SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de panier alimentaire familial pour les prisonniers condamnés à mort
Aujourd'hui : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 08 - 2011

Alors que l'Algérie n'applique plus la peine capitale depuis 1993, des prisonniers condamnés à mort se voient toujours refuser l'aide alimentaire familiale.
Depuis 1993, date de la dernière condamnation à mort, la peine capitale ne signifie plus dans la pratique «exécution de la peine». Comme au Maroc en 1993, l'Algérie a décidé de ne plus appliquer la peine de mort après la mise en place d'un moratoire. En revanche, des peines de mort sont toujours prononcées par les juridictions algériennes. Dans son troisième rapport périodique de 2006 remis au Comité des droits de l'homme, l'Algérie a bien confirmé qu'aucune exécution n'avait été menée depuis 1993. D'après le rapport d'Amnesty International de 2009, l'Algérie a prononcé plus de 200 condamnations à mort en 2008, se plaçant ainsi à la quatrième position des pays qui ont recours le plus souvent à cette peine, derrière la Chine, l'Iran et le Pakistan.
Ici s'arrête la comparaison. Alors que dans les rendus de jugement, la justice marocaine a de moins en moins recours à cette peine, l'Algérie n'a de cesse de l'utiliser. Le 12 janvier 2009, lors d'une conférence organisée à Alger par la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), plusieurs personnalités politiques et religieuses, dont le ministre des Affaires religieuses et du Waqf (MARW) ainsi que le Haut-Conseil islamique (HCI), s'étaient prononcées contre l'abolition de la peine de mort. Youcef Belmahdi, représentant du MARW, considérait à l'époque qu'«il (n'était) pas dans l'intérêt de l'humanité d'abolir la peine capitale», estimant que les abolitionnistes avaient tendance à privilégier les droits des prisonniers au détriment de ceux de la famille et de la victime.
Atteinte à la présomption d'innocence
Les familles de détenus ont normalement le droit d'apporter un panier de nourriture aux prisonniers, tous les quinze jours et une fois par semaine pendant le mois de Ramadhan, seule évasion gustative face à la nourriture carcérale pour améliorer leur ordinaire. Les condamnés à mort, même malades, sont alors tenus de se satisfaire de la nourriture carcérale. L'Algérie fait aujourd'hui partie des nombreux pays qui, en pratique, n'appliquent plus la peine de mort, mais continuent de traiter les condamnés à mort comme s'ils allaient être exécutés. Une réglementation de la direction générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) interdit depuis 1991 le panier alimentaire aux détenus condamnés à mort, sans réelle raison, sans aucune base législative, instituant ainsi une discrimination entre prisonniers condamnés à la peine capitale et ceux purgeant une peine «normale». Joint à plusieurs reprises par téléphone, le directeur général de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) n'a pas donné suite à nos demandes. Si la peine de mort n'est plus appliquée, on est en droit de se demander quelle est la pertinence de cette interdiction, si ce n'est leur rappeler leur triste statut. Pire, les condamnés à mort, qui ont engagé des pourvois en cassation, dont la peine n'est pas définitive, n'ont pas le droit au panier familial, ce qui constitue une grave atteinte à la présomption d'innocence.
Dans un pays où l'aide alimentaire en milieu carcéral est plus qu'une obole, plusieurs dizaines de prisonniers n'ont pas le droit à cette aide. Pire encore, les condamnés à mort, dont la Cour suprême a cassé le jugement, sont également privés de panier. Alors que dans la loi, rien ne mentionne l'interdiction faite à ces prisonniers de bénéficier d'un couffin. Ainsi, deux détenues condamnées à mort, Wassila et Farida, ne sont pas autorisées à recevoir cette aide alimentaire, alors qu'elles ont engagé un pourvoi en cassation auprès de la Cour suprême. La famille de Wassila, après un recours auprès du ministère de la Justice, n'a pu bénéficier de ce panier qui lui était accordé avant octobre 2010, alors que Wassila est très malade. Une des sœurs des condamnées précise : «Lorsque nous nous sommes vu refuser l'envoi d'un panier pour notre sœur, nous avons déposé un recours auprès du ministère de la Justice. Ma sœur n'a même pas droit à ce panier, alors que nous avons fait appel de sa condamnation et nous attendons une réponse de la Cour suprême. Ce qui est révulsant, c'est aussi le caractère discrétionnaire de l'application de cette règle absurde : nous savons que d'autres détenues, une condamnée à mort en l'occurrence, bénéficie normalement de ce panier alimentaire de la part de sa famille. Le ministère de la Justice s'est ensuite adressé à l'administration pénitentiaire qui nous a confirmé cette interdiction.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.