé, dans ce sillage, que le FFS s'attelait à la préparation d'une convention nationale pour la mûrir en une nouvelle initiative politique.
Il a fait de la conviction de son parti quant à la nécessité d'amorcer un dialogue politique «transparent et responsable» pour aboutir à un consensus «historique et national» rassemblant tous les Algériens à même de concrétiser leurs «légitimes ambitions».
Toutefois, pour le plus vieux parti de l'opposition, «seul un compromis historique, basé sur un dialogue sérieux et des approches consensuelles prémuniront notre pays des périls en cascade qui le guettent».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.