Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Centre psychopédagogique Tighri Oussirem de Tizi Ouzou : Manque de moyens de prise en charge
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2021

Le Centre psychopédagogique des personnes atteintes de déficience mentale, sis à l'école Zemirli de Tizi Ouzou, essaye à travers les différents programmes tracés de donner aux enfants et jeunes inadaptés mentaux, âgés de 8 à 18 ans, une prise en charge adéquate.
Cette structure dispose de cinq salles affectées par la direction de l'éducation et d'ateliers pour travaux manuels ainsi que de deux salles pédagogiques louées chez un privé à raison de 30 000 DA/mois. Un personnel dévoué composé d'orthophonistes, psychologues, des formateurs spécialisés qui veillent au bien-être des pensionnaires en leur assurant une scolarisation et un entretien psychologique. La mission n'est pas facile en l'absence de subsides étatiques. «On ne demande qu'un minimum de considération, le droit à la scolarité, au transport et une subvention pour pouvoir prendre en charge ces personnes qui présentent des handicaps.
L'école Zemirli a été réhabilitée mais pas nos locaux situés côte à côte dans la même bâtisse», nous a déclaré Karim Lamhène, président de l'association Tighri Oussirem, qui gère la structure. «La situation perdure depuis longtemps. Je tiens à rappeler, et preuve à l'appui, que toutes nos doléances pour améliorer les conditions de prise en charge de ces enfants sont restées vaines à savoir le problème de transport, la réfection du centre par l'APC de Tizi Ouzou et l'absence de soutien et de subvention, notamment durant l'année 2020», dira notre interlocuteur, ajoutant : «Il y a beaucoup d'enfants qu'on ne peut placer ici malgré l'insistance en pleurs de leurs parents, d'autres pensionnaires sont des orphelins et des nécessiteux.
On veut bien accompagner tout le monde, malheureusement les moyens de prise en charge font défaut. On a tapé à toutes les portes de l'administration, que des promesses sans lendemain. Même le bus de l'APC, tombé en panne, tarde à être réparé. Nous avons un autre moyen de transport de l'association loué à 3000 DA/jour, mais cela reste insuffisant car nous avons 95 enfants .»
Structure sous pression
«Cela fait trois ans qu'on n'a rien reçu malgré tous les écrits adressés au ministre de la Solidarité nationale et à la direction de wilaya de l'action sociale et même à la présidence de la République. Sans l'aide de Dieu et des bienfaiteurs, on ne sait vraiment pas quoi faire», s'inquiète M. Lamhène qui nous a fait visiter la structure. «Le jour du sit-in devant la wilaya, la semaine dernière, nous avons été reçus par le chef de cabinet du wali en présence du directeur de l'action sociale et de la solidarité. À l'issue de cette rencontre, le wali nous a pris un rendez-vous avec le maire pour solutionner les problèmes les plus urgents auxquels fait face notre association, à savoir le transport ainsi que la réhabilitation du centre mitoyen à l'école Zemirli.
Il a été aussi question en présence du DASS du suivi de nos doléances au sujet des subventions sollicitées et d'une structure qui réponde aux besoins spécifiques de ces enfants pour une meilleure prise en charge. Nous avons été reçus par le maire de Tizi ouzou qui nous a promis de régler les problèmes relevant de ses compétences, le transport et la réhabilitation de la structure abritant le centre. Un délai de 30 jours nous est imparti pour prendre contact avec tous les secteurs pouvant contribuer à trouver une solution à la situation que vit notre association depuis plus de 25 ans et enfin à disposer d'un centre adéquat pour l'accueil et la prise en charge de cette frange de notre société, qui ne demande qu'à être traitée comme des citoyens algériens à part entière», enchaîne le même responsable, avant de conclure : «Nous osons espérer que notre cri de détresse ait un écho favorable auprès des pouvoirs publics.»
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.