Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2021

Le Ramadhan de cette année n'a pas dérogé à la règle. Dans les marchés de fruits et légumes de la wilaya de Bouira, les prix ont connu une envolée exagérée.
Le phénomène n'a rien de nouveau puisque, avant chaque début du mois sacré et à l'approche des fêtes religieuses, les prix des fruits, particulièrement ceux cultivés sous serre, connaissent une hausse exorbitante.
Au marché couvert sis à l'ancienne gare routière du chef-lieu de wilaya, tout comme au niveau des autres points de vente, les citoyens, déroutés, n'arrivent toujours pas à comprendre l'envolée démesurée des prix. «Il y a une semaine, la pomme de terre était affichée à 50 DA, avant de passer à 80 DA le kilo», s'interroge un citoyen. La courgette se vend entre 100 et 110 DA le kilo.
La tomate et les piments sont hors de la portée des petites bourses, atteignant les 180 DA le kilo. «C'est une période assez particulière pour les ménages qui doivent s'attendre aussi à des situations difficiles en raison de la crise touchant l'économie du pays», a estimé un expert en agriculture, avec qui nous nous sommes entretenus au sujet de la flambée de la mercuriale.
Notre interlocuteur a rappelé que la hausse attendue des prix a été précédée par des pénuries injustifiées de certaines denrées, comme l'huile de table et aussi par l'envolée des prix de certains produits, comme le poulet frôlant les 450 Da le kilo. «Au regard des prix qui ont augmenté parfois jusqu'à 300%, cela ne peut s'expliquer aussi que par la faiblesse du secteur agricole qui fonctionne dans l'anarchie, générant le gaspillage des milliers de tonnes de produits qui n'ont pu être écoulées sur un marché souvent saturé par la production», a-t-il dit, en ajoutant que la flambée qu'enregistre la mercuriale fait suite aussi à une succession de montées vertigineuses des prix des produits alimentaires (pâtes, viandes blanches) et pour les animaux (maïs et soja), par rapport aux cours sur le marché mondial, ainsi que par rapport à la baisse de la valeur du dinar et la réduction du volume des importations. Le niveau inabordable des prix des aliments a non seulement affecté les petites bourses, mais aussi la classe moyenne, gagnée également par la précarisation sociale.
Dans la wilaya de Bouira, les autorités locales ont, dans le but de casser les prix affichés par des commerçants exerçant dans les marchés couverts et autres ambulants, ont mis à la disposition des agriculteurs de la région des espaces pour écouler leurs produits sans passer par d'autres circuits.
Par ailleurs, une opération de déstockage d'une quantité importante de pommes de terre est en cours en vue de réguler le marché et stabiliser les prix de cette denrée de large de consommation, a-t-on précisé à la direction des services agricoles de la wilaya. En dépit de ces mesures palliatives, il faut rappeler que cela fait des années que le problème lié à l'augmentation effrénée des prix surgit à chaque début du mois du jeûne et l'Etat peine toujours à trouver une solution pérenne .
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.