L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cherté de la vie
Faible progression des salaires
Publié dans El Watan le 18 - 10 - 2005

La faiblesse des salaires des fonctionnaires et des travailleurs algériens en général est devenue aujourd'hui source de toute protestation sociale.
Les revendications portées haut et fort par les différents syndicats soulignent que les salariés ne sauraient se contenter de « miettes », au moment où le pays connaît une embellie financière jamais égalée. Les résultats de plusieurs enquêtes menées sur le système de rémunération et sur le pouvoir d'achat des Algériens montrent que rares sont les citoyens qui sont suffisamment rémunérés pour pouvoir subvenir, durant un mois, aux besoins les plus élémentaires de leurs familles. « La persistance des principales revendications liées notamment aux salaires est le résultat de l'absence d'une stratégie profonde dans le plan de relance économique », avait indiqué le Conseil national économique et social (CNES) sous la présidence de M. Mentouri. Pour illustrer la faiblesse des salaires et leur très faible évolution, le CNES avait précisé dans un de ses rapports que « le revenu disponible des ménages à prix constants a augmenté entre 1990 et 2003, en moyenne annuelle, d'environ 4%. Sur la période de 1999 à 2003, il a atteint 9,37% ». Il faut signaler à ce propos que les bourses des ménages ont connu durant cette période un affaiblissement considérable à telle enseigne que la toute relative hausse n'a été d'aucun secours face à la cherté de la vie. Bien avant le CNES, l'Institut national du travail (INT) avait affirmé, à l'issue d'une enquête dont les résultats ont été rendus publics en 2004, que les salaires des Algériens ont enregistré entre 1996 et 2002 « une évolution de l'ordre de 72,95% » mais que les prix à la consommation ont nettement quadruplé depuis la dernière revalorisation du SNMG, et le dinar a beaucoup perdu de sa valeur. Il faut dire à ce propos que les indices officiels sur les prix à la consommation et le taux d'inflation ne traduisent nullement une réelle évaluation du pouvoir d'achat. Selon le spécialiste algérien de la question des salaires, Hadj Lazib, ancien directeur aux salaires au ministère du Travail, les derniers ajustements et autres restructurations qu'a connus l'économie nationale ont engendré « un écrasement » des revenus salariaux. Selon lui, à la fin des années 1980, un enseignant du secondaire touchait presque quatre fois le salaire minimum, alors qu'aujourd'hui, avec 20 ans d'expérience, il perçoit 2,5 fois le SNMG. La situation salariale jugée « misérable » par nombre d'observateurs est aujourd'hui confirmée même par les nombreuses sociétés étrangères qui viennent s'installer en Algérie. Celles-ci trouvent, à leur grand avantage, que les salaires perçus par les travailleurs algériens sont nettement inférieurs à ceux pratiqués en Tunisie ou au Maroc par exemple. Ainsi, et malgré tout le malaise social que provoque la question des salaires, le gouvernement ne semble pas prêt à renoncer au gel décidé sur sa politique salariale publique. « Nous ne pouvons plus continuer à avoir une politique salariale publique qui évolue aussi rapidement. Il faut revenir à la raison », avait constaté Benachenhou, alors ministre des Finances, en 2004. De son côté, l'UGTA, loin de pouvoir imposer l'échelle mobile des salaires (les augmentations qui suivent la hausse des prix) tente aujourd'hui tout au moins de convaincre le gouvernement quant à la nécessité d'augmenter les salaires des fonctionnaires. Selon la Centrale syndicale, le prochain pacte social « sera vidé de son sens s'il n'y a pas d'augmentation des salaires ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.