Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Péché et empêchement
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2011

La sortie du président d'honneur de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH), Me Ali Yahia Abdennour, appelant l'armée à déposer Bouteflika pour raison de santé en application de l'article 88 de la Constitution sur l'état d'empêchement du président de la République, a choqué les partisans de l'ordre républicain. Particulièrement les milieux qui ont fait une lecture stricto sensu de la déclaration du vieux militant de défense des droits de l'homme. Lesquels découvrent avec ahurissement une personnalité ignorée de Me Ali Yahia Abdennour suspecté de bénir un putsch militaire pour faire partir Bouteflika en s'appuyant sur l'institution militaire, considérée par l'homme comme la détentrice du pouvoir, seule apte à faire appliquer la disposition constitutionnelle sur l'empêchement.
Venant de la part d'un vieux militant des droits de l'homme qui a fait de la question de la restitution du pouvoir aux civils en Algérie un credo de son action militante, la proposition peut paraître incongrue, voire comme un reniement par rapport aux principes d'un Etat républicain qu'il a défendu avec constance durant son long combat au service des droits humains. En homme de loi, Ali Yahia Abdennour connaît pourtant parfaitement les mécanismes constitutionnels par lesquels le président de la République peut être destitué en cas de maladie grave ou invalidante qui l'empêcherait de terminer son mandat.
Mais il considère que l'armée qui, de son point de vue, n'a jamais quitté la scène politique, constitue toujours en Algérie la source du pouvoir réel. Et c'est à ce titre qu'il a cru bon de s'adresser au bon Dieu qu'à ses saints, sachant que le Conseil constitutionnel habilité, au regard de la loi fondamentale, à constater dans les formes légales définies par la Constitution l'état d'empêchement du président de la République pour cause de maladie grave, ne peut pas se faire violence en lâchant Bouteflika, connaissant la proximité de l'institution avec le chef de l'Etat et principalement son président, M. Bessaïeh. Tout comme il est difficile d'imaginer le Parlement – à qui revient constitutionnellement de déclarer la vacance du pouvoir à la majorité des deux tiers de ses membres réunis dans ses deux chambres – entrer en rébellion contre Bouteflika en l'abandonnant au milieu du gué.
On voit mal en effet le Parlement, dominé par la majorité présidentielle, offrir sur un plateau d'argent la tête de Bouteflika à ceux qui réclament son départ sous quelque forme que ce soit. A moins d'un signal de l'institution militaire. Encore faudrait-il que cette cause soit entendue au niveau de la hiérarchie militaire. Même dans ce cas de figure, il ne faudrait pas s'attendre à ce que l'armée se mette en avant et prenne le risque de sortir son artillerie lourde sur un terrain découvert, dans un contexte international où le moindre bruit de bottes, même sourd, ne reste pas impuni. La santé du Président, qui s'est invitée dans le débat sur la transition politique en Algérie, pourrait constituer, au besoin, une planche de salut pour les décideurs en vue de ménager une porte de sortie honorable, un départ en douceur à Bouteflika. La question qui se posera alors est de savoir si le système en place survivra ou non à Bouteflika ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.