Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une date en quête de reconnaissance officielle
Yennayer, le nouvel an berbère
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2011

Les Algériens célèbrent aujourd'hui le nouvel an berbère. Plus de 2000 ans après l'entrée en vigueur du calendrier amazigh en Afrique du Nord, Yennayer n'est toujours pas reconnu comme fête nationale légale.
Cette date symbolique demeure frappée d'ostracisme par le pouvoir politique. En dépit des propositions formulées par le Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA), le Mouvement culturel berbère (MCB) et le mouvement associatif, le jour de l'an amazigh n'est toujours pas «admis» sur le plan légal. Sa consécration comme journée fériée, chômée et payée, à l'instar des calendriers julien et hégirien, n'est pas pour demain.
«Chaque année, nous renouvelons le même appel en direction des décideurs pour qu'ils franchissent ce cap. Au HCA, nous avons toujours réclamé l'inscription de Yennayer comme fête nationale dans le calendrier. Il y a une ordonnance pour l'inscription du 12 janvier dans la nomenclature des dates officielles, mais ce texte n'est pas encore amendé», nous a déclaré Assad Si El Hachemi, directeur de la promotion de la culture au HCA. Pour Abdennour Abdesslam, militant de la cause amazigh, journaliste et écrivain, «Yennayer est une revendication de toute la société berbère, soutenue par le HCA et le milieu associatif ainsi que les personnalités du monde de la culture». Il ajoute : «Il est impératif que l'Etat algérien reconnaisse et décrète le 12 janvier comme étant une fête nationale, auquel cas ce serait un renoncement à un haut fait de l'histoire de notre pays.»
Younès Adli, écrivain, titulaire d'un doctorat en langues, littérature et société obtenu à l'Inalco de Paris, abonde dans le même sens : «Yennayer doit être reconnu comme fête nationale. C'est le premier calendrier de l'Afrique du Nord, aussi vieux que la civilisation égyptienne. Je pense qu'il est temps que le nouvel an berbère soit reconnu officiellement, car il renvoie à l'histoire authentique non seulement de l'Algérie, mais de l'Afrique du Nord toute entière. On ne peut pas ignorer Yennayer, d'autant plus que cette date est célébrée aux quatre coins du pays, beaucoup plus en Kabylie.» Selon lui, «la reconnaissance de cette date dans le calendrier officiel a déjà été réclamée par le Mouvement culturel berbère dans les années 1980». Plusieurs voix se sont élevées, ici et là, demandant la reconnaissance sur le plan officiel de Yennayer. «Yennayer est un jour de congé, même s'il n'est pas reconnu comme tel par les autorités du pays. Il faut un texte réglementaire pour décréter le premier jour de l'an berbère comme fête nationale», affirme le président d'une association culturelle activant au chef-lieu de wilaya.
Notons que la capitale du M'zab, Ghardaïa, a été choisie par le HCA pour abriter, du 10 au 12 janvier, les festivités de la célébration du nouvel an amazigh Yennayer 2061, nous a annoncé Assad Si El Hachemi, chargé du département culturel au HCA : «Ce choix est dicté par le fait qu'il existe toujours à Ghardaïa, qui a une histoire millénaire, une tradition vivace de la célébration de l'an amazigh.» Le HCA organise annuellement une célébration «itinérante» de Yennayer à travers les régions du pays, «afin de réhabiliter l'amazighité de l'Algérie, son identité, sa culture et sa langue», a-t-il ajouté. Cette célébration, à Ghardaïa, s'articule autour d'un programme riche et varié concocté par le HCA, en collaboration avec la wilaya, « pour que Yennayer devienne un symbole de retrouvailles entre Algériens», a-t-il estimé.
Un calendrier symbolique
««Adfghen ibarkan, ad kecmen imellalen». Par cet adage est annoncé le premier jour de l'an, «ixef useggwas» ou Yennayer dans certains villages de Kabylie», écrit Malha Benbrahim, historienne spécialiste de l'oralité, dans une contribution. Selon elle, ce moment marque la séparation entre deux cycles solaires, le passage des journées courtes, «noires», aux journées longues, «blanches». Yennayer est fêté dans la quasi-totalité des régions du nord de l'Afrique. Elle ajoute : «Dans son livre La Femme chaouia de l'Aurès, Mathéa Gaudry, citant E. Masqueray, rappelle que Yennayer est appelé «ass n'Feraoun» (le jour du pharaon).
Selon la légende, «les Chaouis fêtaient ce jour-là la mort du pharaon tombé dans la mer». Cette évocation populaire, qui se nourrirait de la victoire des Libyens sur l'Egypte et de l'installation du roi Chechonq 1er au sommet de la 22e dynastie pharaonique, en 950 av. J.-C.» «D'ailleurs en 1968, l'Académie berbère, une association berbériste fondée en 1966 par Mohand Arab Bessaoud à Paris, porta son choix sur cette date qui devint le point de départ de l'actuel calendrier berbère. Inscrit dans le mouvement de la revendication identitaire berbère du XXe siècle, l'usage de ce calendrier reste empreint d'une valeur fortement symbolique et permet aux Imazighen de passer du temps cyclique de la tradition et du vécu à un temps linéaire, historique», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.