Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    La situation s'améliore nettement à Alger    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    «Le Maroc doit tirer les leçons de son arrogance»    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le choc USMA-ESS fixé à samedi prochain    LDC : Le programme de ce mardi    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    L'Université russe des relations internationales organise une conférence sur la lutte du peuple sahraoui    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Le procès de l'ex-wali Bouderbali Mohamed reporté au 7 décembre    L'Opep et ses alliés pourraient réajuster leurs accords    Djerad annonce des mesures pour assurer l'approvisionnement en eau    L'héritage    Les non-dits    Les Sanafir recevront le WAT à Benabdelmalek    7 conseils pour vaincre la fatigue matinale de façon naturelle    Les habitants pris au dépourvu    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    Béchar : Cap sur le reboisement    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    120 employés de la Santé décédés du Covid    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Octobre 88 : Le cri de détresse des parents des victimes
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2010

L'AVO 88, qui célébrait, cette semaine, le 22è anniversaire des tragiques événements d'octobre 88 a réitéré une série de ses vieilles revendications. L'occasion était de crier la colère qui couve depuis 22 ans et qu'attise une politique faite d'amnésie.
«Jusqu'à quand le pouvoir restera-t-il sourd aux cris de détresse des familles qui ont perdu des êtres chers ?» Voilà une douloureuse interrogation qui résume à elle seule tout le désarroi que vivent les victimes des tragiques événements d'octobre 88 qui constitue une date charnière de la démocratie en Algérie. L'association des parents des victimes d'octobre 88, AVO 88, de Béjaïa, qui célébrait, cette semaine, le 22è anniversaire du 5 octobre 88 a réitéré une série de ses vieilles revendications. L'association a, en effet, organisé, durant la matinée du 5 octobre, un rassemblement devant la maison de la culture Taos Amrouche. Les 80 bénévoles que compte l'association ont également déposé symboliquement une gerbe de fleurs à la mémoire des victimes. La veille, l'association avait organisé une conférence-débat autour de cette date douloureuse.
L'occasion était de crier la colère qui couve depuis 22 ans et qu'attise une politique faite d'amnésie. Il y a 22 ans, jour pour jour, Béjaïa avait déploré 5 morts et 16 blessés qui se retrouvent aujourd'hui des handicapés à vie. «Les parents des victimes sont toujours en quête d'un statut pour leurs proches tombés en martyrs ou handicapés», affirme Zahir Kheloufi, président de l'association des parents des victimes d'octobre 88 de Béjaïa. C'est grâce au sacrifice des victimes d'octobre 88 que sont nés le multipartisme, la démocratie et la liberté d'expression en Algérie. «Les parents des victimes se battent depuis vingt deux ans pour obtenir la réparation d'une injustice historique: la revalorisation des pensions», déplore M. Kheloufi.
Alors que l'inflation a explosé durant ces dernières décennies, les indemnités octroyées aux victimes et aux ayants droit n'ont pas été valorisées depuis 1989. Les victimes perçoivent une pension mensuelle allouée par la caisse de Sécurité sociale, qui oscille entre 2 500 et 6 000 DA, suivant le cas (ayant droit ou blessé). Elles sont calculées sur la base d'un très ancien SNMG de 2400 dinars.
L'amnésie règne en maître depuis l'ouverture démocratique. Comble du ridicule, les victimes sont considérées comme des accidentées du travail. La révolution d'octobre 88 avait pourtant soufflé un vent de démocratie pour une République Algérienne, en quête de liberté. Au prix de plusieurs centaines de martyrs et d'handicapés.
Et pourtant, les héroïques victimes qui devraient être considérées comme des icones de la démocratie sont aujourd'hui toutes oubliées, sacrifiées sur l'autel de l'amnésie. Classés comme «des gamins ayant commis un chahut subversif» ou comme «des victimes collatérales de luttes de clans», les héros d'octobre 88 ont tout simplement rejoint le long cortège des oubliés de la République.
L'Algérie se doit pourtant de glorifier ces victimes de la liberté qui constituent un symbole de la dignité du peuple. A quand la république leur sera reconnaissante ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.