Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Octobre 88 : Le cri de détresse des parents des victimes
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2010

L'AVO 88, qui célébrait, cette semaine, le 22è anniversaire des tragiques événements d'octobre 88 a réitéré une série de ses vieilles revendications. L'occasion était de crier la colère qui couve depuis 22 ans et qu'attise une politique faite d'amnésie.
«Jusqu'à quand le pouvoir restera-t-il sourd aux cris de détresse des familles qui ont perdu des êtres chers ?» Voilà une douloureuse interrogation qui résume à elle seule tout le désarroi que vivent les victimes des tragiques événements d'octobre 88 qui constitue une date charnière de la démocratie en Algérie. L'association des parents des victimes d'octobre 88, AVO 88, de Béjaïa, qui célébrait, cette semaine, le 22è anniversaire du 5 octobre 88 a réitéré une série de ses vieilles revendications. L'association a, en effet, organisé, durant la matinée du 5 octobre, un rassemblement devant la maison de la culture Taos Amrouche. Les 80 bénévoles que compte l'association ont également déposé symboliquement une gerbe de fleurs à la mémoire des victimes. La veille, l'association avait organisé une conférence-débat autour de cette date douloureuse.
L'occasion était de crier la colère qui couve depuis 22 ans et qu'attise une politique faite d'amnésie. Il y a 22 ans, jour pour jour, Béjaïa avait déploré 5 morts et 16 blessés qui se retrouvent aujourd'hui des handicapés à vie. «Les parents des victimes sont toujours en quête d'un statut pour leurs proches tombés en martyrs ou handicapés», affirme Zahir Kheloufi, président de l'association des parents des victimes d'octobre 88 de Béjaïa. C'est grâce au sacrifice des victimes d'octobre 88 que sont nés le multipartisme, la démocratie et la liberté d'expression en Algérie. «Les parents des victimes se battent depuis vingt deux ans pour obtenir la réparation d'une injustice historique: la revalorisation des pensions», déplore M. Kheloufi.
Alors que l'inflation a explosé durant ces dernières décennies, les indemnités octroyées aux victimes et aux ayants droit n'ont pas été valorisées depuis 1989. Les victimes perçoivent une pension mensuelle allouée par la caisse de Sécurité sociale, qui oscille entre 2 500 et 6 000 DA, suivant le cas (ayant droit ou blessé). Elles sont calculées sur la base d'un très ancien SNMG de 2400 dinars.
L'amnésie règne en maître depuis l'ouverture démocratique. Comble du ridicule, les victimes sont considérées comme des accidentées du travail. La révolution d'octobre 88 avait pourtant soufflé un vent de démocratie pour une République Algérienne, en quête de liberté. Au prix de plusieurs centaines de martyrs et d'handicapés.
Et pourtant, les héroïques victimes qui devraient être considérées comme des icones de la démocratie sont aujourd'hui toutes oubliées, sacrifiées sur l'autel de l'amnésie. Classés comme «des gamins ayant commis un chahut subversif» ou comme «des victimes collatérales de luttes de clans», les héros d'octobre 88 ont tout simplement rejoint le long cortège des oubliés de la République.
L'Algérie se doit pourtant de glorifier ces victimes de la liberté qui constituent un symbole de la dignité du peuple. A quand la république leur sera reconnaissante ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.