Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blida
Le fils de l'ancien wali libéré
Publié dans El Watan le 05 - 10 - 2005

Accusé de trafic de véhicules, le fils de l'ancien wali de Blida a été libéré lundi soir. La chambre d'accusation près la cour de Blida l'a placé sous contrôle judiciaire, tout comme ce conseiller à la présidence.
Seuls le patron de Jutop et le conseiller au ministère de la Justice sont maintenus en détention préventive. La chambre d'accusation près la cour de Blida a libéré lundi soir Abdelilah Bouricha, fils de l'ex-wali de Blida, a-t-on appris de source judiciaire. Détenu depuis plus de quatre mois, dans le cadre de l'affaire liée au trafic de véhicules de type grosses cylindrées, le fils de l'ancien responsable de l'administration locale a été placé sous contrôle judiciaire en attendant le procès de cette affaire qui, vraisemblablement, se réduit au fil du temps à sa plus simple expression. Abdelilah Bouricha avait été arrêté alors qu'il conduisait un véhicule tout-terrain type grosse cylindrée, introduit sur le territoire national avec de faux documents. Selon les informations révélées par des sources judiciaires, plusieurs autres véhicules dans la même situation ont été par la suite récupérés. Il est à signaler que cette affaire avait déjà été traitée par les services de police il y a quelques années alors que Bouricha était toujours wali, mais elle est vite étouffée et les faux documents (ainsi que les véhicules) sont restitués à leurs propriétaires. L'arrestation surprise et très médiatisée d'Abdelilah Bouricha avait suscité de nombreuses interrogations au sein de la population de Blida. Celle-ci était sceptique quant à la volonté de la justice d'ouvrir véritablement ce dossier et juger toute personne impliquée de près ou de loin dans ce qui a été présenté comme étant un immense trafic en tous genres, qui s'est développé dans la wilaya avec la complicité de certains responsables locaux. La série d'arrestations qui a touché de hauts responsables de l'Etat et de puissants industriels de la région de Blida a fait croire à une opération main propre, même si certains ne voient là qu'un règlement de comptes. Après l'arrestation d'Abdelilah Bouricha, un mandat d'arrêt a été lancé contre Boukrid, un richissime homme d'affaire, très proche de l'ancien wali, qui aurait servi dans ce trafic de véhicules mais également dans d'autres affaires liées au détournement du foncier et la surfacturation d'achat de produits divers destinés à la wilaya et de climatiseurs pour l'hôpital de Blida. Ce commerçant est à ce jour en fuite. Quelques semaines plus tard, le parquet de Blida a placé sous mandat de dépôt le grand promoteur immobilier Hadji qui, faut-il le rappeler, était déjà en détention pour l'affaire de la construction de l'hôtel de Sidi Fredj, le patron de Jutop ainsi que deux conseillers, l'un à la Présidence et l'autre au ministère de la Justice. Entre-temps, l'ex wali a été entendu par le procureur général, et ce, à trois reprises. Plusieurs dossiers sont constitués pour cerner toutes les ramifications de ce scandale. Dilapidation de deniers publics, détournement, trafic de véhicules et d'influence sont entre autres les accusations retenues contre l'ancien wali, son fils et les trois autres responsables. Alors que la première étape commençait à s'achever, la chambre d'accusation, et dans la discrétion la plus totale, a mis en liberté le conseiller à la Présidence, le fils de l'ancien wali ainsi que Hadji. Seuls le patron de Jutop et le conseiller du ministre de la Justice restent en détention provisoire. Mieux, le dossier de Mohamed Bouricha n'est toujours pas transmis à la Cour suprême. Cette haute instance est seule habilitée à désigner le juge d'instruction qui se chargera d'entendre l'ex-wali sur toutes ces affaires avant de transmettre son dossier à un tribunal pour être jugé. Lors de l'arrestation de son fils, au mois de mai dernier, Bouricha s'est montré très confiant devant la presse locale. L'intérêt que portait la presse locale et nationale à ce scandale l'a quelque peu gêné au point qu'il y a quelques jours, il avait accusé les journalistes d'être « la cause » de ses démêlés avec la justice. Loin des regards curieux des médias, la justice a fini par vider de sa substance cet « immense dossier lié à la corruption et au détournement du foncier agricole », présenté par le parquet de Blida au début du mois de mai 2006. Il n'est donc pas étonnant de voir, dans quelques semaines, des lampistes payer pour les gros bonnets.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.