Conflit au Sahara occidental : le Conseil de sécurité opte pour l'inaction    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge
Publié dans El Watan le 28 - 02 - 2021

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réuniront la semaine prochaine pour discuter des niveaux de production au-delà du mois de mars, alors que les prix du brut ont terminé la semaine en légère baisse – en raison de spéculations sur une annonce d'augmentation de l'offre et d'inquiétudes quant à l'ampleur de la capacité de réserve saoudienne.
Les cours du pétrole ont enregistré, tout au long des dernières semaines, des valeurs jamais égalées en un an, mais les analystes estiment qu'une annonce en faveur d'un assouplissement des réductions de la part de l'Opep+ pourrait inverser la courbe de cotation de l'or noir et engendrer une baisse des cours.
En attendant la prochaine réunion de l'Opep+, prévue le 4 mars, la Russie a indiqué qu'elle était favorable à un assouplissement supplémentaire des réductions de production pour éviter la surchauffe du marché, alors que le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdelaziz Ben Salmane, a exhorté le groupe, à être «extrêmement prudent» car la pandémie constitue toujours une menace pour la demande.
«Un retour à la phase ‘‘trois'' initialement prévue par l'Opep+ signifierait une augmentation de l'offre de 2,25 millions de b/j par rapport aux niveaux de mars», a déclaré Gordan Gray, responsable mondial de la recherche sur les actions pétrolières et gazières chez HSBC.
«Les fondamentaux du marché pourraient probablement absorber un tel montant au deuxième trimestre – si la demande se rétablit suffisamment – mais l'annonce d'une augmentation immédiate de cette ampleur risquerait d'effrayer le marché. Le résultat le plus probable est un passage par étapes à la phase ‘‘trois'' de l'offre. Probablement une augmentation de 0,5 million de b/j au plus en avril», a encore indiqué HSBC.
Pour sa part, l'analyste principal du pétrole et du gaz de BCS Global Market, Ron Smith, a déclaré, cité par l'agence Platts : «Si (l'OPEP+) adoptait une démarche prudente les prix du pétrole pourraient facilement décoller et passer à 70 dollars le baril.»
Les prix du pétrole ont chuté vendredi dernier, jour de cotation hebdomadaire, alors que le dollar américain augmentait tandis que les prévisions tablaient sur une hausse de l'offre de brut en réponse à une augmentation des prix au-dessus des niveaux pré-pandémique.
Les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) ont terminé en baisse à 61,50 dollars le baril, alors que les contrats à terme sur le Brent pour avril, qui ont expiré vendredi, ont chuté de 75 cents, soit 1,1%, pour s'établir à 66,13 dollars le baril. Le contrat de mai a glissé de 1,69 dollars à 64,42 dollars pour le Brent.
En dépit de cette baisse enregistrée durant la dernière journée de cotation, le Brent a augmenté de 4,8% et le WTI a fini en hausse de 3,8% sur la semaine, et les deux valeurs étaient environ 20% plus élevées au cours du mois en raison des perturbations de l'approvisionnement aux Etats-Unis et de l'optimisme quant à la reprise de la demande grâce aux programmes de vaccination contre la Covid-19.
«C'est un moment risqué», a déclaré à propos de la prochaine réunion de l'Opep+ Bob Yawger, directeur de Energy Futures chez Mizuho, à New York, méfiant, selon Reuters, d'une augmentation potentielle de la production de l'OPEP et de ses alliés.
Des investisseurs parient, en effet, que la réunion de la semaine prochaine de l'OPEP et de ses alliés se traduira par un retour de l'offre sur le marché, estimant que la demande est loin de justifier les niveaux actuels des prix du pétrole.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.