Vers l'élection d'un autre président    17 recommandations adoptées    Plaidoyer pour une agriculture «raisonnée»    L'Américain Pompeo tente de dénouer l'affaire Khashoggi avec Riyad    TARIFS DES VEHICULES NEUFS MADE IN ALGERIA    Evolutions en profondeur    La LFP établit le calendrier de la phase aller    Les Verts mal inspirés !    Madar Holding va acquérir 67% des actions de la SSPA    Arrestation de 4 dealers dans 3 opérations différentes    Plus de 16 000 doses pour Jijel    Le chocolat peut provoquer des migraines    Alger sous le charme du classique    Nobel de la paix : mérite et contexte !    Relizane - Travaux publics : le casse-tête des délais de réalisation    Aïn El-Turck: Les demandeurs de logement reviennent à la charge    Ni rébellion ni déstabilisation    Attentat du Palais du Gouvernement: Le dossier de nouveau devant la justice    Guelma: Un 17 octobre 1961...    Saïd Bouhadja. Président de l'APN : «Ma démission a été exigée en dehors du Parlement»    Les Etats-Unis développent de nouveaux sites militaires en Europe    Brèves…    Une poudrière sociale appelée Maroc    Les relations économiques sino-russes passent à la vitesse supérieure    Portant ratification d'accords entre l'Algérie et quatre pays : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Les investissements privés en cale sèche    L'ASMO s'apprête à revenir au stade Bouakeul, la crise financière s'amplifie    Le CR Belouizdad sanctionné d'un match à huis clos    Ligue 1 (mise à jour) : L'USMA rejoint la JSK en tête, le MCA s'offre le CSC (2-1)    Mobilis au Salon international des énergies renouvelables ERA 2018    lancement d'une nouvelle offre digitale    Exploitations agricoles: Fin 2018 dernier délai pour la conversion du droit de jouissance en droit de concession    Point focal de la mobilisation et de la vigilance    Inscriptions en Master 1 : La grogne des étudiants recalés    24 heures    Iferhounène : Les villageois protestent    «Plus de 1.500 magistrats ont été désignés pour superviser les prochaines élections»    Combiné avec munitions réelles Gaïd : Salah supervise l'exécution d'un exercice démonstratif    Risque de flux migratoires «plus inquiétants» à cause de la situation au Sahel    57ème anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961    Nouveau rebondissement    Festival international de théâtre de Béjaïa    Cheurfa N'Bahloul : Saïd Guerdi, ancien membre de l'ALN, n'est plus    Bataille de Tinsaouine (Yakourène) en 1959 : Le jour où deux sœurs sauvèrent un moudjahid    Les Rouge et Noir annoncent la couleur    Les verts s'inclinent à cotonou    La coalition de Merkel en plein doute    Une bande démantelée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'eau du barrage Tilesdit polluée
Wilaya de Bouira
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2011

L'eau de robinet est inconsommable dans plusieurs communes de la wilaya de Bouira, notamment celles qui sont alimentées à partir du barrage Tilesdit.
L'eau de robinet dans plusieurs communes de la wilaya de Bouira, alimentées à partir du barrage de Tilesdit, a beaucoup perdu de sa limpidité. En plus du changement de couleur, ce précieux liquide dégage même une odeur désagréable, la rendant imbuvable. Ce phénomène de la pollution de l'eau du Tilesdit, qui persiste en cette période de l'année, inquiète au plus haut point les consommateurs, alors que les pouvoirs publics, qui devraient rassurer ou prévenir le citoyen de ce problème, se murent dans le silence. Devant cette situation, les citoyens se mettent à la recherche de l'eau potable là où elle est disponible en payant le prix nécessaire, notamment lorsqu'ils s'approvisionnent par citernes.
Pour les plus nantis financièrement, c'est la cohue sur les fagots d'eau minérale, sure et saine. Depuis près de deux mois, les sources et les forages dans plusieurs régions de la wilaya grouillent de monde. Les gens y viennent quotidiennement remplir des jerricans. Y a-t-il pénurie d'eau ? Non. Mais la raison contraignant les habitants à cette option, est que l'eau coulant des robinets est impropre à la consommation.
L'indignation gagne les rangs de la population. «Le citoyen ne sait plus à quelle autorité s'adresser, alors que les responsables locaux trouvent toujours, comme d'habitude, des prétextes pour fuir leurs responsabilités. Ce laisser-aller pourrait bien engendrer des conséquences néfastes dans la mesure où les pouvoirs publics n'interviennent pas à temps pour régler le problème de l'eau du barrage de Tilesdit», tempête Djamel Yahiaoui, membre du mouvement associatif de la commune de Bechloul. «Nous interpellons les services concernés pour qu'ils interviennent, ne serait-ce qu'à informer les citoyens si l'eau qu'ils consomment n'est pas polluée», ajoute notre interlocuteur. Plusieurs versions sont avancées quant à l'origine de la pollution de l'eau de ce barrage.
Les uns avancent la problématique des algues qui, à cette période de l'année, causent le changement de la couleur de l'eau, alors que d'autres soutiennent l'idée de la défection du réseau AEP, ce qui explique les infiltrations de la terre à travers les canalisations.
Pendant ce temps, la gestion de ce genre de problèmes par les pouvoirs publics se fait de manière improvisée. Des responsables locaux affirment qu'il s'agit d'une défection de réseau et que les services de l'ADE sont en train de la réparer.
Mais toujours est-il que l'eau des robinets n'a pas encore retrouvé sa clarté. Sur ce problème, la panique s'est également emparée des habitants du chef-lieu de wilaya.
Outre les factures salées que l'ADE envoyait chaque trimestre à ses clients, ces derniers doivent encore dépenser un peu plus pour s'assurer la boisson d'une eau saine, à savoir s'acheter de l'eau minérale. «Les responsables concernés, qui ne daignent pas mettre fin à cette situation, nous obligent, de fait, à aller chercher de l'eau ailleurs. Là où il y a quelque source naturelle. Et pour éviter de consommer l'eau provenant du barrage Tilesdit, les gens déboursent», souligne un habitant de la ville de Bouira. Un autre enchaîne : «J'ignore si cette eau représente, ou ne représente pas, un danger pour ma santé, mais je ne cours pas le risque. Tout le monde est au courant que l'eau des robinets n'est pas claire, mais aucun responsable n'a jugé utile de rassurer ou de prévenir la population quant à la qualité de l'eau, alors qu'ils ont tous les moyens de lancer des analyses».
Par ailleurs, si les consommateurs s'inquiètent beaucoup pour leur santé et demandent des explications sur la qualité de leur eau de consommation qui ne cesse de se détériorer, les responsables du secteur semblent minimiser le phénomène.
Pour le premier responsable de l'Algérienne des Eaux (ADE) à Bouira, «ce sont les algues qui sont à l'origine de cette situation». Il affirme que ce phénomène des algues existe dans plusieurs barrages du pays, précisant que l'eau n'est pas dangereuse pour la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.