Réunion du CNRA du Caire (1957) : 1er Coup d'Etat au sein de la Révolution imposant la primauté du militaire sur le politique.    Premier League : Chelsea s'impose sur le fil face à Arsenal    Nouveau poste frontalier algéro-mauritanien : "apport qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale    Distribution de 138.000 logements durant les trois derniers mois, 185.000 autres attendent l'aménagement extérieur    Illizi : plus de 2,6 mds de dinars pour améliorer le cadre de vie de la population locale    Coupe de la Confédération africaine (5e J/ Gr. D) : l'USMA pour s'approcher des quarts    Belmadi dévoile les membres de son staff technique    Le Président Bouteflika félicite son homologue malien à l'occasion de sa réélection    6 orpailleurs arrêtés à Bordj Badji Mokhtar    150 000 DA en faux billets récupérés à Sétif    ONU : quatre propositions pour protéger les Palestiniens    Décès de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan    DH El JADIDA - MCA / Casoni : « On vise la victoire avant le match décisif contre Sétif »    Pénurie de médicaments: Le ministère de la Santé rencontre les pharmaciens après l'Aïd    Un nouveau guide pour la ville d'Oran    Inscription en 1ère année primaire: Les précisions du ministère de l'Education    CR Belouizdad: Dans quel état d'esprit face au PAC ?    Arrêté pour corruption: Un sénateur exclu «définitivement» du RND    Mali: une victoire qui n'a rien de triomphal    Paranoïa    Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !    Aïn Defla: Drame lors d'un cortège nuptial, quatre morts et huit blessés    Mostaganem: Un enfant de 4 ans meurt noyé    A moins d'une semaine de l'Aïd El Adha: Les prix du poulet restent élevés    Non, l'Emir Abdelkader n'est pas ce traître    Conceiçao refuse de vendre Brahimi    BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat    Toni Kroos critique Özil    La France et la Turquie veulent mettre le "turbo"    Ghannouchi temporise    Moscou soutient Horst Köhler    Guerre interne au FFS    La fuite des cerveaux touche...les pétroliers    Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès concernées    Bouira prépare sa rentrée    Gros problème de poussière généré par la mine El Ouenza    Bachir Mustapha Sayed, ministre sahraoui des Territoires occupés :    "Djibouha ya l'oueled" chantée en choeur    Aretha Franklin tire sa révérence    "Thérapie au tango" dans les montagnes du Monténégro    Les assurances du ministère de l'Agriculture    Un sénateur radié du RND    Deux chefs de régions militaires limogés    300 nouveaux postes d'enseignants en tamazight    Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov décoré par la France    Des trésors de quatre époqueshistoriques    «Notre consensus est populaire sain et sincère, et non d'appareil !»    RND: Le sénateur élu à Tipasa radié pour corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Natacha atlas. Chanteuse
« Je partage l'essence du raï... »
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2005

La grande chanteuse d'origine égyptienne, Natacha Atlas, pour la première fois en concert à Alger, est une artiste citoyenne du monde adorant le raï.
Enfin, Natacha Atlas, en concert à Alger...
Je suis contente d'être ici en Algérie. Mes musiciens, arabes et britanniques (en langue arabe et à l'accent égyptien, mabsoutin), sont tous heureux de se produire à Alger. (rires)
C'est un orchestre international...
En fait, il est formé par deux Egyptiens, un Algérien, des Anglais et puis, moi qui est un peu « moitié-moitié ». Et puis, il y a une Espagnole qui adore la musique arabe. Elle fait dans la musique andalouse ainsi que dans celle ancienne et médiévale.
Natacha Atlas est une citoyenne du monde. Des origines de Belgique, ayant vécu à Londres, au Caire, et puis ce franc amour pour Oum Eddounia...
Car j'ai des racines égyptiennes (littéralement en arabe aichan djoudouri misraia). Pour moi, c'est important d'exprimer mes racines (égyptiennes, belges et aussi anglaises).
Et le nom Atlas ?
