"Forum de la voix de la jeunesse" pour un changement positif de la société    Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2021

Les récentes études d'expertise technique réalisées par l'Organisme national de contrôle technique de la construction (CTC) montrent que «80% du patrimoine bâti de La Casbah d'Alger sont classés «rouge» (bâtisses menaçant ruine), a révélé le président de l'Assemblée populaire communale (P/APC) de la Casbah (Alger), Amar Zetili, à la presse, et ce, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de La Casbah (23 février), précisant que les résultats de l'expertise avaient été soumis aux services de la wilaya d'Alger.
L'expertise du CTC, réalisée entre juin et septembre 2020, a ainsi permis de dresser un état des lieux du vieux bâti de la Casbah après l'effondrement et la détérioration de certaines bâtisses, a-t-il dit, rappelant que 1060 familles de La Casbah avaient été relogées depuis 2018.
Mettant en avant les efforts de l'Etat pour la prise en charge du dossier de La Casbah, le responsable a rappelé le récent Conseil interministériel, présidé par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et consacré à l'examen du dossier de sauvegarde, de réhabilitation et de préservation de La Casbah d'Alger et les engagements pris pour la protection de ce site historique. A ce propos, le même intervenant a fait savoir que le Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés (PPSMVSS) «limitait les prérogatives de la commune et ne lui permettait pas d'intervenir en matière de restauration», appelant à la nécessité de revoir cette loi.
Or, poursuit le président de l'APC, le rôle de la commune consiste uniquement à signaler au ministère de la Culture les éventuels cas d'effondrement. Le même responsable a indiqué que la dégradation de l'état des douirete de La Casbah est dû au fait que leurs propriétaires ne les avaient pas entretenues périodiquement comme il aurait fallu le faire, bien que la loi 98-04, relative à la protection du patrimoine culturel interdit la modification, sans autorisation de l'expertise technique, de bâtisses classées patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1992, appelant à l'impératif de récupérer ces douirete par l'Etat pour les restaurer. Au sujet de la précarité des anciennes bâtisses de La Casbah, le P/APC a soutenu que le secteur sauvegardé «nécessite une véritable étude, une révision des lois sur la propriété et la mise en place d'un cahier des charges pour l'exploitation des immeubles», ajoutant que les héritiers, n'ayant pas quitté les lieux, ont continué à les exploiter durant de longues années jusqu'à l'effondrement quasi-total des bâtisses.
Classée dans la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1992, La Casbah d'Alger «requiert une décision politique pour la sauver», a-t-il estimé.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.