Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les côtes ibériques, une "destination prisée" par les harraga
La mer clémente suscite une poussée de traversées clandestines
Publié dans El Watan le 02 - 10 - 2010

Les gardes-côtes espagnols ont procédé, dans la journée d'hier, à l'interception de quatre embarcations, dans lesquelles se trouvaient pas moins de 58 passagers d'origine algérienne. Cette «prise», devenue habituelle sur les côtes ibériques, a été effectuée dans la région de Murcie, dans le sud-est du pays, dont le chef-lieu n'est éloigné des rives de la méditerranée que de quelque 35 km.
La police espagnole examine actuellement les dossiers de ces harraga en vue d'un renvoi vers l'Algérie, a annoncé la préfecture de Murcie dans un communiqué. Cette nouvelle vague d'émigration clandestine intervient deux semaines après l'interception, le 17 septembre dernier, de 115 harraga algériens au large des côtes de la même région.Les clandestins, dont une femme et quatre mineurs, s'étaient aventurés, au péril de leur vie, dans sept embarcations de fortune. Cette centaine d'Algériens ont eux aussi été placés dans des centres de rétention, en attendant l'étude de leurs dossiers et leur rapatriement éventuel. Ils viennent ainsi s'ajouter aux milliers de harraga, qui, se trouvant en situation irrégulière dans l'un des pays du pourtour méditerranéen, sont en voie de reconduite.
D'ailleurs, dans l'une de ses récentes sorties médiatiques, Halim Benatallah, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Communauté algérienne à l'étranger, a affirmé que «d'ici à la fin de l'année, environ un millier de jeunes Algériens, ayant émigré clandestinement, seront, sans doute, rapatriés à leur demande». Et si les côtes ibériques demeurent une «destination prisée» des clandestins africains, proximité géographique oblige, la Grèce connaît aussi une affluence certaine.
Ainsi, M. Benatallah estime à près de 150 le nombre de harraga algériens s'y trouvant en situation irrégulière et maintenus en détention provisoire. «Ces derniers sont victimes d'une filière organisée qui abuse de la bonne foi des jeunes. Ils sont acheminés vers la Turquie, où leurs papiers d'identité leur sont confisqués, puis ils sont conduits en Grèce où ils se retrouvent démunis et en situation irrégulière», avait-il expliqué. Et si le nombre de «partants» va grandissant, à la faveur des conditions météorologiques et maritimes propices, celui des revenants est tout aussi important.
Ainsi, selon Vassilios Moutsoglou, ambassadeur de Grèce à Alger, chaque semaine, ils seraient dix à vingt Algériens se trouvant clandestinement sur le sol grec à être rapatriés vers leur pays. Mais, bien maigre consolation, il est toutefois vrai que la «harga» n'est pas l'apanage des Algériens. Cinquante-cinq clandestins d'Afrique subsaharienne ont été interceptés dans la nuit de jeudi à hier au large de Motril, dans le sud de l'Espagne, à bord d'une petite embarcation. De même, la société publique de sauvetage en mer a également procédé au sauvetage de trois embarcations au large d'Almeria, toujours dans le sud du pays, avec 59 clandestins à bord. Parmi ces clandestins se trouvaient deux femmes et un bébé.
Ces vagues de clandestins font d'ailleurs de l'Espagne une des grandes portes d'entrée européenne pour l'immigration clandestine depuis l'Afrique, même si la crise économique, qui frappe le pays depuis 2008, a fortement limité les flux migratoires. Les arrivées en Espagne de clandestins par la mer ont chuté d'environ 25% en 2008 puis de 45% en 2009, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur espagnol.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.