Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Journée nationale de l'artiste célébrée
Publié dans El Watan le 14 - 06 - 2021

63 années après son lâche assassinat par la horde colonialiste, un certain 8 juin 1958, et sa pendaison au pied du bicentenaire platane à l'actuelle place des Martyrs (ex-Carnot), le chantre de la musique algérienne, le martyr Ali Maachi fait toujours parler de lui.
Evoquer Ali Maachi et le 8 juin, Journée nationale de l'artiste, renvoient indubitablement depuis maintenant 24 ans depuis son institutionnalisation, à la vie culturelle et, subsidiairement à la condition de l'artiste. Des conditions de vie qui semblent s'améliorer relativement bien si l'on se fie à certains textes de loi mis en application et d'autres en préparation et certains tout récemment avalisé par le gouvernement.
Bendaameche nous a cité les décrets 21/204 du 20 mai 2021 fixant le régime spécial des relations de travail des artistes et des comédiens et le décret 14/69 de février 2014 sur la protection des artistes. Cette année, l'université Abderrahmane Ibn Khaldoun rompt avec la monotonie et les rituels protocolaires nonobstant l'intermède de 2019 ou l'on avait fêté le 8 juin à la sauce hirakienne.
La faculté des lettres et des langues a eu donc l'ingénieuse idée d'organiser un colloque nationale dédiée en générique à la culture de la résistance avec des thématiques liées aux artistes algériens au service du combat libérateur comme Ali Maachi, voire Aissa El Djarmouni. Là, les Said Benzerga, enseignant universitaire et Abdelkader Bendaameche, étaient très attendus.
Et pour cause, c'était l'introduction à deux journées pleines faites de communications sur le sujet au niveau de la salle du centre d'études khaldounien. En marge de cette rencontre placée sous le patronage du wali, le directeur général de l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) a évoqué pour El Watan «ces hommes qui ont milité pour la cause nationale qu'il faudrait évoquer et honorer à l'instar de Ali Maachi et El Badi de Souk Ahraset aux éléments de la troupe du FLN dont la naissance remonte à l'année 1958 en Tunisie».
Au-delà, dira notre interlocuteur, «il s'agissait de dire la situation de l'artiste aujourd'hui qui, heureusement s'améliore depuis qu'une batterie de textes ont été produites depuis 2012 et mis en application depuis 2015».
Des textes de lois venus pour «protéger l'artiste et le soustraire des aléas d'une vie difficile». Monsieur Abdelkader Bendaameche déclara enfin qu'«un décret a été dernièrement avalisé par le gouvernement et vise à réglementer la relation de travail de l'artiste».Globalement, Tiaret perpétue la tradition et honore pour la circonstance les artistes locaux.
Le chef de l'exécutif avait mardi soir honoré certains au niveau de la maison de la culture et offrir des lots de livres à des bibliothèques communales sous une bonne ambiance colorée.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.