La justice se penche sur la fraude électorale    Suspension de la chaîne El Hayat TV pour une semaine    Les ambitions de Sonelgaz    Généralisation du sans plomb dès le 1er juillet    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    Le message de Washington    Déroute des partis dominants    «Il reste encore 90 minutes à jouer pour atteindre la finale»    Qui arrêtera l'Italie ?    Une Super Ligue africaine en réflexion    Sit-in de parents de migrants devant la Wilaya    Les sujets diversement appréciés    Une troisième vague n'est plus exclue    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Une édition exclusivement algérienne    La Banque d'Algérie a donné son accord pour la création d'une banque d'import-export    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    L'ALGERIE BAT LA MAURITANIE    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Des pourparlers égypto-européens pour "faire avancer la paix"    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    "Réviser l'Accord d'Alger, c'est ouvrir la boîte de Pandore"    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Education: L'Intersyndicale revient à la charge    Le changement en Algérie est-il impossible?    Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution    Une ambition en sursis    Selma Bédri, sur du velours    Djerad: la répudiation    Les mesures phares mises en exergue    Chanegriha à Moscou    Fin de saison pour Frioui?    Brèves Omnisports    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Une vingtaine de Palestiniens blessés par l'entité sioniste    L'enjeu des locales et la survie des partis    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Epic Art et culture : Des employés licenciés en grève de la faim
Publié dans El Watan le 04 - 05 - 2021

Neuf (9) employés licenciés affiliés à la direction Art et culture sous tutelle de la wilaya d'Alger sont en grève de la faim depuis 17 jours pour demander à être «rétablis dans leurs droits».
En effet, ces grévistes ont choisi le siège de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) à Aïssat Idir comme lieu de leur mouvement de protestation contre ce qu'ils qualifient de préjudice commis à leur encontre par la direction de l'Epic.
Destinataire de décision de licenciement en date du 28 décembre 2016, ces grévistes disent n'avoir à ce jour pas compris le motif de leur licenciement qui n'est nullement mentionné dans le document de la direction de l'entreprise. «Nous avons été licenciés sans motif valable et d'une manière illégale», dénonce Gherib Réda, le représentant des grévistes.
«La décision n'est ni motivée par une faute professionnelle ni autre motif valable. Preuve en est, la direction n'a pas tenu de conseil de discipline pour statuer sur notre cas. Notre dossier est vierge!», renchérit le plaignant.
Selon ce dernier, le conflit social est intervenu au moment où la section syndicale de l'entreprise dont ils font partie, s'apprêtait à renouveler son bureau syndical. «C'est une violation à la loi de la République qui stipule dans son amendement 14/90 que la pratique syndical est un droit. Chose que l'entreprise refuse catégoriquement», expliquent les frondeurs.
La direction de l'UGTA avait envoyé plusieurs courriers à la Wilaya d'Alger pour la réintégration de ces travailleurs dans leurs postes initiaux, en vain. «Nous avons fait l'objet de mutation aux différentes Epic de la wilaya. Sauf que ces mutations ont été considérées comme nouveaux recrutements pour nous soumettre à une période d'essai et nous mettre par la suite à la porte. Ce qui fait que nous n'avons aucune garantie.
Pis encore, les acquis obtenus durant notre carrière professionnelle et après des années de travail au sein de l'Epic Art et Culture n'ont pas été pris en considération, notamment l'indemnité (IEP)», ont-ils indiqué. Les grévistes se disent prêts à monter au créneau si leurs revendications ne seront pas satisfaites.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.