LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Le Président Tebboune décerne la médaille des Amis de la révolution algérienne au Président de l'Etat de Palestine    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Retrouvailles inédites à Doha !    Vers le dénouement    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Kaïs Yaâkoubi satisfait    A Tierra met le cap sur Annaba    O. Médéa: Une entame prometteuse    Cyclisme - Championnats arabes: Riahi Anes honoré par le wali de Tlemcen    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une journée cauchemardesque pour les usagers
PERTURBATIONS SUR LA LIGNE DU TRAMWAY À CONSTANTINE
Publié dans El Watan le 19 - 10 - 2021

C'était désolant de voir, dimanche, des centaines d'usagers du tramway attendre sur le bord de la route menant vers l'aéroport dans l'espoir de trouver un moyen de transport qui les amènera chez eux.
Cela a commencé vers 14h30 quand des citoyens ont été surpris d'apprendre devant les guichets du tramway à la station Benabdelmalek que ce dernier finira son trajet à la cité DNC et non à la station de Zougahi, et qu'il ne poursuivra pas son chemin vers la nouvelle ville Ali Mendjeli. Certains ont été avertis et ont pris leurs dispositions en prenant un taxi ou en optant pour le bus malgré tous les désagréments qui en suivront.
D'autres, et ils étaient bien nombreux ont été pris au dépourvu. Ils ont été débarqués à la cité DNC, informés d'une panne technique où ils seront contraints de faire le pied de grue dans l'espoir de dénicher un moyen de transport. «On n'était pas au courant et on était obligés de descendre ; on ne nous a rien expliqué, cela fait plus d'une heure que j'attends un bus ou un taxi ; c'est vraiment désolant et regrettable à la fois», nous a révélé une dame rencontrée à la cité DNC.
Un peu plus haut, c'est la même scène à la station de Zouaghi où des dizaines de passagers ont pris d'assaut les bus venant d'Ali Mendjeli à destination du centre-ville, car le tramway n'assurait pas cette destination. «Il nous arrivait parfois de vivre des perturbations sur la ligne du tramway, mais un scénario pareil, on ne s'y attendait pas», a lâché un étudiant.
Du côté des universités de Constantine, les étudiants sont restés bloqués, mais également des enseignants non véhiculés. «Je suis revenu de l'université Salah Boubnider où j'ai assuré un cours, je ne savais pas que le tramway n'était pas fonctionnel en cette journée; je suis restée un long moment coincée sur le quai ; j'ai dû appeler mon fils pour venir me ramener à domicile», a déploré une enseignante à l'ENS, située à l'université Salah Boubnider.
Ce qui s'est passé ce dimanche restera gravé dans la mémoire de nombreux usagers du tramway, notamment des familles qui attendaient ce moyen de transport au centre-ville et on du descendre jusqu'à la rue Aouati Mostefa dans l'espoir de trouver un taxi.
Dans la station située sur cette artère, de longues chaînes humaines s'étaient formées. Certains ont attendu jusqu'à 18h pour pouvoir rentrer chez eux après une journée cauchemardesque. De nombreuses questions se posaient hier sur les causes de ces désagréments causés aux usagers du tramway obligés de débourser entre 400 et 600 DA pour se payer un taxi.
S'agit-il d'un réaménagement du circuit ou d'une panne technique ? Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre la chargée de communication de la Setram dans l'après-midi d'hier pour avoir plus de précisions, mais sans résultat.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.