Le nom Atlas, c'est mon vrai nom. Au XIVe siècle, ma famille était déjà sédentaire des montagnes de l'Atlas du Maroc. Et puis, elle a voyagé partout pour s'installer en Egypte. Et mon grand-père et mon père ont émigré en Europe.
Et cette passion pour la musique arabe...
J'ai été éprise de la musique arabe dans mon adolescence. Et puis, je me suis beaucoup plus intéressée à cette musique quand j'ai commencé à effectuer des brassages musicaux mêlant l'oriental, l'arabe, l'occidental ou bien ethnique.
Avec votre ancien groupe Transglobal Underground, vous avez su emballer la musique arabe avec un support moderne, dub, ambient et trip-hop... Vous revendiquez cette place londonienne de la jungle...
Oui, bien sûr ! J'ai commencé comme cela spécialement avec Transglobal Underground. En fait, moi, j'étais beaucoup plus issue de la world music (style Jah Wable, dub-folklorique). Et puis, j'ai rencontré Transglobal Underground qui était vraiment dans espace jeune, jungle, trip-hop (et moch aâraf eeh, et je ne sais quoi !). Et tout était nouveau pour moi. Là, j'ai beaucoup plus appris sur la musique éclectique moderne. En ce temps-là, j'avais 24 ans. J'étais assez jeune pour faire le trip avec eux dans les salles où Transglobal Underground se produisait. Vous savez, je suis retournée en Egypte pour rencontrer ma famille lointaine et mon oncle. Et là-bas, j'ai beaucoup écouté et absorbé de musique arabe que j'ai voulu transmettre avec le dub ou bien le hip-hop.
On remarque une certaine évolution entre vos différents albums Diaspora, Hafez, Gedida ou encore Ayechtani...
Oui, une progression. Et puis, Something Dangerous, mon dernier album, je suis devenue beaucoup plus Transglobal Underground avec un mélange r'n'b et hip-hop. Et, je prépare un nouvel album typiquement et entièrement interprété en arabe. Un album romantique.
Tarab arabi...
Yaâni chouia ! (On va dire, un peu). J'ai une invitée jamaïcaine sur CD. Julinna qui chante du reggae et du rap. Et puis, j'ai convié un chanteur algérien, Sofiane Saïdi, qui interprète deux titres en duo avec moi. Il a une voix du tarab arabi comme les Syriens. Il fait du vrai maquam el arabi. Une voix de montagne (sout djebel) comme on dit au Liban.
Sur l'album Gedida, le titre Bastet est un protestataire et politiquement incorrect de Natacha Atlas...
Oui (rires). C'est le chien-dieu de l'ancienne Egypte pharaonique. Dans Bastet, je dis beaucoup de choses politiques. Il y a beaucoup de corruption dans le monde arabe. Et même la religion. Mais, je crois que j'ai cela un peu plus tôt. En ce moment-là, les gens n'étaient pas prêts à écouter cela. Il faut se regarder dans un miroir pour la vérité et la corruption.
Vous chantez Bastet dans les pays arabes...
Je vais être critiquée pour cela. C'est vrai, ce sont des paroles provocantes. Il faut le dire.
Vous empruntez le son raï sur vos albums avec Sawt Atlas et cheb Mami...
Oui (rires). C'est quelque chose d'inné en moi. Je trouve que le raï est un moyen musical pour dire des choses qui normalement ne sont pas acceptées dans les pays arabes. C'est-à-dire exprimer des choses honnêtes. En Egypte, les gens disent : « Tout est permis derrière des portes fermées. » Mais le raï s'oppose à cela en disant la réalité des jeunes. C'est un peu provocant ! J'ai cela en commun. Une essence que je partage avec le raï.
Alors, un projet dans l'air...
Incha Allah ! On va rencontrer des artistes algériens. J'aimerais collaborer avec des chanteurs. Ya ritt ! Et qu'on revienne encore une fois en Algérie.
Incha Allah et bienvenue...
Allah I khalik, choukran (que Dieu te garde, merci !)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.