Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Constantine : attribution "prochaine" de 100 aides financières à l'habitat rural dans la localité d'El Djedour    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    Le Premier ministre présente ses condoléances à la famille du défunt Hamdi Bennani    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Illizi: installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les déboires administratifs d'Armand Vial    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    ECORCHURE    Annaba: Les exportations des produits agricoles en débat    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Ahmed Malli (Membre du Hezbollah)
« Jamais nous ne nous joindrons à l'opposition »
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2005

Faute de pouvoir être reçu par Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, qu'il est impossible de voir « pour des raisons de sécurité », nous a-t-on dit, nous avons rencontré le docteur Ahmed Malli, membre du conseil politique du Hezbollah, l'instance suprême de cette organisation paramilitaire. Notre interlocuteur est professeur de droit et de sciences politiques à l'université de Beyrouth.
M. Malli, Beyrouth a été secouée en un laps de temps assez court par quatre attentats. A qui les attribuez-vous ?
Il faut dire que la polarisation administrative et l'atmosphère politique contribuent à cette situation. Jusqu'à maintenant, on ne peut pas dire qui en sont les commanditaires. En l'absence de preuves, c'est facile d'accuser. Il y a eu quatre attentats presque tous similaires. Ils étaient sans gravité et ils ont eu lieu durant la nuit dans une zone industrielle et dans une zone chrétienne en plus. A qui profite le crime ? Pour moi, les commanditaires sont des adversaires du pouvoir officiel. Il y a des gens qui réclament une intervention internationale au Liban. Des Libanais expatriés, surtout parmi les résidents aux Etats-Unis, réclament une force multinationale pour garantir la sécurité des Libanais.
Israël a-t-il un intérêt quelconque dans ces attentats ?
Les Israéliens n'ont pas caché leur participation à l'adoption de la résolution 1559. Celle-ci parle du désarmement des milices. Le Hezbollah a une vue globale de cette résolution. Jusqu'à maintenant, Israël ne s'est pas retiré des fermes de Chebaâ (*). Des Libanais sont toujours prisonniers en Israël qui menace toujours le Liban. En 1968, un attentat anti-israélien a eu lieu en Europe. Pour se venger, des troupes israéliennes ont été envoyées à l'aéroport international de Beyrouth où elles ont détruit tous les avions civils. Si aujourd'hui le Hezbollah détient des armes, c'est pour défendre le Liban. Israël viole régulièrement l'espace aérien libanais, mais il n'ose plus se livrer à des incursions terrestres parce qu'il a peur de nous. Les armes que nous détenons sont une affaire entre les autorités libanaises, le Hezbollah et le peuple libanais.
Le Hezbollah est-il d'accord pour le retrait des forces syriennes du Liban ?
Il y a des différences de situation. Il y a eu des manifestations contre les ingérences américano-françaises. Par contre, les soldats syriens ont aidé les Libanais. Ils ont versé leur sang pour le Liban.
Est-ce que le Hezbollah est prêt à rejoindre l'opposition ?
Jamais ! Nous considérons que certains groupes dans l'opposition travaillent en harmonie avec ceux qui prônent les interventions internationales. Pour le Hezbollah, le but essentiel est la libération du territoire national libanais et la protection du Liban contre les menaces israéliennes. La ligne politique de l'opposition ne correspond pas à nos objectifs. On voit que le Liban a réalisé son unité. Or, on voit dans la démarche de l'opposition un moyen d'affaiblir cette unité et c'est Israël qui en profitera. Mais le Hezbollah est intéressé pour entretenir des relations avec l'opposition.
Pensez-vous que le Liban pourrait plonger de nouveau dans une guerre civile ?
Chaque fois que l'équilibre interne est rompu, que l'harmonie avec l'environnement arabe est remise en cause, la paix civile est perturbée. Les Libanais sont traumatisés par la guerre civile. Il faut craindre les aventuriers.
Croyez-vous qu'Israël pourrait de nouveau envahir le Liban ?
Israël peut envahir le Liban, mais ne peut plus l'occuper, car ce serait une erreur stratégique. Je me rappelle un article paru dans Executive Intelligence Review, qui a révélé le projet Clean Break. Le document a été rédigé par un expert sioniste américain. Il fait partie de l'entourage de Richard Pearl. Le texte a été présenté à Netanyahou, alors Premier ministre israélien, en 1996. Il suggère qu'il ne faut pas échanger la terre contre la paix. Il conseille de provoquer la chute de Saddam Hussein et de créer une alliance stratégique Turquie-Jordanie-Israël et d'affaiblir la Syrie. Pour atteindre ce dernier objectif, il demande d'utiliser l'opposition libanaise contre la Syrie.
D'après vous, qui est derrière l'assassinat de Rafic Hariri ?
L'assassinat de Rafic Hariri fait partie d'un scénario. Après la résolution 1559, Damas ne pouvait pas défier tout le monde et l'assassinat de l'ancien Premier ministre est une tentative de remettre en cause l'unité. Rafic Hariri a fait beaucoup pour la reconstruction du Liban. Quant à l'opposition, elle est hétérogène. Les sunnites et Walid Joumblatt sont attachés aux accords de Taef. D'autres groupes de la même mouvance cherchent, par contre, la suppression de ces accords.
(*) La ferme de Chebaâ est une enclave de 40 km2, située à l'intersection des frontières syrienne, libanaise et israélienne. Elle a été occupée par Israël en 1967. Pour l'ONU, elle appartient à la Syrie, mais le Liban la revendique aussi, sans en faire un cheval de bataille.
Demain : « Hariri, un homme d'exception »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.