PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    Bouregaa refuse de répondre au juge !    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Rabehi met en garde contre les "fake news"    Tottenham: Pochettino réagit aux critiques    FC Barcelone: Umtiti se blesse à l'entraînement    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    Les étudiants soutiennent les détenus d'opinion    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion    Gica lance la production à Aïn El-Kebira    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Choc de mal classés à Mohammadia    Maya    La trêve turco-américaine expire ce soir    Plus de 2 300 interventions chirurgicales effectuées    Election des nouveaux représentants    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    "Dans mon film, je partage les émotions vécues avec les migrants"    Les nouveautés au Sila    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Saâdani nargue le gouvernement    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Ahmed Malli (Membre du Hezbollah)
« Jamais nous ne nous joindrons à l'opposition »
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2005

Faute de pouvoir être reçu par Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, qu'il est impossible de voir « pour des raisons de sécurité », nous a-t-on dit, nous avons rencontré le docteur Ahmed Malli, membre du conseil politique du Hezbollah, l'instance suprême de cette organisation paramilitaire. Notre interlocuteur est professeur de droit et de sciences politiques à l'université de Beyrouth.
M. Malli, Beyrouth a été secouée en un laps de temps assez court par quatre attentats. A qui les attribuez-vous ?
Il faut dire que la polarisation administrative et l'atmosphère politique contribuent à cette situation. Jusqu'à maintenant, on ne peut pas dire qui en sont les commanditaires. En l'absence de preuves, c'est facile d'accuser. Il y a eu quatre attentats presque tous similaires. Ils étaient sans gravité et ils ont eu lieu durant la nuit dans une zone industrielle et dans une zone chrétienne en plus. A qui profite le crime ? Pour moi, les commanditaires sont des adversaires du pouvoir officiel. Il y a des gens qui réclament une intervention internationale au Liban. Des Libanais expatriés, surtout parmi les résidents aux Etats-Unis, réclament une force multinationale pour garantir la sécurité des Libanais.
Israël a-t-il un intérêt quelconque dans ces attentats ?
Les Israéliens n'ont pas caché leur participation à l'adoption de la résolution 1559. Celle-ci parle du désarmement des milices. Le Hezbollah a une vue globale de cette résolution. Jusqu'à maintenant, Israël ne s'est pas retiré des fermes de Chebaâ (*). Des Libanais sont toujours prisonniers en Israël qui menace toujours le Liban. En 1968, un attentat anti-israélien a eu lieu en Europe. Pour se venger, des troupes israéliennes ont été envoyées à l'aéroport international de Beyrouth où elles ont détruit tous les avions civils. Si aujourd'hui le Hezbollah détient des armes, c'est pour défendre le Liban. Israël viole régulièrement l'espace aérien libanais, mais il n'ose plus se livrer à des incursions terrestres parce qu'il a peur de nous. Les armes que nous détenons sont une affaire entre les autorités libanaises, le Hezbollah et le peuple libanais.
Le Hezbollah est-il d'accord pour le retrait des forces syriennes du Liban ?
Il y a des différences de situation. Il y a eu des manifestations contre les ingérences américano-françaises. Par contre, les soldats syriens ont aidé les Libanais. Ils ont versé leur sang pour le Liban.
Est-ce que le Hezbollah est prêt à rejoindre l'opposition ?
Jamais ! Nous considérons que certains groupes dans l'opposition travaillent en harmonie avec ceux qui prônent les interventions internationales. Pour le Hezbollah, le but essentiel est la libération du territoire national libanais et la protection du Liban contre les menaces israéliennes. La ligne politique de l'opposition ne correspond pas à nos objectifs. On voit que le Liban a réalisé son unité. Or, on voit dans la démarche de l'opposition un moyen d'affaiblir cette unité et c'est Israël qui en profitera. Mais le Hezbollah est intéressé pour entretenir des relations avec l'opposition.
Pensez-vous que le Liban pourrait plonger de nouveau dans une guerre civile ?
Chaque fois que l'équilibre interne est rompu, que l'harmonie avec l'environnement arabe est remise en cause, la paix civile est perturbée. Les Libanais sont traumatisés par la guerre civile. Il faut craindre les aventuriers.
Croyez-vous qu'Israël pourrait de nouveau envahir le Liban ?
Israël peut envahir le Liban, mais ne peut plus l'occuper, car ce serait une erreur stratégique. Je me rappelle un article paru dans Executive Intelligence Review, qui a révélé le projet Clean Break. Le document a été rédigé par un expert sioniste américain. Il fait partie de l'entourage de Richard Pearl. Le texte a été présenté à Netanyahou, alors Premier ministre israélien, en 1996. Il suggère qu'il ne faut pas échanger la terre contre la paix. Il conseille de provoquer la chute de Saddam Hussein et de créer une alliance stratégique Turquie-Jordanie-Israël et d'affaiblir la Syrie. Pour atteindre ce dernier objectif, il demande d'utiliser l'opposition libanaise contre la Syrie.
D'après vous, qui est derrière l'assassinat de Rafic Hariri ?
L'assassinat de Rafic Hariri fait partie d'un scénario. Après la résolution 1559, Damas ne pouvait pas défier tout le monde et l'assassinat de l'ancien Premier ministre est une tentative de remettre en cause l'unité. Rafic Hariri a fait beaucoup pour la reconstruction du Liban. Quant à l'opposition, elle est hétérogène. Les sunnites et Walid Joumblatt sont attachés aux accords de Taef. D'autres groupes de la même mouvance cherchent, par contre, la suppression de ces accords.
(*) La ferme de Chebaâ est une enclave de 40 km2, située à l'intersection des frontières syrienne, libanaise et israélienne. Elle a été occupée par Israël en 1967. Pour l'ONU, elle appartient à la Syrie, mais le Liban la revendique aussi, sans en faire un cheval de bataille.
Demain : « Hariri, un homme d'exception »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.