Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'eau du barrage Tilesdit polluée
Wilaya de Bouira
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2011

L'eau de robinet est inconsommable dans plusieurs communes de la wilaya de Bouira, notamment celles qui sont alimentées à partir du barrage Tilesdit.
L'eau de robinet dans plusieurs communes de la wilaya de Bouira, alimentées à partir du barrage de Tilesdit, a beaucoup perdu de sa limpidité. En plus du changement de couleur, ce précieux liquide dégage même une odeur désagréable, la rendant imbuvable. Ce phénomène de la pollution de l'eau du Tilesdit, qui persiste en cette période de l'année, inquiète au plus haut point les consommateurs, alors que les pouvoirs publics, qui devraient rassurer ou prévenir le citoyen de ce problème, se murent dans le silence. Devant cette situation, les citoyens se mettent à la recherche de l'eau potable là où elle est disponible en payant le prix nécessaire, notamment lorsqu'ils s'approvisionnent par citernes.
Pour les plus nantis financièrement, c'est la cohue sur les fagots d'eau minérale, sure et saine. Depuis près de deux mois, les sources et les forages dans plusieurs régions de la wilaya grouillent de monde. Les gens y viennent quotidiennement remplir des jerricans. Y a-t-il pénurie d'eau ? Non. Mais la raison contraignant les habitants à cette option, est que l'eau coulant des robinets est impropre à la consommation.
L'indignation gagne les rangs de la population. «Le citoyen ne sait plus à quelle autorité s'adresser, alors que les responsables locaux trouvent toujours, comme d'habitude, des prétextes pour fuir leurs responsabilités. Ce laisser-aller pourrait bien engendrer des conséquences néfastes dans la mesure où les pouvoirs publics n'interviennent pas à temps pour régler le problème de l'eau du barrage de Tilesdit», tempête Djamel Yahiaoui, membre du mouvement associatif de la commune de Bechloul. «Nous interpellons les services concernés pour qu'ils interviennent, ne serait-ce qu'à informer les citoyens si l'eau qu'ils consomment n'est pas polluée», ajoute notre interlocuteur. Plusieurs versions sont avancées quant à l'origine de la pollution de l'eau de ce barrage.
Les uns avancent la problématique des algues qui, à cette période de l'année, causent le changement de la couleur de l'eau, alors que d'autres soutiennent l'idée de la défection du réseau AEP, ce qui explique les infiltrations de la terre à travers les canalisations.
Pendant ce temps, la gestion de ce genre de problèmes par les pouvoirs publics se fait de manière improvisée. Des responsables locaux affirment qu'il s'agit d'une défection de réseau et que les services de l'ADE sont en train de la réparer.
Mais toujours est-il que l'eau des robinets n'a pas encore retrouvé sa clarté. Sur ce problème, la panique s'est également emparée des habitants du chef-lieu de wilaya.
Outre les factures salées que l'ADE envoyait chaque trimestre à ses clients, ces derniers doivent encore dépenser un peu plus pour s'assurer la boisson d'une eau saine, à savoir s'acheter de l'eau minérale. «Les responsables concernés, qui ne daignent pas mettre fin à cette situation, nous obligent, de fait, à aller chercher de l'eau ailleurs. Là où il y a quelque source naturelle. Et pour éviter de consommer l'eau provenant du barrage Tilesdit, les gens déboursent», souligne un habitant de la ville de Bouira. Un autre enchaîne : «J'ignore si cette eau représente, ou ne représente pas, un danger pour ma santé, mais je ne cours pas le risque. Tout le monde est au courant que l'eau des robinets n'est pas claire, mais aucun responsable n'a jugé utile de rassurer ou de prévenir la population quant à la qualité de l'eau, alors qu'ils ont tous les moyens de lancer des analyses».
Par ailleurs, si les consommateurs s'inquiètent beaucoup pour leur santé et demandent des explications sur la qualité de leur eau de consommation qui ne cesse de se détériorer, les responsables du secteur semblent minimiser le phénomène.
Pour le premier responsable de l'Algérienne des Eaux (ADE) à Bouira, «ce sont les algues qui sont à l'origine de cette situation». Il affirme que ce phénomène des algues existe dans plusieurs barrages du pays, précisant que l'eau n'est pas dangereuse pour la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.