Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc
CONFLIT DU SAHARA OCCIDENTAL
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2021

L'administration américaine a décidé de «reconsidérer» la vente de drones et d'autres armes au Maroc en raison de la série de scandales impliquant Rabat, entre autres, l'affaire du logiciel espion Pegasus et la situation des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. C'est ce qu'a révélé lundi le journal espagnol El Confidencial relayé hier par l'APS.
Selon ce journal, Washington a prévu en effet de vendre quatre drones MQ-9B Skyguardian et des munitions JDAM au Maroc, mais les récents scandales internationaux impliquant Rabat ont contraint l'administration de Joe Biden à repenser la transaction, qui est bloquée jusque-là au niveau des commissions du Congrès et du Sénat. Le nouveau président américain Joe Biden s'est engagé, depuis son investiture, à soutenir les droits de l'homme.
Le journal espagnol cite Patrick Leahy, sénateur démocrate du Vermont depuis 1975, auteur de la «loi Leahy» qui interdit au Département d'Etat et au Pentaogne de fournir une assistance militaire aux armées étrangères qui violent les droits de l'homme. Le texte en question bénéficie d'un consensus total entre démocrates et républicains et depuis son approbation en 1997, elle a bloqué l'aide militaire à plusieurs pays. Le sénateur Leahy préside la Commission des crédits qui a son mot à dire sur les transferts et ventes possibles d'équipements militaires. Sa position initiale pro-sahraouie commence à être renforcée, a indiqué El Confidencial, ajoutant que «plusieurs dirigeants de commissions-clés au Congrès et au Sénat utilisent leur autorité pour bloquer la vente, demandant à l'Exécutif de Biden plus d'informations sur les drones».
Le MQ-9B Skyguardian et les bombes JDAM surpassent en termes de létalité les armes conventionnelles que les Etats-Unis vendent habituellement au Maroc. Son potentiel destructeur élevé exige le niveau de responsabilité que les Américains exigent de leurs alliés de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan), écrit le média. Le Maroc ne fait pas partie de l'Alliance atlantique et la reprise du conflit militaire avec le Front Polisario (depuis la violation du cessez-le-feu en novembre 2020 et l'agression marocaine à El Guerguerat) fait douter que l'occupant marocain utilise cet armement, a souligné le journal espagnol.
El Confidencial a évoqué dans son édition la tension diplomatique entre Madrid et Rabat, conséquence de la crise migratoire provoquée par le Maroc à Ceuta, enclave espagnole frontalière avec ce pays. Cette crise a contribué à «détériorer l'image du Maroc» vis-à-vis de Washington, selon Jason Poblete, avocat expert en questions de sécurité nationale et président de la Global Liberty Alliance (GLA), une organisation non gouvernementale basée à Alexandrie (Virginie), focalisée sur la défense des droits fondamentaux au niveau international. A cela s'ajoutent les récentes révélations sur l'utilisation par les services de renseignement marocains du logiciel Pegasus pour espionner des personnalités étrangères. «Ceuta, Pegasus et les droits humains des Sahraouis ont un fort impact sur la confiance de Washington. Cela aura des conséquences», a averti le président de la GLA, cité par El Confidencial.
Le média a aussi fait état des répercussions de la décision de l'ancien président Donald Trump de reconnaître la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, en échange d'une normalisation des liens entre le Maroc et Israël. Décision qui a assuré une sorte d'impunité pour le Maroc qui a intensifié les violations de droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés. «La torture, les viols, les coups et les disparitions n'ont jamais cessé, mais maintenant, ils ont violé le cessez-le-feu qui durait depuis 1991 en novembre 2020. Il n'y a pas de liberté de la presse ni de liberté de circulation au Sahara occidental, mais les violations finissent par être connues à Washington», a déclaré récemment Suzanne Scholte, présidente de l'US Western Sahara Foundation, citée par El Confidencial.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.