La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Evovation : Cheikh El Miloud El Mahdji (1909 -2001)
Oran : les autres articles
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2011

Un personnage qui a vécu les changements du 20e siècle.
Evoquer dans ces quelques de lignes, pour un travail de mémoire et d'histoire, le parcours aussi dense que fécond d'une personnalité très connue à Oran qui avait assisté et vécu à tous les changements et bouleversements du 20ème siècle, constitue pour nous une goutte dans un océan. Mais comme l'a si bien dit un historien, dans ce monde, c'est toujours la goutte d'eau qui a fait l'océan. L'évocation est consacrée à Cheikh El Miloud EL Mhadji, de son vrai nom Miloud Mohamed Brahim (1909-2001) issu d'une famille oranaise honorable et très pieuse. Elle était constituée de grandes personnalités comme Cheikh Tayeb El Mahdji dira l'un des fils de Miloud El Mhadji. Cette famille d'érudits, d'oulémas, de dignitaires et de révolutionnaires, paya un lourd tribu durant la lutte armée de libération par le sacrifie de ses humbles fils.
L'exemple qui est toujours présent dans la mémoire est celui du Chahid Kacem Zeddour Mohamed Brahim. Son sacrifice n'a pas été vain. Il a contribué à l'idéal de l'Indépendance du pays qui a brisé 132 années de l'oppression et les chaînes du joug colonial dans la peur et la terreur. Cheikh El Miloud El Mhadji vécut tous les changements politiques dans sa ville natale parmi la population qui le vénérait jusqu' au 20 juin 2001 où il décéda. Très jeune, dans les années 20, en compagnie de ses proches parents et des oulémas et nationalises, il assista à toutes les rencontres qui dénonçaient le colonialisme et contribua à réunir tous les moyens afin d'élever la conscience du peuple et parfaire sa formation afin de le préparer aux rudes combats et sacrifices pour arracher l'Indépendance de l'Algérie.
Son chemin et sa voie étaient tracés. Ils ont pris de l'ampleur dans son ardeur, sa mobilisation et ses engagements nationalistes à la suite de la visite, à Oran, en 1933, de Cheikh Bendadis qu'il suivit jusqu'à Constantine et en Tunisie. De retour en 1937 dans sa ville natale, il assista à l'ouverture de la première Medersa de l'Association des Oulémas «El Falah» en invitant, à l'occasion, les dignitaires religieux et les imans à dénoncer, lors de leurs prêches, les sévices et l'oppression dont était victime la peuple de la part des colons et de la soldatesque française.
Les brimades au quotidien, les perpétuelles arrestations policières et les longs séjours dans les sinistres camps de concentration n'ont pas pu diminuer son ardeur et son engagement qui devenait de plus en plus fort surtout après le 1er Novembre 1954. Après l'Indépendance du pays, il fut un père modeste, un guide spirituel et un grand maître doté d'une modestie et d'un franc parler. Il occupa, jusqu'à sa mort, la Chaire de la Mosquée El Hidaya durant 25 ans. Son fils invite tous ceux qui l'ont côtoyé et connu de se souvenir et de prier pour sa mémoire pour la commémoration du dixième anniversaire de son décès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.