Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Disparition de la chanteuse Naïma Ababsa: Une femme d'exception, une dame de coeur
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2021

La chanteuse algérienne, Naïma Ababsa, faisant dans le registre anadalou, assimi ou encore chaoui, décédé dimanche à l'âge de 58 ans, était une femme courage ayant lutté contre la maladie depuis 29 ans et ce, à son corps défendant.
La disparition de Naïma Abab a attristé le monde de la musique et ses admirateurs. Cette fille de son père, elle n'est autre que la fille du grand compositeur et interprète Abdelhamid Ababsa (1918-1998), ayant immortalisé la chanson Hiziya, un texte du poète Mohamed Ben Guittoun et la sœur de Fella Ababsa.
« C'est avec une immense douleur que j'ai appris le décès de la grande artiste Naïma Ababsa. Et ce, après avoir gagné les cœurs, donné des œuvres authentiques et avoir accompagné les Algériens dans leurs joies. Aussi, je présente mes sincères et attristées condoléances à sa famille et à celle des artistes. En leur assurant notre compassion et soutien. Je souligne son parcours particulier et enrichissant sur la scène musicale algérienne. En ce mois dédié à la célébration du patrimoine, nous observons une halte saluons les efforts consentis par Naïma Ababsa en matière de protection et rayonnement du patrimoine algérien. Et elle tient cette authenticité de son père, l'immense artiste Abdelhamid Ababsa. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. Que Dieu lui accorde sa Miséricorde... » saluera Mme Malika Bendouda, ministre de la Culture et des Arts, la mémoire de la regretté Naïma Ababsa sur sa page Facebook.
Le grand compositeur, arrangeur et producteur, Safy Boutella, peiné, postera ceci à propos de la défunte Naïma Ababsa : « C'est une si belle personne. Elle aura consacré toute sa vie à son art. Que Dieu ait son âme. Toutes mes condoléances les plus sincères à toute la famille. De tout cœur avec vous... ».
Le chanteur de musique arabo-andalouse, Nacer Eddine Chaouli témoignera : « Allah yarahmek ya khoti Naïma tu ma toujours encouragé depuis notre enfance. ».
Une femme courage et d'exception
Excellent dans plusieurs styles musicaux tels que l'algérois, andalou, staïfi, chaoui, Naïma Ababsa aura été cet « air » de fête pour les Algériens. Car ayant procuré de la joie aux Algériens lors des fêtes, les mariages, musicalement parlant. Notamment avec des titres festifs comme « Li Baghi Yaksi Martou », « Talagni », « Debal El Aïn », « Djani El Marsoul », « El Nayliat », « Tadjabni Sahara » ou encore « Rachik el kaad ».
Si Naïma Ababsa s'essayait à divers genres musicaux, c'est qu'elle croyait en la diversité, la densité, la richesse du patrimoine musical algérien. Et par conséquent, elle oeuvrait et s'investissait- même si cela paraissait pour certains comme de la « variet' » sirupeuse-, pour rehausser les sons, la poésie, le lyrisme du terroir. Et ce n'est pas un art mineur. Au contraire. Donc, Naïma Ababsa est à congratuler pour avoir encore une fois procuré du bonheur aux Algériens.
En septembre 2018, à l'occasion de la sortie officielle de son nouvel album « Chawala »( produit par Toufik Boumellah), Fella Ababsa, avait convié, réuni et rendu hommage à ses sœurs, Naïma Ababsa et le Dr Aïda, en leur remettant des médailles. Arrachant ainsi quelques larmes à l'assistance de l'hôtel El Djazaïr, à Alger. Un moment attendrissant, émouvant et prémonitoire.
Elles se sont tombées dans les bras les unes des autres, unis, réunis, un long moment. On garde aussi, cette belle image de Naïma Ababsa. Celle d'une artiste, qui piégée lors d'une caméra cachée, émue par la détresse(feinte) d'une personne, lui remettra naïvement une très grosse somme pour atténuer son désarroi.
C'était une femme très généreuse et très sensible. Nous perdons une femme d'exception.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.