L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Natacha atlas. Chanteuse
« Je partage l'essence du raï... »
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2005

La grande chanteuse d'origine égyptienne, Natacha Atlas, pour la première fois en concert à Alger, est une artiste citoyenne du monde adorant le raï.
Enfin, Natacha Atlas, en concert à Alger...
Je suis contente d'être ici en Algérie. Mes musiciens, arabes et britanniques (en langue arabe et à l'accent égyptien, mabsoutin), sont tous heureux de se produire à Alger. (rires)
C'est un orchestre international...
En fait, il est formé par deux Egyptiens, un Algérien, des Anglais et puis, moi qui est un peu « moitié-moitié ». Et puis, il y a une Espagnole qui adore la musique arabe. Elle fait dans la musique andalouse ainsi que dans celle ancienne et médiévale.
Natacha Atlas est une citoyenne du monde. Des origines de Belgique, ayant vécu à Londres, au Caire, et puis ce franc amour pour Oum Eddounia...
Car j'ai des racines égyptiennes (littéralement en arabe aichan djoudouri misraia). Pour moi, c'est important d'exprimer mes racines (égyptiennes, belges et aussi anglaises).
Et le nom Atlas ?
Le nom Atlas, c'est mon vrai nom. Au XIVe siècle, ma famille était déjà sédentaire des montagnes de l'Atlas du Maroc. Et puis, elle a voyagé partout pour s'installer en Egypte. Et mon grand-père et mon père ont émigré en Europe.
Et cette passion pour la musique arabe...
J'ai été éprise de la musique arabe dans mon adolescence. Et puis, je me suis beaucoup plus intéressée à cette musique quand j'ai commencé à effectuer des brassages musicaux mêlant l'oriental, l'arabe, l'occidental ou bien ethnique.
Avec votre ancien groupe Transglobal Underground, vous avez su emballer la musique arabe avec un support moderne, dub, ambient et trip-hop... Vous revendiquez cette place londonienne de la jungle...
Oui, bien sûr ! J'ai commencé comme cela spécialement avec Transglobal Underground. En fait, moi, j'étais beaucoup plus issue de la world music (style Jah Wable, dub-folklorique). Et puis, j'ai rencontré Transglobal Underground qui était vraiment dans espace jeune, jungle, trip-hop (et moch aâraf eeh, et je ne sais quoi !). Et tout était nouveau pour moi. Là, j'ai beaucoup plus appris sur la musique éclectique moderne. En ce temps-là, j'avais 24 ans. J'étais assez jeune pour faire le trip avec eux dans les salles où Transglobal Underground se produisait. Vous savez, je suis retournée en Egypte pour rencontrer ma famille lointaine et mon oncle. Et là-bas, j'ai beaucoup écouté et absorbé de musique arabe que j'ai voulu transmettre avec le dub ou bien le hip-hop.
On remarque une certaine évolution entre vos différents albums Diaspora, Hafez, Gedida ou encore Ayechtani...
Oui, une progression. Et puis, Something Dangerous, mon dernier album, je suis devenue beaucoup plus Transglobal Underground avec un mélange r'n'b et hip-hop. Et, je prépare un nouvel album typiquement et entièrement interprété en arabe. Un album romantique.
Tarab arabi...
Yaâni chouia ! (On va dire, un peu). J'ai une invitée jamaïcaine sur CD. Julinna qui chante du reggae et du rap. Et puis, j'ai convié un chanteur algérien, Sofiane Saïdi, qui interprète deux titres en duo avec moi. Il a une voix du tarab arabi comme les Syriens. Il fait du vrai maquam el arabi. Une voix de montagne (sout djebel) comme on dit au Liban.
Sur l'album Gedida, le titre Bastet est un protestataire et politiquement incorrect de Natacha Atlas...
Oui (rires). C'est le chien-dieu de l'ancienne Egypte pharaonique. Dans Bastet, je dis beaucoup de choses politiques. Il y a beaucoup de corruption dans le monde arabe. Et même la religion. Mais, je crois que j'ai cela un peu plus tôt. En ce moment-là, les gens n'étaient pas prêts à écouter cela. Il faut se regarder dans un miroir pour la vérité et la corruption.
Vous chantez Bastet dans les pays arabes...
Je vais être critiquée pour cela. C'est vrai, ce sont des paroles provocantes. Il faut le dire.
Vous empruntez le son raï sur vos albums avec Sawt Atlas et cheb Mami...
Oui (rires). C'est quelque chose d'inné en moi. Je trouve que le raï est un moyen musical pour dire des choses qui normalement ne sont pas acceptées dans les pays arabes. C'est-à-dire exprimer des choses honnêtes. En Egypte, les gens disent : « Tout est permis derrière des portes fermées. » Mais le raï s'oppose à cela en disant la réalité des jeunes. C'est un peu provocant ! J'ai cela en commun. Une essence que je partage avec le raï.
Alors, un projet dans l'air...
Incha Allah ! On va rencontrer des artistes algériens. J'aimerais collaborer avec des chanteurs. Ya ritt ! Et qu'on revienne encore une fois en Algérie.
Incha Allah et bienvenue...
Allah I khalik, choukran (que Dieu te garde, merci !)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.