Air Algérie :désinfection des avions en prévision de la reprise des vols domestiques    Aménagement prochain de 15 services d'urgences médio-chirurgicales à Alger    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Le Maroc dissimule ses pertes face à l'armée sarhaouie    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algérie    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Le niveau des barrages en nette hausse    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assureurs de Sonatrach prennent leurs précautions
Pour protéger le marché national de l'assurance
Publié dans El Watan le 06 - 12 - 2010

Les montants sur le risque Sonatrach sont très élevés en cas de sinistres, c'est pourquoi les compagnies d'assurances et de réassurances ont recours à un grand nombre de compagnies étrangères pour le répartir, car en cas d'éventuelle faillite, le marché national ne subira pas les conséquences.
Une vingtaine de réassureurs se partagent ainsi le risque afin de réduire l'engagement de chacun. Les 10% en réassurance, sur lesquels la Compagnie centrale de réassurance (CCR) prend l'engagement qui excède ses capacités propres de 2 à 3%, indique son PDG, Hadj Mohamed Seba, qui explique qu'en matière de réassurance, il existe la rétention nette et la rétention brut.
A ce propos, il dira : «Sur la rétention brut, la compagnie a un traité, c'est-à-dire ce qu'elle retient en tant que réassureur national et les réassureurs qui participent avec elle.
Les 2 à 3% sont ce qui excède le traité». En 2009, les capacités de sa compagnie étaient de 7 milliards de dinars d'engagement, donc les 2 à 3% sont rétrocédés à des réassureurs partenaires sur le marché international, précise M. Seba. Quant au choix de ces compagnies, la CCR s'appuie sur le principe de la réciprocité, mais cela n'est pas toujours évident, signale-t-il.
Une vingtaine de réassureurs minimise le risque crédit de chacun
Le choix des réassureurs se fait sur la notation 3A qui est obtenue à partir de leur solvabilité respective, mais pas seulement. C'est Sonatrach qui exige dans son cahier des charges cette note.
D'ailleurs, un plus grand nombre des réassureurs étrangers est nécessaire, selon les mêmes sources, car les montants sont trop importants. Cette précaution est prise pour qu'en cas d'éventuelle faillite d'un réassureur, le marché national ne sera pas déstabilisé, expliquent les PDG de la Cash et de la CCR. Donc, 20 réassureurs pour la couverture de Sonatrach est un nombre, selon les normes du marché international, précise M. Seba. Finalement, le recours à l'international est, d'une part, couvrir les besoins en réassurance et d'autre part récupérer des devises en cas de sinistre. Dans le même objectif de répartition du risque, le consortium Cash, CAAR (Compagnie algérienne d'assurance et de réassurance), CAAT (Compagnie algérienne des assurances) et CCR, créé pour assurer Sonatrach, est «une meilleure organisation du portefeuille d'assurance du groupe qui a été mis en place depuis que la police existe.
Il permet d'allier les intérêts du marché national et celui de Sonatrach dans le sens où l'assuré participe directement au processus d'appréciation, d'évaluation et le placement de son risque sur le marché national et international», explique M. Seba. De plus, grâce au consortium, un marché de co-assurance s'est développé en Algérie, ajoute-t-il.
«Avant la compagnie qui remportait l'appel d'offres ou était choisie par l'assuré prenait sa part et cédait le reste aux réassureurs étrangers avec la part de la CCR. Aujourd'hui, le consortium permet de partager le risque à assurer entre les compagnies nationales avant d'aller sur le marché de la réassurance : Cash (40%), CAAR (30%), CAAT (30%) en assurance et CCR (10%) en réassurance, avec 5% donné également à Société algérienne d'assurance (SAA).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.