Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les voleurs à l'arraché sévissent toujours
AIN BEIDA (OUM EL BOUAGHI)
Publié dans El Watan le 14 - 08 - 2021

Il ne se passe pas un jour sans que quelqu'un crie au voleur de son portable. Pas plus tard que jeudi dernier, un jeune, assis en compagnie d'un ami, s'est vu subtiliser son cellulaire qu'il tenait sur ses genoux.
Salim, son compagnon, raconte: «Un jeune s'est approché de nous et, en un éclair, s'est saisi du portable puis couru à toute vitesse. Nous avons essayé de le rattraper, mais peine perdue. Il était plus rapide que nous». Saïd, un directeur d'école, abonde dans le même sens : «J'étais en train de communiquer avec un ami quand tout à coup un jeune m'a arraché l'appareil pour s'éclipser ensuite. Il a tourné au coin de la rue et rejoint un acolyte qui l'attendait avec un motocycle». Un prof d'université, ayant oublié la vitre de son véhicule baissée et son cellulaire déposé sur le siège, a eu la désagréable surprise de s'apercevoir l'instant d'après que son téléphone avait disparu. Bien sûr, tous ceux qui furent victimes de ce genre de vol ont déposé plainte contre x. Certains disent que s'ils rencontrent le voleur ils le reconnaîtront facilement.
Malheureusement, les voleurs ne se font jamais prendre vu que ce sont eux qui guettent et épient leurs victimes. Ils agissent quand ces dernières sont distraites ou occupées par quelque activité. Généralement, le voleur a un complice, dont le rôle est de détourner l'attention de l'éventuelle victime, en attirant son attention sur quelque chose d'anodin. L'exemple le plus répandu vise les conducteurs de véhicules. Le motocycliste le serre d'un côté comme s'il le gênait, tandis que son acolyte s'empare du portable ou de n'importe quel objet déposé sur l'un des sièges. Interrogé sur la destination des cellulaires volés, un connaisseur nous apprend que pour effacer toute trace, on fait appel à un professionnel qui change la configuration de l'appareil, de sorte que plus personne ne retrouve la trace. Ce que rapporte la vente des téléphones portables, selon certains, est destiné à l'achat de psychotropes ou de produits hallucinogènes. Mais savent-ils au moins qu'ils violent l'intimité des gens en prenant possession de leur portable qui contient des photos de famille et des informations personnelles ? De cela, ils n'en ont cure !
A voir le nombre de chômeurs qui hantent les espaces publics ou qui enfourchent des vélomoteurs à la recherche d'une «proie» à détrousser, on comprend vite le malaise qui ronge cette frange de la société. Une jeunesse qui, faute de mieux, vole, agresse, ou se drogue. Finalement, pourquoi les témoins qui assistent médusés à ces vols à l'arraché ne se manifestent pas pour dénoncer les coupables? Beaucoup redoutent des représailles de la part de ces énergumènes ou de leurs acolytes, raison pour laquelle ils se calfeutrent dans un silence complice. Ce qui encourage les malfrats à persévérer dans leurs méfaits.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.