Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une indispensable catharsis
Publié dans El Watan le 21 - 09 - 2021

Maintenant que Bouteflika n'est plus en vie, faut-il l'oublier à tout jamais et gommer les vingt années de son règne ou bien faire le contraire, ne pas hésiter à étaler les faits et méfaits de sa gouvernance, à tout moment, dans le but de comprendre ce qui s'est passé réellement durant les deux décennies qu'il a passées à la tête du pays ?
Les partisans de l'oubli sont nombreux, avec l'argument qu'il est nécessaire de laisser faire le temps pour panser les blessures et éviter au pays la résurgence de règlements de comptes. Car il y a eu de graves injustices, encore pendantes ; citons, entre autres, le pardon accordé à des milliers de terroristes par le biais de la concorde civile, au détriment des victimes, et la mort par balles de 128 jeunes en Kabylie, sans aucune suite, ni politique ni judiciaire.
A l'opposé, ceux qui plaident pour une sorte de «procès public» de Bouteflika, à défaut d'un procès en justice auquel il a échappé, justifient leur position par la nécessité pour les Algériens de savoir, en toute objectivité, pourquoi l'Algérie, avec toute sa diversité et sa force, a été prise en otage par un seul homme, deux décennies durant, avec pour seul souci d'étancher sa soif de pouvoir. Et pourquoi a-t-il pu délaisser la tâche de construction du pays et consacrer les milliards de dollars de la rente pétrolière pour sa seule gloire personnelle.
Et enfin qu'est-ce qui a permis l'émergence d'un vaste système de prédation à deux facettes, l'une politique, l'autre économique. Un pan entier de l'élite politique du pays, et même intellectuelle, lui a prêté allégeance allant jusqu'à le déifier et à vénérer son portrait. In fine, qu'est-il arrivé à l'Algérie, de 1999 à 2009 pour qu'une partie de ses citoyens en arrivent à perdre toute dignité en adulant un homme, fut-il président de la République au moment où le système qu'il a bâti faisait d'incommensurables dégâts annonciateurs d'un avenir sombre ?
Une classe d'affairistes et de corrompus ne cessait d'étaler ses biens et ses mœurs en toute quiétude alors que les ingrédient de la paupérisation apparaissaient en tous lieux et à tout moment.
Comment donc penser l'Algérie de demain avec un tel passif, un tel fardeau ? Comment les jeunes générations d'Algériens pourront s'investir dans l'Algérie de demain, si le passé n'est pas soldé, si la justice et la vérité n'ont pas droit de cité. Nul doute qu'une catharsis est nécessaire à la société algérienne pour la libérer de ses peurs et des perversions de bien de ses membres.
Le hirak a fait un excellent travail en ce sens, il s'agit de compléter cela par le biais d'une mise à nu du système Bouteflika, sans complaisance, en toute lucidité et responsabilité. Et par la mise en œuvre d'une toute autre gouvernance, aux antipodes des choix de Bouteflika, qui donne un sens à l'alternance politique, aux libertés fondamentales et aux droits de l'homme.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.