Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Naciria (Boumerdès) : Malvie à la cité des 80 logements
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2021

Le cadre de vie laisse à désirer dans plusieurs quartiers du chef-lieu de la commune de Naciria. A la cité des 80 logements, les routes sont dans un piteux état. Ici, même les piétons éprouvent des difficultés à circuler en raison des trous béants qui ponctuent la chaussée.
L'éclairage public y est inexistant alors que les bordures et les pavés des trottoirs ont été arrachés à plusieurs reprises pour le passage de divers réseaux, accentuant en effet leur dégradation. «Nos responsables parlent ces derniers mois uniquement sur les zones d'ombre alors que notre cité est une zone de l'obscurité», martèle un habitant, précisant que les caves des immeubles sont remplis à moitié d'eaux usées.
Ce qui attire les rats et les moustiques très nuisibles à la santé des résidants. Certains espaces jouxtant les blocs d'habitation sont envahis d'ordures sauvages, tandis que d'autres sont squattés et clôturés par des objets hétéroclites. A ce décor lugubre vient se greffer des monticules de gravats et des tas d'ordures ménagères devenus des lieux préférés des chiens errants. Un élu à l'APC affirme qu'une étude a été réalisée pour un montant de 500 000 DA pour l'aménagement de la cité avant qu'elle ne soit rangée dans les terroirs faute de budget. «Le coût du projet est estimé à 30 millions de dinars. Il devait être réalisé par la DUC, mais cette dernière n'a pas tenu son engagement», dira-t-il.
Les habitants dénoncent aussi l'état d'abandon de la crèche sise à une centaine de mètres de leur cité. Selon l'édile local, cette infrastructure a été achevée en 2015. Elle devait être cédée à un exploitant privé, car l'APC n'a pas les moyens pour assurer sa gestion. Néanmoins, sa cession est conditionnée par la régularisation de sa situation juridique en vue de l'ajouter à la liste des biens communaux. L'Assemblée avait engagé un expert pour ce faire, mais les procédures butent sur d'énormes contraintes.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.