Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Sa gestion confiée à l'EPIC Ermeso: La mise en service du parking à étages de M'dina Djdida tarde à venir    Skikda: Grève au marché de gros de Salah Bouchaour    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Sovac: Des offres inédites pour le Salon AUTOWEST    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    NA Hussein Dey: Le Nasria dès aujourd'hui en Zambie    Division nationale amateur - Ouest: Une étape favorable aux poursuivants    El Tarf: Deux corps repêchés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Communion    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Ah'chem chouia !    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Natacha atlas. Chanteuse
« Je partage l'essence du raï... »
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2005

La grande chanteuse d'origine égyptienne, Natacha Atlas, pour la première fois en concert à Alger, est une artiste citoyenne du monde adorant le raï.
Enfin, Natacha Atlas, en concert à Alger...
Je suis contente d'être ici en Algérie. Mes musiciens, arabes et britanniques (en langue arabe et à l'accent égyptien, mabsoutin), sont tous heureux de se produire à Alger. (rires)
C'est un orchestre international...
En fait, il est formé par deux Egyptiens, un Algérien, des Anglais et puis, moi qui est un peu « moitié-moitié ». Et puis, il y a une Espagnole qui adore la musique arabe. Elle fait dans la musique andalouse ainsi que dans celle ancienne et médiévale.
Natacha Atlas est une citoyenne du monde. Des origines de Belgique, ayant vécu à Londres, au Caire, et puis ce franc amour pour Oum Eddounia...
Car j'ai des racines égyptiennes (littéralement en arabe aichan djoudouri misraia). Pour moi, c'est important d'exprimer mes racines (égyptiennes, belges et aussi anglaises).
Et le nom Atlas ?
Le nom Atlas, c'est mon vrai nom. Au XIVe siècle, ma famille était déjà sédentaire des montagnes de l'Atlas du Maroc. Et puis, elle a voyagé partout pour s'installer en Egypte. Et mon grand-père et mon père ont émigré en Europe.
Et cette passion pour la musique arabe...
J'ai été éprise de la musique arabe dans mon adolescence. Et puis, je me suis beaucoup plus intéressée à cette musique quand j'ai commencé à effectuer des brassages musicaux mêlant l'oriental, l'arabe, l'occidental ou bien ethnique.
Avec votre ancien groupe Transglobal Underground, vous avez su emballer la musique arabe avec un support moderne, dub, ambient et trip-hop... Vous revendiquez cette place londonienne de la jungle...
Oui, bien sûr ! J'ai commencé comme cela spécialement avec Transglobal Underground. En fait, moi, j'étais beaucoup plus issue de la world music (style Jah Wable, dub-folklorique). Et puis, j'ai rencontré Transglobal Underground qui était vraiment dans espace jeune, jungle, trip-hop (et moch aâraf eeh, et je ne sais quoi !). Et tout était nouveau pour moi. Là, j'ai beaucoup plus appris sur la musique éclectique moderne. En ce temps-là, j'avais 24 ans. J'étais assez jeune pour faire le trip avec eux dans les salles où Transglobal Underground se produisait. Vous savez, je suis retournée en Egypte pour rencontrer ma famille lointaine et mon oncle. Et là-bas, j'ai beaucoup écouté et absorbé de musique arabe que j'ai voulu transmettre avec le dub ou bien le hip-hop.
On remarque une certaine évolution entre vos différents albums Diaspora, Hafez, Gedida ou encore Ayechtani...
Oui, une progression. Et puis, Something Dangerous, mon dernier album, je suis devenue beaucoup plus Transglobal Underground avec un mélange r'n'b et hip-hop. Et, je prépare un nouvel album typiquement et entièrement interprété en arabe. Un album romantique.
Tarab arabi...
Yaâni chouia ! (On va dire, un peu). J'ai une invitée jamaïcaine sur CD. Julinna qui chante du reggae et du rap. Et puis, j'ai convié un chanteur algérien, Sofiane Saïdi, qui interprète deux titres en duo avec moi. Il a une voix du tarab arabi comme les Syriens. Il fait du vrai maquam el arabi. Une voix de montagne (sout djebel) comme on dit au Liban.
Sur l'album Gedida, le titre Bastet est un protestataire et politiquement incorrect de Natacha Atlas...
Oui (rires). C'est le chien-dieu de l'ancienne Egypte pharaonique. Dans Bastet, je dis beaucoup de choses politiques. Il y a beaucoup de corruption dans le monde arabe. Et même la religion. Mais, je crois que j'ai cela un peu plus tôt. En ce moment-là, les gens n'étaient pas prêts à écouter cela. Il faut se regarder dans un miroir pour la vérité et la corruption.
Vous chantez Bastet dans les pays arabes...
Je vais être critiquée pour cela. C'est vrai, ce sont des paroles provocantes. Il faut le dire.
Vous empruntez le son raï sur vos albums avec Sawt Atlas et cheb Mami...
Oui (rires). C'est quelque chose d'inné en moi. Je trouve que le raï est un moyen musical pour dire des choses qui normalement ne sont pas acceptées dans les pays arabes. C'est-à-dire exprimer des choses honnêtes. En Egypte, les gens disent : « Tout est permis derrière des portes fermées. » Mais le raï s'oppose à cela en disant la réalité des jeunes. C'est un peu provocant ! J'ai cela en commun. Une essence que je partage avec le raï.
Alors, un projet dans l'air...
Incha Allah ! On va rencontrer des artistes algériens. J'aimerais collaborer avec des chanteurs. Ya ritt ! Et qu'on revienne encore une fois en Algérie.
Incha Allah et bienvenue...
Allah I khalik, choukran (que Dieu te garde, merci !)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.