Constitution de Tebboune : à qui reviendra le dernier mot ?    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Céréaliculture: Hamdani appelle la levée des contraintes financières    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Agriculture: un système spécial face à la la spéculation sur le prix du son    Wilaya d'Alger: les rassemblements publics sont soumis à un protocole sanitaire spécial    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    PSG: Di Maria prêt à prolonger, mais...    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    VALIDATION DE LA QUALITE DE 3 NOUVEAUX MEMBRES DE L'APN : Le rapport de la commission spécialisée validé    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Zeghmati: promulgation prochaine d'un texte de loi contre l'enlèvement    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    La wilaya d'Alger réagit    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    Une rentrée scolaire à domicile    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Ce soir-là...    Actucult    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Poker gagnant pour l'Histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La dépénalisation du délit de presse est un leurre»
Khaled Bourayou. Avocat
Publié dans El Watan le 17 - 05 - 2011

- Le gouvernement vient de finaliser le projet d'amendement du code pénal en vue de dépénaliser les délits de presse. Le texte annule les peines d'emprisonnement, mais maintient les amendes. Qu'en pensez-vous ?
Je remarque d'emblée qu'on a supprimé les peines privatives des libertés en ce qui concerne l'offense au chef de l'Etat et l'outrage, l'injure et la diffamation envers le Parlement, les juridictions, l'ANP et les corps constitués ou autres institutions publiques. On a deux articles, le 144 bis et le 146, qui sont amendés. Le troisième qui est l'article 144 bis 1 qui punit la publication est abrogé. Que faut-il dire de ce projet ? C'est une mystification ! On n'a abrogé que les diffamations que l'on appelle spéciales en y intégrant, bien entendu, l'offense. Mais le délit de presse qui est par excellence la diffamation, tel qu'il est défini dans l'article 296 et le 298, est toujours là. Il n'est pas concerné par le texte. Donc, on n'a dépénalisé que l'offense, les injures, l'outrage et la diffamation contre le Parlement, l'ANP, les administrations et les corps constitués. Ces infractions ou délits ne constituent qu'une infime partie des délits de presse pour lesquels les journalistes sont poursuivis. Je prends l'exemple des quatre principaux journaux, en l'occurrence le Soir d'Algérie, El Watan, Liberté et Le Matin. Ces journaux ont été touchés par des plaintes engagées par le ministère public pour offense au chef de l'Etat et la majorité des plaintes concerne les caricatures de Dilem. Ces plaintes sont intervenues, en 2003, 2004, 2005, 2006, suite à la prise de position de ces journaux par rapport au deuxième mandat du président Abdelaziz Bouteflika. On s'attendait à une dépénalisation des délits de presse qui englobe la diffamation et l'injure. Il n'en fut rien.
- Justement, le code de l'information de 1990 condamne également les journalistes à des peines de prison pour la diffamation…

En effet, l'article 97 du code de l'information reste en vigueur. Donc, on peut recourir à l'article 97 pour poursuivre et punir à une peine d'emprisonnement qui peut aller de 1 mois à une année le journaliste qui offense le chef de l'Etat. Ainsi, c'est la deuxième mystification. Ce qu'on peut dire aussi, c'est que dans les pays démocratiques, la dépénalisation concerne aussi la diffamation. Ce n'est pas le cas chez nous, pourtant, aujourd'hui, la diffamation constitue 99% des plaintes portées contre les journalistes.
- Donc, selon vous, rien n'a changé pour les journalistes ?
Rien n'a changé. Dans ce projet, on a retenu la récidive qu'on peut tolérer pour l'amende, mais pas pour l'emprisonnement. La dépénalisation qu'on aurait souhaitée pour la diffamation ne règle rien, puisque les journalistes sont dépourvus des moyens de défense qui sont l'exception de vérité et la bonne foi. Le journaliste algérien n'a pas un texte qui garantit l'exercice de sa fonction. Deuxième point : le journaliste est soumis au droit commun et il est considéré comme un délinquant. Alors que dans les pays où les journalistes ont un statut particulier, la prescription est de trois mois, chez nous, elle est de trois ans. La plainte au préalable est exigée ailleurs et ce n'est pas le cas chez nous.
Donc, non seulement il faut dépénaliser, mais il faut faire bénéficier le journaliste d'un statut particulier, d'une loi particulière que j'appellerai loi sur la liberté d'expression qui doit prévoir des dispositions pour protéger la liberté d'expression et l'exercice de l'activité journalistique. En France, la loi de 1881 est protectrice de la liberté d'expression. Le législateur n'a pas pris la peine d'harmoniser et de mettre en place un texte qui doit renfermer aussi bien les conditions d'exercice, la liberté d'imprimer et la liberté d'expression…c'est-à-dire un texte qui doit porter sur les droits et les devoirs des journalistes, les moyens de la protection de l'activité journalistique et les moyens de sanction de l'abus de cette activité. Nous avons une partie de la diffamation dans le code pénal et une autre dans le code de l'information qui sanctionne 17 délits, 5 crimes et une contravention. La dépénalisation ne doit pas inclure la diffamation et l'injure. De ce fait, ce projet est un leurre et une véritable mystification.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.