Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»
Publié dans El Watan le 20 - 10 - 2021

Le plasticien Joudet Gassouma expose à la galerie Ezzou'Art jusqu'au 21 octobre 2021. Dans sa dernière collection de tableaux intitulée «D'qiqa 19 » (19e minute), l'artiste déploie une énergie vibrante en couleurs en présentant des œuvres puissantes et poétiques à la fois avec ce désir de toucher l'âme humaine. Il se livre en toute sincérité à vous lecteurs d'El Watan.

-Vous avez travaillé sur la thématique difficile de l'enfermement. Pourquoi ce choix ?
J'ai voulu aborder la thématique de l'enfermement mais avec des choses à la fois sous-jacentes et ouvertes. A titre d'exemple, j'ai évoqué la beauté. C'est un cliché assumé. Il y a une fille qui s'appelle «Madama» dans un de mes tableaux. Cela a une évocation de la beauté, mais dans un sens un peu trop simpliste, à la limite, j'ai émis un cliché que je dénonce en fait. Il y a une autre peinture intitulée «Aïnek mizanek», c'est-à-dire, c'est à toi de juger. Il y a des choses comme cela qui sont émises. Il y a même, par exemple, des personnages féminins qui sont enfermées qui veulent dire des choses. Cet enfermement est pluriel. Après, il y a des codes et des couleurs. Il y a aussi des formes établies avec des visages ainsi qu'une notion de personnages déstructurés, probablement par une société. Ces derniers sont, certes, déstructurées, mais ils sont dans un espace organisé. Peut-être qu'ils sont en quête de reconstruction et de résilience. Je tiens à préciser que mon travail et mon approche ne sont pas frontaux, ils poussent à la réflexion.
Retrouvez l'intégralité de nos articles sur la version papier
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.