Le rôle prépondérant de l'ANP    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès    Un rempart pour la République    El Hadjar tourne en mode recyclage    Des équipements médicaux à exporter    Précarité de la condition féminine    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    L'Algérie dans la légende    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    La sardine entre 250 et 400 dinars    L'économie du tourisme marque le pas    Les «ambitions» d'un ministre    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Mali/Accord de paix: la médiation internationale tient une nouvelle réunion    Le Président Tebboune regagne Alger après une visite d'Etat en Turquie    Lancement de la campagne nationale de prévention des incendies de récoltes    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    Salon "El Djazaïr Healthcare" de Dakar: faire du Sénégal la porte de commercialisation du produit algérien    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Gouvernement donne le feu vert à l'importation des chaînes de production rénovées    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    L'USMA s'offre le derby face au MCA    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Mohammed ben Zayed élu Président des Emirats arabes unis par le Conseil suprême    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    12e session du Groupe de vision stratégique "Russie-Monde islamique": Ghlamallah à Kazan    Le Brésil n'affrontera pas le Sénégal en match amical    Liverpool : Klopp donne des nouvelles de Salah et Van Dijk    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie pour le 3ème et dernier jour    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    La rançon d'une vie    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    Fonction publique: Les Syndicats autonomes veulent préserver l'unité de leur action    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    D'autres chats à fouetter    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale
Publié dans El Watan le 16 - 05 - 2021

Au troisième jour après l'Aïd, la quasi-totalité des restaurants et fast-foods de la capitale sont encore fermés. Des voyageurs, des passagers et autres travailleurs sont sérieusement pénalisés par cette situation.
La première ville du pays par laquelle transitent des milliers de personnes, y compris durant les fêtes religieuses, n'offre pas le minimum à ses visiteurs. Le programme de permanence est particulièrement axé sur les commerces d'alimentation générale, les boulangeries et les transports.
Le ministère du Commerce et les services de contrôle sont peu regardants sur les restaurants et les fast-food. La preuve, dans la journée d'hier, certains d'entre eux avaient le rideau à moitié ouvert, mais sans qu'aucun service ne soit assuré. «Ça ne sert à rien d'ouvrir, il y a peu de monde», nous dira l'un d'entre eux. Tout compte fait, la notion de service public ou de service minimum n'existe pas dans ce créneau, pourtant indispensable pour une ville de la dimension d'Alger.
Au centre-ville ou dans les ruelles connues pour leurs restaurants populaires, à la rue Tanger ou près du marché Reda Houhou (ex-Clauzel), la quasi-totalité n'était pas de service. «Cela fait deux jours que je mange des sandwichs que je me prépare moi-même chez l'épicier. C'est devenu un exploit de croiser un fast-food ouvert durant les jours qui suivent l'Aïd», s'est plaint un jeune employé d'une entreprise privée, retenu pour assurer la permanence de l'Aid. Bien d'autres personnes sont dans son cas.
A la gare routière du Caroubier, seulement une gargote était ouverte. «C'est déjà pas mal», estime un citoyen, qui dit avoir passé toute la journée à jeun à Alger-Centre. «J'étais bien content de trouver un restaurant ouvert. Je ne pouvais pas faire un long trajet l'estomac vide», nous dira un citoyen de la wilaya d'Oran.
Des clients de ces mêmes restaurants, pizzeria et fast-food étaient nombreux à s'indigner du manque d'empathie de la part des propriétaires de ces commerces. «Ils sont censés assurer un service minimum à partir du deuxième jour de l'Aid. Le week-end n'est pas une raison pour rester fermé», estime un autre client. En fait, les restaurateurs semblent conditionner la reprise du service à une forte présence des clients, histoire de rentabiliser leur journée. «Mais pas que, nous dira un jeune «chawarmiste», la plupart des travailleurs sont rentrés chez eux à l'occasion de l'Aid. Certains habitent à l'intérieur du pays et ne reviennent que plusieurs jours après la fête».
Cela n'empêche toutefois pas d'assurer un service minimum avec moins de personnel d'autant que l'affluence baisse. Mais ce qui donne à réfléchir est la dépendance de l'activité commerciale à Alger des travailleurs d'autres wilayas.
D'ailleurs, la veille et durant les jours de l'Aid, la plupart des commerces ferment parfois faute de serveurs, de cuisiniers, boulangers, etc., et les propriétaires ne peuvent rien contre cette situation. «S'ils donnent des primes et que les services compétents leur enjoignent de rester ouverts dans le cadre de la permanence de l'Aid, le problème serait résolu», estime-t-on.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.