Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un mois après les élections légistalives en Allemagne
Angela Merkel enfin chancelière
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2005

Pour éviter la persistance de la crise et éviter de nouvelles élections, la classe politique allemande a su faire preuve d'un incroyable réalisme, dont le prix réel ne sera certainement connu que dans les prochains mois.
Vainqueurs tous les deux - à quatre sièges d'écart - des dernières élections législatives anticipées, les deux grands partis allemands le Parti social démocrate (PSD) du chancelier sortant Gerhard Schroeder et la CDU Chrétiens démocrates de Mme Engela Merkel ont décidé de constituer une grande coalition. La décision est tombée, hier, juste après que le présidium du parti social-démocrate ait approuvé à une large majorité la formation d'un gouvernement de grande coalition en Allemagne sous la direction de la conservatrice Angela Merke. A l'issue des négociations au sommet entre dirigeants du SPD et des conservateurs (CDU-CSU) dimanche à Berlin, les sociaux-démocrates devraient en échange obtenir les postes clés du futur gouvernement, notamment les Affaires étrangères, les Finances, le Travail et la Justice. Le SPD a également les portefeuilles de l'Environnement, de la Coopération, de la Santé et des Transports. Outre Mme Merkel et son ministre d'Etat à la chancellerie, les conservateurs prendraient en charge les ministères de l'Economie, de l'Intérieur, de la Défense, de l'Agriculture, de la Formation et de la Famille. Le présidium a recommandé à la direction du parti de décider l'ouverture des négociations formelles de grande coalition avec les Unions chrétiennes (CDU-CSU). Dimanche soir, Gerhard Schroeder, accompagné du président du SPD, Franz Mùntefering, a fait un nouveau tour de table avec Angela Merkel, flanquée de son allié Edmund Stoiber, président de la sœur bavaroise de la CDU, l'Union chrétienne-sociale (CSU). Cette réunion en terrain neutre, à la Société parlementaire, était la dernière. Depuis les élections législatives anticipées du 18 septembre, le SPD de Gerhard Schroeder conteste la victoire de la CDU-CSU, qui ne dispose que de quatre sièges d'avance sur le SPD au Bundestag (226 contre 222). Selon l'hebdomadaire Focus, le gouvernement pourrait comporter 14 membres, en plus d'Angela Merkel et de son ministre à la chancellerie : huit seraient issus du SPD, quatre de la CDU et deux de la CSU, ce qui placerait le SPD dans une situation plutôt confortable. Là ne sont que des supputations, car, apprenait-on hier de bonnes sources, les négociations formelles entre sociaux-démocrates et conservateurs sur la composition d'un gouvernement de grande coalition en Allemagne débuteront la semaine prochaine. C'est là qu'apparaît l'essentiel du pacte qui vient d'être conclu, c'est-à-dire le prix que Mme Merkel devra payer pour avoir le titre de chancelière. « Nous devons faire attention à ne pas nous retrouver à la fin avec un gouvernement social-démocrate sous une chancelière Angela Merkel », a ainsi mis en garde le vice-président du groupe parlementaire conservateur, Wolfgang Bosbach. Plusieurs noms sont évoqués pour le poste de vice-chancelier : Gerhard Schroeder lui-même, qui pourrait prendre les Affaires étrangères, Wolfgang Clement, le ministre de l'Economie, ou Peer Steinbrùck, ancien ministre-président de l'Etat régional de Rhénanie du nord-Westphalie (ouest). Mais tout compte fait, se demande-t-on, qui est le vainqueur de ce tour de table ? Et la réponse pourrait être Schroeder qui a amené son adversaire à revoir son programme. C'est encore lui qui sera, dit-on, l'homme fort du gouvernement s'il venait à obtenir le portefeuille des Affaires étrangères. Il n'y figurera pas, assure la CDU. C'est cela la politique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.